Archives par étiquette : nouvelles technologies

[Parution] Hermès 74. La voie des sens

Le n° 74 sera en librairie le 2 juin 2016

09017-Hermes74La voie des sens
Sous la direction de Brigitte Munier et Éric Letonturier

Vous pouvez commander la version numérique sur Cairn et la version papier sur le site de CNRS éditions.

4° de couverture

Que la communication engage les cinq sens tombe sous le sens… Ce n’est hélas pas toujours le cas. En effet, la civilisation occidentale a établi la prédominance de la vue et de l’ouïe, et la dévalorisation du toucher, de l’odorat et du goût, réputés « animaux ». La dictature des écrans et des casques confirme aujourd’hui cette mise en ordre en nous engageant dans des formes de communication de plus en plus désincarnées. Une réaction semble pourtant se produire, avec des initiatives tous azimuts pour valoriser les « sens de l’intime » : ateliers olfactifs, culinaires, œnologiques, thérapies manuelles, etc. Tout se passe comme si notre époque voulait remettre en question la vieille hiérarchie des sens et découvrir de nouvelles façons, plus chaleureuses, d’expérimenter les relations avec autrui et avec le monde.

Par ailleurs, les sciences humaines, la médecine, la biologie et les neurosciences malmènent nos certitudes : la classification de nos sens ne serait qu’un choix culturel parmi d’autres, nous aurions plus de cinq systèmes sensoriels et nos perceptions fonctionneraient d’une façon globale, croisée et multimodale. De ce foisonnement de projets et de recherches, on attendrait une communication plus authentique et ouverte à l’altérité. Las, le besoin de sensualité a beau être exprimé de différentes façons, il échoue souvent face à des angoisses plus profondes. La vulnérabilité de la chair, par exemple, menacée par la maladie et la déchéance, nous terrifie, étouffant le désir de jouissance et refermant l’individu sur lui-même.

Pour rendre justice à ce domaine si complexe, ample et vivant et en dévoiler les multiples facettes, Hermès a choisi d’en diversifier les approches : à côté de contributions universitaires et pluridisciplinaires, on trouvera des témoignages et des récits. L’objet de ce numéro ? Dans une société ouverte et interactive, comment revaloriser les sens, à la hauteur de la difficulté de les vivre, sans céder ni au réductionnisme ni aux fausses évidences du sens commun ?

Hermès 62. Les jeux vidéo. Quand jouer, c’est communiquer

Le n° 62 sera en librairie le 26 avril 2012


Les jeux vidéo. Quand jouer, c’est communiquer
Sous la direction de Jean-Paul Lafrance et Nicolas Oliveri

Vous pouvez commander la version numérique sur Cairn et la version papier sur le site de CNRS éditions.

4° de couverture

Les jeux vidéo passent pour un sujet complexe, ésotérique et controversé. Complexe, parce que l’expression recouvre aujourd’hui une gamme proliférante de produits sophistiqués. Ésotérique puisque, sacrifiant à l’idéologie techniciste, le jargon y règne en maître. Et controversé, car le jeu vidéo serait infantilisant, capitaliste ou belliciste pour les uns, intelligent, créatif, voire sportif pour les autres.

Sans nier cette polysémie ni négliger les recherches abondantes et toujours passionnées qu’elle a suscitées, la revue Hermès se propose d’aborder la question avec une idée simple : le jeu vidéo, au fond, serait un outil de communication.

Qu’ il constitue une entreprise d’ abrutissement social ou un processus d’ apprentissage innovant, qu’ il suscite l’ alacrité d’ esprit ou favorise la dépendance, qu’ il atteste l’ émergence d’ un art nouveau ou réponde à une stratégie marketing bien comprise, le processus demeure le même. Le jeu vidéo incite son utilisateur à communiquer en mettant à sa disposition un média de plus en plus connecté, une technologie désormais en ligne et une grammaire essentiellement ludique. Que cette communication soit biaisée n’y change rien.

Voilà pourquoi la revue Hermès devait aborder les jeux vidéo. Notre monde est fasciné par la technique. Par leur inventivité, le jeu vidéo comme l’Internet – l’ un et l’ autre ayant partie liée – maintiennent cette fascination à ébullition. Comme ils constituent désormais l’industrie culturelle la plus florissante, avant même le cinéma, on se prend à croire que les jeux vidéo transforment la réalité à leur image.

Notre monde, lit-on souvent, deviendrait ludique. N’est-ce pas prendre la partie pour le tout ? Et si, finalement, les jeux vidéo n’étaient qu’une nouvelle réponse technique à la question fondamentale : comment aborder l’Autre ?

Hermès 55. Société civile et Internet en Chine et Asie orientale

Le n°55 sera en librairie le 7 janvier 2010


Société civile et Internet en Chine et Asie orientale
Sous la direction d’Olivier Arifon, Chang Liu et Eric Sautedé

Vous pouvez commander la version numérique sur Cairn et la version papier sur le site de CNRS éditions.

4° de couverture

Selon les chiffres officiels de Pékin, il y avait 338 millions d’internautes chinois en juillet 2009. Les pays d’Asie orientale deviennent les principaux utilisateurs des technologies de la communication, tout en en étant désormais les concepteurs. Ce numéro d’Hermès explore le rôle des TIC (Internet en particulier) dans le développement de la société civile en divers pays d’Asie orientale : Chine principalement, mais aussi Japon, Corée du Sud, Taïwan et Malaisie. Les dispositifs techniques sont ici envisagés dans leur impact sur les usages sociaux et les rapports de force politiques.

Les technologies du virtuel sont-elles en train de provoquer de nouveaux bouleversements dans les structures sociales des pays d’Extrême-Orient ? Internet va-t-il démocratiser la Chine et permettre d’y contourner la toute-puissance de l’État ? Comment des sociétés pétries de valeurs d’ordre et d’harmonie réagissentelles face au désordre provoqué par des usages individuels ? Les TIC viennent-elles détruire les valeurs communautaires et favoriser une sorte de « libération » de la personne ?

Ce que l’on constate, c’est qu’Internet vient susciter à la fois l’émergence de l’individu et le triomphe de multiples groupes d’appartenance. Au Japon, il est devenu un portail d’entrée vers divers paradis futuristes. En Chine continentale, le pouvoir canalise la violence contestatrice des jeunes générations en les transformant en groupes de pression militant sur le Web pour des causes d’orientation nationaliste. En Corée, une recherche inconsciente du consensus vient parfois transformer Internet en un instrument de création d’un nouvel unanimisme.

Ce numéro d’Hermès nous parle des actions quotidiennes, mais aussi des transformations de longue durée, autour d’une question centrale : l’appropriation innovante des pratiques – par les États ou les citoyens – dessine-t-elle de nouvelles formes de gouvernance ?

Hermès 50. Communiquer, innover

Le n°50 sera en librairie le 12 juin 2008


Communiquer, innover : réseaux, dispositifs, territoires
Sous la direction de Nicole D’Almeida, Pascal Griset et Serge Proulx

Vous pouvez commander la version numérique sur Cairn et la version papier sur le site de CNRS éditions.

4° de couverture

« Le génie, c’est 1% d’inspiration et 99% de transpiration », aimait à dire Thomas Edison. Le grand innovateur – et surtout l’entrepreneur – aurait pu également rendre hommage à la communication. Si les inventeurs sont parfois des individus peu ouverts sur leur environnement, les innovateurs sont en effet tout à la fois des capteurs et des producteurs d’information. La communication est consubstantiellement liée à leur réussite.

À partir de l’approche communicationnelle, ce numéro d’Hermès entend donc plonger au coeur même de ce qu’est l’innovation: voulue, organisée, réussie, rejetée, contrariée ou négociée. Il entend la situer dans tous les processus qui la font naître, l’évaluent ou la transforment. Injonction contemporaine, signe de progrès technique ou facteur de compétitivité économique, l’innovation est avant tout une affaire d’individus agissant au travers des mille contradictions de la société.

Les objets, qu’il s’agisse de télévisions, de téléphones, de réseaux électroniques ou encore d’artefacts au design improbable jalonnent ce numéro. L’innovation transmute la pensée en réalité, elle s’apprécie à l’aune de dispositifs qui enthousiasment, suscitent le rejet ou bien provoquent les adaptations les plus créatives.

L’ingénierie technique ne saurait faire oublier l’ingéniosité sociale multiforme liée à l’apparition de toute nouveauté. L’innovation, moment d’extension du possible, n’est pas affaire de hasard mais d’échanges, de reconfigurations de rôles, de négociations, de liens qui rejaillissent et vont nourrir la dynamique des projets et des systèmes de décision. Innovation et communication: un exemple des formidables capacités d’invention des hommes et des sociétés.

Prospéro. Une technologie littéraire pour les sciences humaines

prospero-francis-chateauraynaudProspéro. Une technologie littéraire pour les sciences humaines
Francis Chateauraynaud, 2003.
CNRS Éditions, coll. « CNRS Communication »

Aujourd’hui, les réseaux de communication rendent accessibles des quantités considérables d’informations et les ingénieurs proposent de multiples outils pour les stocker, les trier, les redistribuer. Le logiciel Prospéro rassemble des outils d’analyse orientés principalement vers l’étude des affaires, des controverses ou des crises. La présentation des concepts et des techniques utilisés pour traiter ces dossiers est l’occasion, pour l’auteur, de confronter les régimes cognitifs instaurés par la statistique, la linguistique ou l’intelligence artificielle, avec les enjeux de la sociologie et de l’histoire contemporaine.