L’itinéraire d’André Akoun, par Mohammed Harbi

[Avertissement. Ce témoignage que Mohammed Harbi a prononcé au cimetière de Thiais en éloge funèbre de son ami André Akoun a été publié dans la revue Horizons Maghrébins (N°66, 2012) de l’Université de Toulouse-Le Mirail. En raison de son remarquable contenu historique, et pour les multiples enseignements qu’il suggère, en particulier sur l’éthique en politique et sur les bienfaits de l’amour et de l’amitié, Rachid Aous a proposé sa republication en ligne pour accompagner l’édition du numéro d’Hermès 77 Incommunications européennes.

La revue Hermès ayant accueilli positivement cette proposition, qu’elle reçoive ici l’expression de nos chaleureux remerciements et notre profonde reconnaissance.]

 

C’est en orphelin d’une amitié que j’évoquerais l’itinéraire d’André, le plus ancien et le plus fidèle de mes amis, décédé tranquillement dans son sommeil comme le souhaiterait chacun d’entre nous. D’autres que moi, parmi ses collègues des universités parisiennes, restitueront avec plus de compétence l’importance de ses travaux et la qualité de son enseignement.

Ma première rencontre avec André a eu lieu à l’occasion de la célébration de la journée anticolonialiste du 21 février 1952. Il était alors codirecteur d’un journal, l’Étudiant anticolonialiste. On ne pouvait pas ne pas le remarquer, car lors de la préparation de cette journée, il m’est apparu comme un militant passionné mais qui ne pouvait s’empêcher, dans des débats qui se voulaient solennels, de faire une plaisanterie, un jeu de mots. Nous nous réclamions tous les deux d’une Algérie indépendante avec des perspectives différentes.

Mon temps s’affirmait national bien que mes relations avec Pierre Souyri et Jean-François Lyotard de Socialisme et barbarie, avec des trotskystes notamment Jean-Marie Vincent et Denis Berger, des libertaires dont Daniel Guérin, m’avaient appris que les dynamiques du changement transcendaient les frontières de l’État-nation alors même que le changement était vécu et imaginé en fonction de ses frontières.

Son temps correspondait à la vulgate marxiste. André estimait alors qu’en militant au PCF, après s’être frotté au PCA, il avait accompli le pas décisif qui le plaçait du bon côté. Nous allions à la rencontre l’un de l’autre en défendant l’idée d’un État algérien multiculturel et multiethnique.

Notre conception de la nation était souple et ouverte, contrairement à celle de nationalistes qui se nourrissaient d’ingrédients religieux ou s’abritaient derrière le masque de la culture, sans réaliser qu’ils frayaient la voie à un exclusivisme islamique. De notre point de vue, la promotion de l’individu, qui est l’un des faits majeurs de la modernité, devait se traduire par l’émergence d’une forme de laïcité, d’une sécularisation de la société et par un nouveau contrat entre elle et la religion. Nous appelions, en somme, à la cohabitation de « différentes » modalités du « croire » dans une Algérie libérée du colonialisme. Le dialogue entre nous n’a jamais cessé ; j’ai pris avec lui l’habitude, dans les situations les plus complexes, de mener dans un même mouvement action et réflexion. De l’investissement politique, nous sommes passés à l’investissement existentiel.

André me fit entrer dans sa famille et sa belle-famille, toutes deux ouvertes à l’altérité. Il entra dans les miennes. Dans nos milieux respectifs, la convivialité se nourrissait de débats parfois vifs sans nuire à l’affectivité. André affichait sa singularité en recourant à la provocation et en maniant le paradoxe. Il excellait dans ce jeu et trouvait du plaisir à « faire marcher » ses interlocuteurs.

Novembre 1954 marque une rupture dans son itinéraire politique. Il prit progressivement ses distances à l’égard de la politique de la direction du PCF pour se rapprocher des marxistes critiques. Le rapport Khrouchtchev, l’insurrection hongroise, le vote des pouvoirs spéciaux, moments-clés dans la guerre d’Algérie, sont autant d’événements qui ne le faisaient plus douter qu’il avait eu raison de prendre ses distances avec le stalinisme. Il s’engageait dans cette voie avec des militants de la cellule de Philo Sorbonne, Lucien Sebag, Tony, la fille de Jean Monnet (l’inspirateur de l’unité européenne), Cartry et des universitaires de renom, Maxime Rodinson, Jean-Pierre Vernant, François Chatelet, etc.

Nombre d’intellectuels qui avaient cru que la révolution accomplirait le rêve que portait la résistance au nazisme pensaient l’impasse du « socialisme réel » sans renoncer à la révolution. Les luttes du tiers monde venaient à point renouveler leur rêve. André se lançait dans cette bataille, riche de son expérience algérienne et de sa connaissance du FLN, de sa vision d’avenir et de ses pratiques. Il ne croyait pas, comme d’autres, que les luttes du monde colonisé entraîneraient en retour une révolution devenue introuvable en Europe. Plus proche d’Henri Curiel, d’Albert Memmi que de Frantz Fanon, il contribue à nos débats, tout en prêtant attention aux événements dont il donnait une lecture plus historique et moins idéologique.

Homme de l’ombre, il a été de 1956 à avril 1958, date de mon départ pour l’Allemagne, l’animateur discret d’un réseau non institué, lié à la commission de presse et d’information que je dirigeais. Ce réseau intervenait selon les occurrences, et grâce à lui aucun membre de cette commission ne fut arrêté.

Natif d’Oran, appartenant à la communauté juive qui vivait en Algérie avant même la conquête musulmane, André se vivait Algérien à part entière sans ignorer que nombre de ses compatriotes musulmans ne l’entendaient pas ainsi. À l’appel de l’UGEMA, il fait en mai 1956, à la veille du concours d’agrégation, la grève des étudiants. Et quand le Consistoire prit position en faveur d’une Algérie française, il fut un des inspirateurs, avec Claude Sixou du Comité Juif pour l’indépendance, qui contesta au Consistoire le droit de parler au nom de tous les juifs. Convoqué au service militaire et affecté au Val de Grâce, il reste au service de la révolution algérienne.

Je citerais un épisode significatif de la continuité de son engagement qu’il relate dans ses Mémoires. Parlant de lui à la troisième personne pour éviter le « je », il écrit : « Il eut un jour de mai 1958 à convoyer dans Paris, en compagnie du leader trotskyste Michel Raptis, une valise de quelques centaines de millions pour la déposer chez un de ses militants qui devait la transférer à Cologne. C’était le 13 mai 1958. Paris était quadrillé de forces de police. Ils eurent à traverser la place de la Concorde. Il risquait gros s’il était pris car il aurait relevé des tribunaux militaires ».

L’Algérie devenue indépendante, André choisit de rester en France. Depuis longtemps, il avait compris que dans sa patrie de naissance, il ne serait pas un Algérien à part entière mais un Algérien entièrement à part. Le code de la nationalité adopté pour le Parlement en 1963 ne le détrompait pas. La France, elle, lui reconnaissait le statut de citoyen, abrogé sous Vichy et rétabli plus tard. « Décalé », selon ses propres termes par rapport à l’évolution de l’Algérie, il connut le désenchantement mais accepta de collaborer à mes côtés à Révolution africaine.

L’écart entre le rêve et la réalité mit un terme à ses illusions de jeunesse, qui ne cesseront de se rappeler à lui. Il savait que les circonstances particulières n’ont pas d’impact sur le temps long, tout en étant décisives dans les choix des individus. Son intérêt pour la vie publique ne diminuera pas. Mais son costume est désormais celui du « spectateur engagé ». Il se fait réformiste. Notre amitié était trop profonde pour s’en ressentir et il restera toujours à mes côtés quelque soient mes choix.

Je le vis se replier sur l’enseignement et y puiser la volonté de changer le cours des choses en contribuant à l’éveil des esprits. Nommé professeur à la Sorbonne (Paris V), il manifeste son intérêt à l’Algérie et au Maghreb en recevant une pléiade d’étudiants qu’il aide à construire et à mener à bien leurs travaux. Il fut un éminent professeur et un communicateur de talent. Ses ouvrages en font foi. Ses grandes joies, il les trouva dans la relation à ses étudiants, dans l’amitié et dans la vie familiale. Humaniste et homme libre, André a gardé jusqu’à son dernier souffle quelque chose de l’hérétique qu’il fut. Humaniste et homme libre, il dit et fait ce que lui dicte sa conscience, cultivant non sans humour le paradoxe pour déstabiliser ses interlocuteurs trop crédules et nageant à contre-courant des modes et des préjugés.

Sois en paix, mon vieil ami. Tu laisses après toi un vide, difficile à combler. J’aurais aimé t’annoncer l’arrivée de ta bibliothèque à Oran. Sois assuré que la fidélité que nous avions envers toi ira maintenant à toute ta famille, à Claude, à Sophie, à Catherine et à tes descendants.

Le 9 mars 2010. Mohammed Harbi

[Parution] La communication politique

La communication politique
Nouvelle édition revue et augmentée
Sous la direction d’Arnaud Mercier
CNRS Éditions, juin 2017

Commande en ligne 

Cet Essentiel offre un large panorama permettant de comprendre
les nouvelles formes et les enjeux de la communication politique contemporaine. Qu’en est-il aujourd’hui des connivences entre les mondes de la communication, des médias et de la politique ? Quels effets produisent les excès de la communication politique, lorsqu’on analyse les cas emblématiques de Silvio Berlusconi et Donald Trump ? Quel poids réel peuvent avoir l’internet et les réseaux socionumériques en contexte électoral ou dans un cadre insurrectionnel comme lors des
« printemps arabes » ?
Il s’agit dans cet ouvrage de dévoiler la crise du tout-marketing politique et l’urgence de penser autrement la communication politique, en identifiant ses contradictions et les menaces qui planent sur nos démocraties dans le cadre d’une guerre de l’information désormais ouverte. Menaces omniprésentes lors de l’élection présidentielle américaine puis française, où mensonges, rumeurs, « fake news » et attaques personnelles d’une rare bassesse ont proliféré sur les réseaux sociaux.

Sommaire :

  • Avant-propos à la nouvelle édition
    Arnaud Mercier
  • La communication politique entre nécessité, instrumentalisation et crises
    Arnaud Mercier
  • La communication politique : construction d’un modèle
    Dominique Wolton (1989)
  • Les dix contradictions de la communication politique
    Dominique Wolton (1995)
  • Les nouvelles contradictions de la communication politique
    Dominique Wolton (2017)
  • Communication délibérative et démocratie participative…
    Éric Dacheux
  • Le marketing politique
    Gilles Achache
  • Le phénomène Berlusconi : ni populisme ni vidéocratie, mais néo-politique
    Pierre Musso
  • Donald Trump ou la communication incantatoire
    Marie-Cécile Naves
  • Médiatisation du politique : stratégies, acteurs et construction des collectifs
    Eliseo Verón (1935-2014)
  • Les bulletins municipaux : une contribution ambiguë à la démocratie locale
    Christian Le Bart
  • Personnel politique et médias socionumériques : nouveaux usages et mythes 2.0
    Alex Frame
  • Blogs, réseaux sociaux et « révolutions arabes » : du fantasme à la réalité
    Tourya Guaaybess
  • La guerre de l’information russe : une guerre multidimensionnelle
    Nicolas Tenzer
  • L’appui des médias à la destitution de Dilma Rousseff
    Juremir Machado da Silva

[Parution] Hermès 77. Les incommunications européennes

Les incommunications européennes
Sous la direction de Joanna Nowicki, Luciana Radut-Gaghi et Gilles Rouet. 

Vous pouvez d’ores et déjà commander la version numérique sur Cairn. La version papier est disponible sur le site de CNRS éditions.

4° de couverture

En 1957, le traité de Rome donnait naissance à la Communauté économique européenne. Soixante ans plus tard et après six vagues d’élargissement, l’Union européenne compte désormais 510 millions de citoyens, répartis dans 28 pays. Mais institutions et géographie se superposent sans toujours s’articuler, et les Européens ont souvent des visions différentes du monde, des frontières, de la politique, de leur destin.

Ces situations d’incommunication se produisent parce qu’il existe un fonds commun : l’accord implicite des peuples sur l’existence d’une identité européenne et sur la grandeur du projet. L’europhobie actuelle n’est pas majoritaire et ne remet pas en cause structurellement l’utopie européenne. Trois incommunications coexistent : 1) au sein des 28 ; 2) entre les Européens de l’Ouest et l’Europe centrale et orientale ; 3) entre l’Europe et sa façade sud. Leur examen montre à la fois la distance entre les Européens et ce qui les rapproche.

Pourquoi la plus grande utopie politique, économique, culturelle de l’histoire du monde n’est-elle pas plus valorisée par les Européens eux-mêmes ? Pourquoi, malgré leurs différences, ne sont-ils pas plus fiers du travail accompli et de l’exemple que représente l’Europe pour le reste du monde ? Le projet européen ne signifie pas l’imposition d’un consensus, l’injonction d’une européanité subie. Il implique au contraire l’acceptation de l’autre, sa reconnaissance et la discussion. En un mot, la négociation, qui est au cœur de la communication politique et des objectifs de la revue Hermès. Le présent numéro propose de mieux comprendre ces incommunications européennes, d’en explorer les sources et de contribuer à promouvoir ce modèle de communication si unique dans l’histoire du monde.

[Parution] Guerre, armées et communication

Guerre, armées et communication
Sous la direction d’Éric Letonturier
CNRS Éditions, 2017

Commande en ligne 

Presse
Lettre_IRSEM_Juin_2017

Propagande, censure et désinformation d’un côté ; devoir de réserve, secret défense et silence dans les rangs de la « grande muette » d’un autre. Faire la guerre semble condamner la communication des armées à de tels extrêmes. Mais qu’en est-il aujourd’hui, avec l’internet et les réseaux sociaux, l’information continue et les lanceurs d’alerte, et une opinion publique de plus en plus sondée et souveraine ? Parallèlement, la surveillance géopolitique électronique, la numérisation du champ de bataille, l’arrivée des drones, robots et soldats augmentés sur les théâtres d’opérations changent aussi la donne.
Reste que la guerre engage toujours et avant tout des relations entre des hommes sur le terrain. Elle est aussi profondément un acte de communication pour être d’abord un dialogue rompu, un affrontement avec l’altérité. Avec, comme horizon, à l’heure de la montée des nationalismes et la multiplication des revendications identitaires, un risque croissant d’incommunication.

Sommaire :

  • Présentation générale
    Guerre et paix : la communication s’engage
    Éric Letonturier
  • Phénomènes de communication en zone de combat
    André Thiéblemont
  • Les « soldats de l’image » au cœur des enjeux de communication de la Défense française
    Bénédicte Chéron
  • L’opinion des Français sur leurs armées
    Barbara Jankowski
  • Guerre et information : l’exemple des lanceurs d’alerte
    Sébastien Schehr
  • Les militaires dans l’espace public numérique
    Michel Sage
  • Le « Killer Robot » est-il l’avenir de l’« Homo Militaris » ?
    Didier Danet
  • Cyberguerre et communication
    Daniel Ventre
  • L’arme de l’information à l’ère du jihad numérique
    François‐Bernard Huyghe
  • La guerre mise au musée et le tourisme de mémoire
    Jean‐Yves Boursier

Ouvrages reçus à la rédaction – appel à recensions

 

Les lecteurs qui souhaiteraient rédiger pour Hermès le compte rendu d’un des ouvrages suivants peuvent contacter la rédaction (hermes@cnrs.fr), qui leur indiquera les conditions de publication.

Allart, M.-C. et Visse, J.-P., Les Médias à table, Paris, L’Harmattan, 2016, 246 p.

Amadieu, J.-F., La Société du paraître, Paris, Odile Jacob, 2016, 250 p.

Amar, P., Internet, le nouveau presbytère, Paris, Lethielleux, 2016, 160 p.

Debray, R., Carnet de route, Paris, Gallimard, coll. « Quarto », 2016, 1144 p.

Dereix, C., Farcy, C. et Lormant, F. (dir.), Forêt et communication, Paris, L’Harmattan, 2016, 436 p.

Dix-huitième siècle, « Se retirer du monde », n° 48, 2016, 768 p.

Donot, M., Rodriguez, D. et Serrano, Y. (dir.), Leaders et leaderships dans les démocraties contemporaines, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 2016, 216 p.

Ganascia, J.-G., Le Mythe de la singularité, Paris, Seuil, 2017, 144 p.

Gontier, S., Ma Vie au poste, Paris, La Découverte, 2016, 262 p.

Gwiazdzinski, L. (dir.), L’Hybridation des mondes, Grenoble, Elya, 2016, 344 p.

Libaert, T. et Johannes, K., La Communication corporate, Paris, Dunod, 2016, 128 p.

Pedler, E., L’Esprit des lieux, Paris, éditions de l’EHESS, 2016, 264 p.

Robert, P. (dir.), L’Impensé numérique. Tome I : des années 1980 aux réseaux sociaux, Paris, éditions des Archives contemporaines, 2016, 172 p.

Salazar, P.-J., Blabla République, Paris, Lemieux, 2017, 248 p.

Théorêt, Y. et Guerrero, M. A., Données ouvertes : citoyens, sociétés et médias, Paris, éditions de l’Immatériel, 2016, 390 p.

Uhalde, M., Crise sociale et transformation des entreprises, Paris, L’Harmattan, 2016, 346 p.

[Vidéo] D’accord, pas d’accord. Dissensus et consensus dans l’espace public – BPI – 28 novembre 2016

La vidéo est en ligne !!

capture-decran-2017-01-17-a-18-03-00

Retrouvez la rencontre du lundi 28 novembre 2016, consacrée aux controverses, dans le cadre du cycle « Place aux revue » de la Bibliothèque publique d’information du Centre Pompidou sur :

Et également sur le site de France Culture https://www.franceculture.fr/conferences/bibliotheque-publique-dinformation/daccord-pas-daccord-mais-comment-tomber-daccord?xtmc=d%27accord&xtnp=1&xtcr=1

[RADIO] – L’alimentation demain – 2 janvier 2017

Lundi 2 janvier, Gilles Fumey, Daniele Zappalà et Christophe Lavelle étaient les invités de Mathieu Vidard sur le plateau de La Tête au carré (France Inter – 14 h-15h), autour de l’Essentiel  l’Alimentation de demain. 

 

Ecouter le podcast :
https://www.franceinter.fr/emissions/la-tete-au-carre/la-tete-au-carre-02-janvier-2017

Deux regards sur la situation politique au Brésil

Tom Dwyer et Juremir Machado sont membres du comité de rédaction d’Hermès. Dans les deux articles ci-dessous, ils livrent deux points de vue différents sur les derniers évènements politiques et sociaux survenus au Brésil. 

On retrouvera ici deux articles de ces mêmes contributeurs, rédigés avant la destitution de Dilma Rousseff, qui analysent en profondeur les raisons de cette crise inédite. 

 

A propos de Dilma Rousseff / un texte de Juremir Machado da Silva

Une femme qui n’a jamais froid aux yeux

Comme journaliste, présentateur d’Espace public, une émission politique quotidienne de 13h10 à 14h30 (heure de Brasília) sur Radio Guaíba, chaîne de Porto Alegre, la grande ville la plus au sud du Brésil, j’ai réalisé en 2016, avec ma collègue Taline Oppitz, deux interviews avec Dilma Rousseff. La première fois, elle était encore dans la condition de présidente écartée de ses fonctions attendant son jugement par le Sénat de République. La deuxième fois, elle était déjà destituée. À l’époque de notre première conversation téléphonique, elle y croyait encore et dénonçait la conspiration dont elle se considérait victime. Elle pointait du doigt son vice-président, Michel Temer, comme l’organisateur d’un coup d’État sous la couverture mal dissimulée d’un impeachment fait, à son avis, sans raisons constitutionnelles claires et nettes.

dilma

Dilma Rouffeff, 11 mars 2016. José Cruz — Agência Brasil / EBC

Notre entretien a eu une répercussion nationale. La fermeté de Dilma Rousseff, même traversant une mauvaise passe, a attiré l’attention des gens un peu partout dans le pays. Au moment de notre deuxième conversation, environ un mois après sa destitution, elle s’est montrée sans rancune, très lucide sur les raisons de sa chute et ironique. Elle a prononcé une phrase qui a provoqué des échos :

« Je n’ai pas eu de haine par ceux qui m’ont torturé pendant la dictature et je ne vais pas avoir de haine pour un traître”.

Pour Dilma Rousseff la question n’était pas personnelle, mais politique. Elle a été retirée du pouvoir par une coalition de droite, associée aux médias, pour qu’un programme de mesures ultralibérales puisse être approuvé et appliqué : flexibilisation des lois du travail, reforme de la sécurité sociale, fixation d’un âge minimum, à 65 ans, pour la retraite, diminution des investissements dits sociaux, adoption d’un contrôle rigide des dépenses publiques, qui ne pourront pas être corrigées au-dessus de l’inflation annuelle pendant 20 ans, révision du système d’exploitation du pétrole en mer profonde, en faveur d’entreprises étrangères, et reforme des lycées visant la valorisation des aspects techniques en détriment des sciences humaines et des arts.

Dilma Rousseff est retournée à Porto Alegre où elle vit dans son modeste appartement de classe moyenne. Grâce à une décision controversée du Sénat, elle a gardé ses droits politiques. Elle ne sait pas encore si elle sera un jour candidate à un nouveau poste politique. Mais elle ne se voit pas hors jeu. Elle se donne comme mission d’aider à renouveler le Parti des Travailleurs (PT), fortement touché par les scandales de corruption et qui a échoué au premier tour des élections municipales de 2016, perdant la ville de São Paulo et diminuant son capital électoral partout dans le pays. Pour ses ennemis, elle ne représente aucun danger. L’homme à abattre est Lula. Il faut tout faire pour l’empêcher d’être candidat en 2018 à la présidence de la République. Attaqué sans répit, il est toujours premier dans les sondages. Dilma n’a jamais froid aux yeux. Lula continue à terroriser la droite avec son immense popularité.

Juremir Machado da Silva, université pontificale catholique, Porto Alegre

 

On the political landscape in Brasil / a text by Tom Dwyer

In a nutshell – since last article:

A Supreme Court decision banned company financing for the 2016 municipal elections. Political campaigns become more modest, simpler and cheaper.[1]

The Senate has passed measures that reduce the number of political parties.[2]

Dilma’s lack of leadership has been substituted by a robotic president who transmits a simple message about his aims, he gets parliamentary victories but has yet to prove himself worthy to obtain the people’s trust.

The economy is in really bad shape.

Unemployment continues to rise. Large and small companies, all levels of government and increasingly individuals have piled up record levels of debt, and bankruptcy is soaring. The country’s ‘growth machine’ has broken. Should pension reform be ignored, Greece is presented as Brazil’s future. Critical economic voices have hushed, the defenders of the ‘new economic matrix’ have disappeared, for many “The PT has destroyed Brazil”.

Temer has astutely defined his mission “to save Brazil”. Firstly, the economic team projects an aura of competence, professionalism and absolute respectability (in contrast, two former PT finance ministers were arrested by Car Wash), members are didactic, enjoy very positive media profiles and are led by the former president of Lula’s Reserve Bank (portrayed as socially oriented). The government’s key economic reform requires emending the Constitution, it has passed in the House and awaits the Senate vote. Other reforms will follow.

Brazil has a very charged environment where a spark can cause a bushfire. To ‘save Brazil’ requires avoiding obstacles, adhering to the constitution, and skillful piloting of the waves produced by complex causes: Car Wash, reactions to economic reforms, a severely wounded PT, the federative system, a corruption-riddled parliamentary base and the emergence of new social actors. Perhaps 200 politicians will be denounced for corruption by some 70 top executives through plea bargaining. This event is predicted to be an earthquake for the former government and others.

dilma-manif

Manifestations. AFP – Miguel Schincariol

The society is boiling, and so many bubbles appear as carefully scripted events to maximize media attention, others escape the script. Two short weeks ago Rio de Janeiro’s governor declared the state bankrupt, and proposed pension reforms. Within a week , two of the state’s ex-governors were arrested (one in a cinematographic dawn Car Wash operation in wealthy Leblon), the minister of Culture resigned accusing the ‘deputy prime minister’ of Patrimonialism, fifty right wing militants supporting Car Wash and military rule stormed a session of national Congress and a televised clash between two former chief justices viralized. In the previous week the magnificent Rio de Janeiro State legislative assembly was the stage for an atypical occupation in these hyper-effervescent times, civil servants and armed policemen fighting pension reforms. Elsewhere, secondary students occupy schools, sometimes creatively, protesting against fiscal and educational reforms. A challenge for the media is to help make these different conflicts comprehensible!

For many, none of this is normal! It frightens, yet also gives voice and hope. However, the country’s situation continues to be extremely difficult. At another level events inspire jokes, ideas, memes, slogans that feed back into a critique power. New material for making celebrities appears noticeably in carnival fantasies: as was the case in 2016 for “The Japanese Federal Policeman,” who makes the arrests, and Car Wash’s judge.

The ‘deputy prime-minister’s’ resignation took a slow week, where the press and the social media portrayed the case as patrimonialism, and the public no longer considers such practices to be healthy. “Brazil is changing!” Recent weeks have also seen efforts to make a ‘big pizza’ – an amnesty for politicians accused by Car Wash. Shared outrage on the internet aligned both supporters of impeachment and opponents of Temer. On Sunday November 27th, as I finished this article, the government presented a hastily reformulated communication strategy. Then, a presidential announcement – any ‘big pizza’ will be vetoed!

Carnival and politics

As the military government lost its grip on power, the 1984 carnival added its voice – when live TV transmission occurred people all over Brazil interrupted ‘playing’ and chanted for direct (democratic) elections pressuring the course of history. Brazil’s first impeachment occurred in 1992, at the following Carnival a scandal was blown so out of size that lead some to call for the weakened and enigmatic new president to forfeit his job!

2016 has been a nightmare! 2017 should be far from easy! Barring a hecatomb Brazil will plunge into Carnival at the end of February. Yesterday’s heroes and hangers-on become tomorrow’s villains and new heroes will emerge. Carnival is a space for the construction of personal statements, one ‘plays’, relaxes, laughs, establishes dialogue and provokes – at the center of the spirit – the mockery of power. But power can also surprise! Trump became president of the US, this offers some Brazilians an occasion to laugh off their woes on

On Ash Wednesday the country will go back to ‘routine’, on present projections the government’s popularity is likely to remain low, but not unpopular like Dilma’s was towards the end. Temer’s says his mission is to save Brazil, not to be popular! His government’s best hopes hinge upon a reaction from the economy, and his worst nightmares in not being able to avoid the traps.

Tom Dwyer, University of Campinas

[1] The PT was thrashed, Temer’s centrist party stagnated, and the major former opposition was greatly strengthened.

[2] This still has to go to the vote in the lower house.

 

[Rencontre] L’alimentation demain – 7 décembre 2016 – ISCC

A l’occasion de la parution du livre L’Alimentation Demain. Cultures et médiations (CNRS Éditions, collection les Essentiels d’Hermès), le Food 2.0 Lab présentera les enjeux de la recherche sur le futur de l’alimentation. Non pas seulement des « innovations » mais des réflexions de fond sur le statut des aliments issus de la Food tech californienne, sur le rôle des migrants dans la fabrique d’une alimentation métissée, sur les nouvelles valeurs de la viande et des protéines végétales, etc…

Le mercredi 7 décembre à 17h
à l’Institut des sciences de la communication
CNRS/Paris-Sorbonne/UPMC
20 rue Berbier-du-Mets – 75013 Paris

Entrée libre

[Rencontre] D’accord, pas d’accord. Dissensus et consensus dans l’espace public – BPI – 28 novembre 2016


debutIntroduction au débat par
Romain Badouard
debut2Thierry Paquot, Sylvestre Huet, Dominique Wolton,
Sophie Wahnich et Romain Badouard
huetSylvestre Huet évoque la controverse sur le réchauffement climatique vermeeshDimitris Alexakis et Laure Vermeersch rejoignent le
plateau pour parler de la situation grecque et du
mouvement Nuit debout
lectureLecture par Suzanne Doppelt et
Vincent Broqua :
Le serment du Jeu de Paume,
John Ashbery (Extraits)
broqua2Lecture par Vincent Broqua,
Archives pour un monde menacé,
Anne Waldman (Extraits)
rabauSophie Rabau propose à la salle de participer à un exercice d’interpolation
logo-bpi Impression vacarme_logo petit-logo-entnbhd

Dans le cadre du cycle « Place aux revues », la bibliothèque publique d’information (BPI) du Centre Pompidou organise, en partenariat avec les revues Hermès et Vacarme, ainsi que l’association Ent’revues, une rencontre sur le thème

D’accord, pas d’accord
Dissensus et consensus dans l’espace public

Lundi 28 novembre 2016 à 19 heures

Petite Salle, Centre Pompidou, Niveau -1
Entrée principale, rue Saint-Martin (Piazza)
 75004   Paris
Entrée libre dans la limite des places disponibles

Contact :

Jérémie Desjardins
Service du Développement culturel
jeremie.desjardins@bpi.fr

Cette rencontre sera diffusée en direct sur le site web de la BPI à partir de 19h.
Elle sera prochainement disponible sur la Web TV/ Web radio de la BPI

Page facebook de l’événement 

Comment naît et se structure le débat dans la société ? Comment la controverse s’organise t-elle ? Comment amener des points de vue à se rencontrer, à dialoguer, à se confronter pour mieux faire avancer les idées ?
La revue est au cœur des formes, des lieux et des acteurs du débat dans l’espace public. Les revues Hermès (CNRS) et Vacarme proposent une soirée d’interventions critiques, de  performances et de tables rondes pour mieux réfléchir et… mieux débattre !

Débat avec :

Romain Badouard, Université de Cergy-Pontoise, coordonnateur du numéro 73 de la revue Hermès : « Controverses et communication« .

Sylvestre Huet, journaliste scientifique, blog {Sciences2}

Sophie Wahnich, historienne, membre de la revue Vacarme

Dominique Wolton, directeur de recherches au CNRS en sciences de la communication, directeur de la revue internationale Hermès

Thierry Paquot, philosophe de l’urbain

Suivi d’un dialogue avec :

Dimitris Alexakis, artiste, créateur et animateur de « l’atelier de réparation des télévisions » à Athènes, collaborateur de Vacarme

Laure Vermeersch, cinéaste documentaire, membre de Vacarme

Les débats seront ponctués par des lectures et interventions artistiques de :

Suzanne Doppelt, écrivaine, photographe et éditrice

Vincent Broqua, traducteur et professeur de littérature à l’Université de Paris 8

Sophie Rabau, auteure, maître de conférences à l’Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle

 

 

[Parution] L’alimentation de demain. Cultures et médiations

CV_AlimentationDemain.inddL’alimentation demain. Cultures et médiations
Sous la direction de Gilles Fumey
CNRS Éditions, 2016

Commande en ligne

Gastronomie, Food tech, santé, big data et génétique sont, entre autres, au menu de cet Essentiel entièrement inédit. Les chercheurs réunis ici nous éclairent sur les comportements alimentaires et les nouvelles pratiques ou tendances qui façonnent, à travers le monde, l’alimentation de demain.
Depuis quelques années, l’alimentation est un objet de controverses… La communication est devenue cruciale pour comprendre les crises alimentaires (scandales sanitaires, OGM, avaries dans la distribution ou la restauration). Le mécanisme est partout le même : pléthorique et contradictoire, l’information circule à la vitesse de la lumière, elle se déforme, affole ou séduit les mangeurs. Les individus, notamment les « millennials », sont pris entre renoncement et pratiques alternatives, nourris par une défiance croissante envers l’industrie agroalimentaire.
Ces médiations mettent les chercheurs au défi de comprendre comment les consommateurs construisent leurs systèmes de confiance et réinventent la façon dont nous mangerons demain.

raffardUn exemple d’hybridation culinaire :
le kebab japonais au riz et à la sauce curry.
Source : P. Raffard, 2015
burger 

www.impossiblefoods.com

Sommaire :

  • Présentation générale
    L’alimentation comme médiation avec le monde
    Gilles Fumey
  • Émergence de nouvelles pratiques alimentaires et controverses
    François Allard-Huver
  • Culture gastronomique et alimentation de demain
    Denis Saillard
  • Les Cités de la Gastronomie, lieux culturels, scientifiques et touristiques
    Dominique Pagès
    Encadré
  • Les nouveaux idéaux « récréatifs » de la gastronomie italienne
    Daniele Zappalà
    Encadré
  • La révolution Food 2.0 en Californie : cuisine, génétique et big data
    Richard C. Delerins
  • L’Asie monte en puissance
    Nicolas Baumert
  • La Méditerranée culinaire : diffusion, succès, politique
    Pierre Raffard
  • La viande : définition, statuts et controverses
    Michaël Bruckert
  • Les protéines végétales : un nouvel eldorado nutritionnel
    Christophe Lavelle et Karen Uriot
  • Le buveur, miroir des pratiques alimentaires du mangeur
    Céline Hervé-Bazin