Étiqueté : réseaux sociaux

Une photographie de streamers et streameuses faisant un karaoké durant le ZEvent 2022. La salle est plongée dans le noir, les visages de la quinzaine de participants sont éclairés par l'écran de l'ordinateur devant lequel ils sont assis ou debout. Bouche grande ouverte, ils sont en train de chanter à tue-tête devant un micro.

ZEvent : le retour de la télévision sur Internet ?

« Vous voulez dire qu’il y a des gens qui regardent d’autres gens en train de jouer à des jeux vidéo ? Faut vraiment rien avoir à foutre de sa vie. » Huit ans plus tard, l’incompréhension d’Antoine de Caunes a laissé place à plusieurs millions d’euros récoltés. Entre récupération politique et légitimation progressive, le stream français s’installe dans le paysage audiovisuel… en ligne.

Photographie d'une pancarte brandie par un ou une manifestante, sur fond de ciel bleu et d'un immeuble de bureaux. Sur la pancarte blanche, on peut lire à gauche "Say her name", à droite "#MahsaAmini Women Life Freedom Iran". Au centre est collée une perruque de cheveux noirs et frisés.

Femme, vie, liberté

[Par Asal Bagheri] Pendant quatre décennies, les femmes iraniennes ont fait les frais d’un des systèmes politiques les plus oppressifs du monde. Alors aujourd’hui, malgré le risque de mort, les femmes et les jeunes, au-devant de la scène contestataire iranienne, montrent au monde entier comment se défendre comme des féministes.

Une photographie de deux enfants d'environ 10 ans assis devant un écran dans une salle de classe. L'un est un garçon blanc, debout, les mains sur le clavier. L'autre est une fille noire, assise, portant un casque audio. L'écran est tourné vers les enfants.

Les communs : levier pour l’enseignement (du) numérique à l’école

[Les archives d’Hermès] En 2017, Louise Merzeau et Hélène Mulot appellent l’école à se départir d’une conception instrumentale du numérique qui formate les élèves en utilisateurs dociles, pour le repenser comme un environnement à investir et à transformer collectivement. Car c’est le rôle de l’école que de réunir, protéger et enseigner les conditions de transmission des savoirs.

Axel Kahn, récit d’un homme au pluriel

Axel Kahn, médecin, généticien et président de la Ligue contre le cancer, décède, ironiquement, des suites d’un cancer le 6 juillet 2021. Icône émérite du monde scientifique, il laisse derrière lui un témoignage numérique de son vivant au travers d’un blog.

Covid-19 : la médiation scientifique et la démocratie

Depuis mars 2020, la Covid-19 est dans tous les domaines de nos vies, dans tous les discours, tous les médias. Elle régit le travail, la vie politique, la relation aux autres. Le 2 février 2020, l’OMS créait le mot-valise « infodémie », drôle de mot assurément. Il désigne la vague d’informations fausses ou trompeuses véhiculées sur les réseaux sociaux et les moteurs de recherche au sujet d’une épidémie.

Justice- Pierre Abboud

Beyrouth, 1 an après l’explosion du 4 août 2020

L’explosion du 4 août 2020, l’une des plus fortes explosions non nucléaires au monde, n’est pas une catastrophe naturelle. Elle a fait 217 morts, des milliers de blessés, et détruit des pans entiers de la ville. Des responsables existent. Quelque part dans la nature. Qui sont les coupables, par action ou omission ? Qui a éhontément stocké des milliers de tonnes de nitrate d’ammonium, un engrais hautement explosif, dans l’enceinte du port, au milieu de la ville ? Pourquoi ? À quelles fins ? Et comment ce nitrate a-t-il explosé ? Un an plus tard, la justice n’est pas bien avancée.

Charles Martel à la bataille de Poitiers, en octobre 732, représentation par Charles de Steuben (1837), Galerie des Batailles, musée d'histoire de France, château de Versailles.

En appeler à Charles Martel pour haïr

Le week-end du 10 avril 2021 a été le cadre de plusieurs actions violentes contre la communauté musulmane française. Des inscriptions telles que « Les croisades reprendront », « Charles Martel sauve-nous » ont été inscrites, dimanche 11 avril, sur les murs extérieurs du centre culturel islamique Avicenne de Rennes.

Pawl Kuczynski

La radicalité à l’aune des théories du complot

D’autre part, l’une des premières conséquences des derniers confinements, observés en France et ailleurs, est l’accroissement du temps passé devant les écrans. On parle même d’addiction à l’Internet et aux réseaux sociaux numériques. La radicalité n’y trouve-t-elle pas une autre porte ouverte ? Pourtant, les technologies numériques d’information et de communication peuvent aussi être un remède pour le lien social qui va progressivement à l’évanescence. Alors, comment trouver un remède aux maux de cette forme de radicalité qui puisent ses racines dans les idéologies extrémistes ?

Les défis que les Gafam posent à la démocratie

Suffira-t-il d’imposer la régulation politique pour bien encadrer ces industries de l’information, de la connaissance, de la culture et de la communication ? Rien n’est moins sûr. La chasse aux fake news, récemment enclenchée, n’a pas éradiqué le fléau. Et de protectrice de la démocratie, elle risque d’être liberticide si les mesures prises mènent à une restriction de la liberté d’expression, pouvant être assimilée à la censure.

La « nouvelle » Algérie dans son miroir

Avant de tomber dans l’actuelle crise sanitaire qui fragilise les États-nations, quelques pays du sud de la Méditerranée comme le Liban, l’Irak et l’Algérie vivaient des soulèvements, voire des révolutions populaires. Quels effets sur les pouvoirs et institutions hégémoniques ? Quel bilan des revendications proclamées par le Peuple dans l’espace public ? Quelles sont les réalités politiques et communicationelles du Hirak algérien ?

Le fragile débat brésilien sur les infox

Comme l’ont montré les derniers sondages d’opinion, les Brésiliens craignent l’impact des infox et considèrent qu’il est important d’établir un projet de loi pour lutter contre la désinformation. Un élément important qui a obligé le Sénat fédéral à débattre et à approuver la mise en œuvre d’un projet de lutte contre leur diffusion. Le projet de loi brésilien de Liberté, Responsabilité et Transparence sur internet (projet de loi 2.630/2020 — Lei Brasileira de Liberdade, Responsabilidade e Transparência na Internet), proposé par le sénateur brésilien Alessandro Vieira, marque une étape importante dans le combat mené contre l’industrie de la désinformation dans le pays.

Clarifier l’information en temps de crise : covid-19 et émergence des expertises 2.0.

La crise de confiance sociale et populaire envers les communautés épistémiques traditionnelles a ébranlé le statut d’une vérité issue d’un discours que l’on pensait alors consensuelle, intangible et descendante, puisque provenant d’une catégorie d’experts jusqu’alors rarement remise en question :  celle de l’expert scientifique. Véritable défi lancé à la figure de l’expert par le nouvel espace public numérique, cette remise en question a permis l’émergence de nouveaux “experts” de tout bord. Ils alimentent le débat et l’abreuvent d’informations immédiates et diluées se réclamant toutes d’une vérité particulière/singulière rendue possible par le spectre de plus en plus large de l’espace public numérique.

Les réseaux sociaux numériques ne sont pas des espaces publics

Le confinement qui accompagne la crise sanitaire que nous connaissons nous conduit à utiliser encore plus intensivement les dispositifs numériques. Or si ces derniers permettent de pallier la non communication (l’absence de communication), il tendent également à développer l’incommunication (une incompréhension partielle) comme les contributeurs du numéros 84 de la revue Hermès l’ont montrée. Cette incommunication est particulièrement à l’œuvre dans les réseaux sociaux numériques (Facebook, Twitter, etc.) qui, s’ils sont bien, parfois, des espaces communs d’expression politique ne sont jamais des espaces publics où peut se déployer une raison publique.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search