Archives par étiquette : réseaux socionumériques

[E]réputation. Médiation, calcul, émotion

CV-e-reputation[E]réputation
médiation, calcul, émotion

Camille ALLOING
CNRS Éditions, coll. « CNRS Communication »
Mai 2016
ISBN : 978-2-271-09190-1
280 p., 25 euros

Évaluer une entreprise, commenter un produit ou un service, « liker » un message promotionnel… Le Web produit des réputations. Si les organisations quantifient depuis de nombreuses années les opinions pour évaluer leurs réputations, et orienter leur prise de décision, en quoi le Web modifie-t-il ces approches ? Comment les dispositifs numériques calculent-ils, voire fabriquent-ils ce que l’on nomme couramment
l’e-réputation ? Est-elle un nouveau moyen de s’orienter en ligne autant qu’une nouvelle forme d’autorité ?

Dans cet ouvrage, la réputation en ligne est analysée et discutée selon quatre prismes : documentaire (comme un ensemble d’indicateurs), algorithmique (comme un élément de gouvernance des plates-formes web), affectif (comme un élément de nos sociabilités connectées) et managérial (car pour les praticiens la réputation numérique
« se doit » d’être gérée par les organisations).

Camille Alloing est maître de conférences en sciences de l’information-communication à l’IAE de l’Université de Poitiers. Après avoir été consultant et ingénieur R&D dans les domaines du management de l’information et de l’e-réputation, il consacre ses travaux universitaires aux questions des pratiques de consommation de l’information en ligne, spécifiquement sur des terrains organisationnels.

http://cadderep.hypotheses.org/

Identités numériques. Expressions et traçabilité

identites-numeriquesIdentités numériques – Expressions et traçabilité
Sous la direction de Jean-Paul Fourmentraux
CNRS Éditions, 2015

Commande en ligne

À l’ère d’Internet, l’expression de nos identités numériques est prise en porte-à-faux. D’un côté, l’invention par les citoyens-internautes de nouvelles modalités d’expression et de revendications identitaires, individuelles et collectives sont susceptibles de renforcer le lien social et l’existence démocratique. D’un autre côté, la propension de contrôle de ces identités à des fins économiques et politiques s’accroît via la captation, la fidélisation et la traçabilité des profils. Répression et surveillance de nos comportements numériques semblent plus que jamais d’actualité.
Comment maîtriser ses identités numériques ? Peut-on être personne sur le réseau ? Peut-on effacer ses traces ? Que faire de tous nos mots de passe et identifiants ? Ce volume des Essentiels d’Hermès propose de mettre en lumière les ressorts et dilemmes de la présence en ligne et de l’« être ensemble », ou autrement dit de la communication à l’ère numérique.

Sommaire :

  • Présentation générale – Identités et liaisons numériques
    Jean-Paul Fourmentraux
  • (Dé)jouer les identités numériques : Net art et médiactivisme
  • L’identité à l’ère des Digital Humanities
    Milad Doueihi
    Entretien avec Jean-Paul Fourmentraux
  • Des techniques de soi ambivalentes
    Alexandre Coutant
  • Philosophie des sites de rencontres
    Marc Parmentier
  • Une figure du double numérique : l’avatar
    Frank Beau
    Entretien avec Oriane Deseilligny
  • L’identité comme stratégie relationnelle
    Dominique Cardon
  • Utilisation des réseaux socionumériques par les jeunes Européens
    Nouveaux résultats sur la vie privée, l’identité et les connexions sociales
    Sonia Livingstone, Giovanna Mascheroni et Maria Francesca Murru
  • Géolocalisation et incertitude
    Jacques Perriault
  • Du signe à la trace : l’information sur mesure
    Louise Merzeau
  • Authentification, identification et tiers de confiance
    Michel Arnaud
  • Économie de l’attention et vie privée
    Emmanuel Kessous et Bénédicte Rey
  • L’homme, un document comme les autres
    Olivier Ertzscheid

Les réseaux

les-reseaux-eric-letonturierLes réseaux
Sous la direction d’Éric Letonturier
CNRS Éditions, 2012

Commande en ligne

Avec Internet, le mot « réseau » connaît une popularité sans précédent. Pourtant, cette notion existe depuis fort longtemps et dans des domaines variés. Mais quand et où est-elle apparue au juste ? Avec quelles significations ? Et à quelles réalités, à quelles conceptions du monde correspond-elle ? De la biologie à la sociologie en passant, entre autres, par l’histoire des techniques, la philosophie et les arts, le réseau puise dans un imaginaire ancien et s’avère une notion complexe et polysémique. À l’image, de toute évidence, de nos sociétés.

Sommaire :

  • Présentation générale – Réseau : concept « indiscipliné »
    Éric Letonturier
  • Les réseaux en utopie
    Thierry Paquot
  • Les territoires de l’interconnexion en Europe XIXe – XXIe siècles) : de la mystique du réseau aux stratégies de communication
    Christophe Bouneau
  • L’histoire des grands réseaux techniques : les cloisons tombent
    Léonard Laborie
  • Internet, et avant ? (Années 1950/1990)
    Valérie Schafer
  • Le réseau de communication selon Michel Serres
    Extrait de Hermès ou la communication
  • Réseaux informatiques et modèle des graphes petits-mondes
    Benoît Le Blanc
  • Quand l’informatique observe les réseaux
    Alain Lelu
  • Réseau contre appareil
    Vincent Lemieux
  • Les réseaux de sociabilité
    Bernard Valade
  • Corps et réseau : l’exemple du cerveau
    Frédéric Alexandre
  • Les réseaux de production collaborative de connaissances
    Mélanie Dulong de Rosnay
  • Art et Réseau – La (télé)communication créative
    Jean-Paul Fourmentraux
  • Sur quelques particularités des réseaux frontières
    Jacques Perriault
  • Réseaux, altérité et communication
    Dominique Wolton

Hermès 62. Les jeux vidéo. Quand jouer, c’est communiquer

Le n° 62 sera en librairie le 26 avril 2012


Les jeux vidéo. Quand jouer, c’est communiquer
Sous la direction de Jean-Paul Lafrance et Nicolas Oliveri

Vous pouvez commander la version numérique sur Cairn et la version papier sur le site de CNRS éditions.

4° de couverture

Les jeux vidéo passent pour un sujet complexe, ésotérique et controversé. Complexe, parce que l’expression recouvre aujourd’hui une gamme proliférante de produits sophistiqués. Ésotérique puisque, sacrifiant à l’idéologie techniciste, le jargon y règne en maître. Et controversé, car le jeu vidéo serait infantilisant, capitaliste ou belliciste pour les uns, intelligent, créatif, voire sportif pour les autres.

Sans nier cette polysémie ni négliger les recherches abondantes et toujours passionnées qu’elle a suscitées, la revue Hermès se propose d’aborder la question avec une idée simple : le jeu vidéo, au fond, serait un outil de communication.

Qu’ il constitue une entreprise d’ abrutissement social ou un processus d’ apprentissage innovant, qu’ il suscite l’ alacrité d’ esprit ou favorise la dépendance, qu’ il atteste l’ émergence d’ un art nouveau ou réponde à une stratégie marketing bien comprise, le processus demeure le même. Le jeu vidéo incite son utilisateur à communiquer en mettant à sa disposition un média de plus en plus connecté, une technologie désormais en ligne et une grammaire essentiellement ludique. Que cette communication soit biaisée n’y change rien.

Voilà pourquoi la revue Hermès devait aborder les jeux vidéo. Notre monde est fasciné par la technique. Par leur inventivité, le jeu vidéo comme l’Internet – l’ un et l’ autre ayant partie liée – maintiennent cette fascination à ébullition. Comme ils constituent désormais l’industrie culturelle la plus florissante, avant même le cinéma, on se prend à croire que les jeux vidéo transforment la réalité à leur image.

Notre monde, lit-on souvent, deviendrait ludique. N’est-ce pas prendre la partie pour le tout ? Et si, finalement, les jeux vidéo n’étaient qu’une nouvelle réponse technique à la question fondamentale : comment aborder l’Autre ?

Hermès 59. Ces réseaux numériques dits sociaux

Le n° 59 sera en librairie le 28 avril 2011


Ces réseaux numériques dits sociaux
Sous la direction de Thomas Stenger et Alexandre Coutant

Vous pouvez commander la version numérique sur Cairn et la version papier sur le site de CNRS éditions.

4° de couverture

Facebook, MySpace, Twitter, YouTube, Copains d’avant, Viadeo… Deux tiers des internautes seraient déjà séduits par la nébuleuse « médias sociaux ». Le Web participatif, qui recouvre des dispositifs et des usages fort différents, captive décideurs et commentateurs.

En consacrant ce numéro aux « réseaux socionumériques », derniers nés de ces dispositifs, Hermès prolonge et approfondit la critique du numérique menée par la revue et l’Institut des sciences de la communication du CNRS (ISCC).

Chercheurs de divers horizons disciplinaires et professionnels du Web interrogent le phénomène, en procédant non seulement à une analyse des diverses appellations, souvent trompeuses, mais aussi en replaçant ces sites dans l’histoire des réseaux de communication. Les articles mettent en lumière la reproduction d’activités sociales et l’essor de nouvelles formes de relations. Ils soulignent aussi les compétences requises et les risques associés au développement massif des réseaux socionumériques.

Les formes de lien social et de communication, la visibilité de la vie quotidienne, l’effacement des frontières publiques et privées (caractéristiques de ces dispositifs) sont mises en perspective. Une ouverture internationale permet de mieux comprendre la variété des « arts de faire » avec ces plateformes numériques, aussi bien du côté des particuliers que des entreprises. Car il faut bien apprécier les finalités multiples et les stratégies complexes de ces sites, tantôt amis, tantôt faux amis.

La Norme numérique. Savoir en ligne et Internet

la-norme-numerique-jacques-perriault-et-cecile-vaguerLa Norme numérique
Savoir en ligne et Internet
Jacques Perriault et Cécile Vaguer (dir.), 2011.
CNRS Éditions, coll. « CNRS Communication »

Les échanges sur les réseaux numériques impliquent des règles communes d’organisation des plateformes et des données. Ces conventions, élaborées dans des organisations multilatérales, sont au départ des standards adoptés par des groupes d’utilisateurs. Elles deviennent des normes numériques lorsqu’un large consensus international les retient. Cet ouvrage initie le lecteur profane à cette activité peu connue qu’est la normalisation pour la circulation des savoirs sur Internet.

Hermès 41. Psychologie sociale et communication

Le n°41 sera en librairie le 2 juin 2005


Psychologie sociale et communication 
Sous la direction de Brigitte Orfali et Ivana Marková 

Vous pouvez commander la version numérique sur Cairn et la version papier sur le site de CNRS éditions.

4° de couverture

L’étude du conflit entre l’individu et la société définit la psychologie sociale. Une définition complémentaire renvoie à l’étude des interactions entre individus, entre individus et groupes, entre groupes au sein des ensembles plus larges que sont la société et la culture. Parler de conflit, c’est d’emblée désigner des lieux dans lesquels s’insèrent ces conflits. La psychologie sociale s’est toujours attachée à l’étude des tensions dans les phénomènes de communication notamment, à l’analyse des processus d’insertion des individus dans leurs divers groupes d’appartenance comme de référence. Elle s’est par ailleurs toujours intéressée aux phénomènes politiques et cognitifs qui sont intrinsèquement liés aux processus de communication.

Miroirs maghrébins. Itinéraires de soi et paysages de rencontre

miroirMiroirs maghrébins. Itinéraires de soi et paysages de rencontre
Susan Ossman (dir.), 1998.
CNRS Éditions, coll. « CNRS Communication »

Au Maghreb, les genres expressifs participent, de manières diverses, à la mondialisation des cultures. Cet ouvrage tente d’appréhender les dynamiques sociales à l’oeuvre dans l’usage quotidien des médias internationaux.Elaboré à partir d’enquêtes sur le terrain et de travaux historiques, il confirme, qu’au delà duprocessus de « réappropriation culturelle », l’expansion des médias contemporains et celle de moyens d’expression plus traditionnels sont concomitantes. Leurs développements contribuent à la création de nouveaux espaces de sociabilité, mais aussi à l’émergence de réseaux, « territoires de la communication » sans lieux.