Archives par étiquette : religion

Hermès 70-71, Le 20e siècle saisi par la communication

H70La communication est de tous les temps. Pourtant, c’est incontestablement au 20e siècle qu’elle devient omniprésente sur la scène sociale. Souvent confondue avec l’information, elle est l’objet de réductionnisme technique et le support de bien des idéologies. Si certains y voient la promesse d’une libération des individus, d’autres n’y trouvent que rhétorique et instrumentalisation des masses.

Le premier volume est consacré aux « révolutions de l’expression » qui se manifestent tout au long du siècle par des mutations médiatiques radicales. La question des modes de transmission, des supports et des codages y devient centrale, tout comme la place de l’individu, du groupe et l’expression de l’opinion publique. La communication élit domicile dans l’espace public, véritable centre de gravité des sociétés modernes. Enfin, qu’il s’agisse de cinéma ou de musique, de design ou de littérature, les évolutions du champ artistique au 20e siècle offrent une porte d’entrée incomparable pour saisir les tensions et paradoxes de cette révolution de la communication. Pourquoi cette révolution n’est-elle jamais considérée comme légitime ? Pourquoi la communication est-elle omniprésente sans être assumée, centrale et néanmoins marginalisée ?

Le second volume analyse la communication comme une discipline et un objet propre ayant connu, tout au long de cette période, des ruptures et des filiations. À partir de terrains toujours plus vastes et nombreux, ses concepts, écoles de pensée et paradigmes théoriques témoignent de la diversité de ses préoccupations et orientations, mais aussi de problématiques communes et de thématiques récurrentes. Les conflits et controverses qui la traversent attestent de sa vitalité, sans pourtant exclure des impensés en des temps de sur-événementialité médiatique et d’idolâtrie technique.

Appelant une saisie interdisciplinaire, l’étude de la communication est rendue d’autant plus complexe que son objet engage, rencontre et bute sur une inconnue majeure : l’altérité. Diversité culturelle, mondialiH71sation et dynamiques identitaires locales ou globales en sont les marqueurs aujourd’hui évidents. La communication, prise entre injonction sociale et liberté d’expression de chacun, est-elle gage d’une meilleure compréhension de tous ? L’incommunication reste en tout cas son horizon. L’épreuve de l’autre est toujours au risque de soi. C’est sans doute dans cette réalité première que réside, sur fond d’incertitude croissante au 20e siècle, l’enjeu fondamental de la communication.

La cohabitation culturelle

la-cohabitation-culturelle-joanna-nowickiLa cohabitation culturelle
Sous la direction de Joanna Nowicki
CNRS Éditions, 2010

Commande en ligne

Pour cohabiter pacifiquement malgré les différences, il faut commencer par appréhender l’altérité, la comprendre sur plusieurs plans : philosophique, culturel, religieux, etc.
Le présent volume veut illustrer ces différents angles d’approche. Il s’attache à décrire les enjeux et les obstacles de la cohabitation culturelle à l’heure de la mondialisation. Si l’on veut lutter contre l’intolérance, il faut comprendre que la cohabitation culturelle est devenue l’enjeu majeur du XXIe siècle.

Sommaire :

  • Présentation générale – La cohabitation culturelle : un enjeu politique
    Joanna Nowicki
  • La culture : le refoulé de l’Europe
    Dominique Wolton
  • La genèse des stéréotypes dans les jeux de l’identité/altérité
    Christiane Villain-Gandossi
  • La relation à l’autre à travers les citoyennetés de l’Europe
    Dominique Schnapper
  • Droit des religions dans une Europe interculturelle
    Francis Messner
  • Repères dans l’histoire de la francophonie
    Stélio Farandjis
  • La place des droits culturels dans la Convention de l’Unesco sur la diversité culturelle
    Laura Anghel
  • Les enjeux du plurilinguisme et de la traduction dans un monde babélisé
    Michaël Oustinoff

Hermès 51. L’épreuve de la diversité culturelle

Le n° 51 sera en librairie le 4 septembre 2008


L’épreuve de la diversité culturelle
Sous la direction de Joanna Nowicki, Michaël Oustinoff et Serge Proulx

Vous pouvez commander la version numérique sur Cairn et la version papier sur le site de CNRS éditions.

4° de couverture

Depuis la chute du mur de Berlin, la « lutte des classes » a-t-elle été remplacée par le « choc des civilisations », ou tout au moins par les conflits culturels ? On peut le penser au regard de phénomènes tels que l’éclatement de l’ex-Yougoslavie, les guerres du Caucase et le retour des fondamentalismes religieux. La « mondialisation » et l’Union européenne, espaces où les cultures entrent désormais en compétition en affirmant leurs différences, ne sont pas épargnées par l’épreuve de la diversité culturelle. Une première solution à l’échelle internationale a été apportée par l’Unesco, et doit également pou- voir se décliner au grès des besoins de nombreux pays qui ont à garantir les conditions du vivre ensemble entre des po- pulations toujours plus diversifiées et hétérogènes. C’est à ces enjeux qu’est consacré ce numéro. D’abord, sont analysées les théories politiques qui ont tenté de conceptualiser la problématique de la diversité culturelle. Puis, sont examinées diverses conventions internationales et solutions juridiques conçues pour anticiper ou résoudre des conflits. Ensuite, sont étudiés plusieurs cas de pays particulièrement intéressants s’agissant de leur modèle de cohabitation culturelle (réussi ou mis en échec). Enfin, sont traitées des questions identitaires qui apparaissent dans le contexte des flux migratoires à l’échelle mondiale.

Hermès 48. Racines oubliées des sciences de la communication

Le n°48 sera en librairie le 22 novembre 2007


Racines oubliées des sciences de la communication
Sous la direction de Anne-Marie Laulan et Jacques Perriault 

Vous pouvez commander la version numérique sur Cairn et la version papier sur le site de CNRS éditions.

4° de couverture

Toutes les sciences, toutes les connaissances sont dorénavant prises dans un rapport de force entre le politique, le scientifique et l’économique. De même, la plupart des professions liées à la connaissance et à la culture s’inscrivent désormais dans une logique de communication politique. L’information et la communication sont donc au coeur des enjeux de la connaissance et de la société. Mais deux idéologies réductionnistes menacent ce tout récent domaine. Le scientisme, ou refus de reconnaître la cohabitation de logiques de nature différente. Le technicisme, qui ramène la complexité de la communication aux seules performances des systèmes techniques. C’est oublier que le succès technique et marchand n’a de sens que s’il répond à des besoins humains et sociaux. Ce numéro d’Hermès a pour ambition de remonter aux sources des sciences de la communication, reconnues comme domaine spécifique de connaissance au milieu du XXe siècle. Pourquoi s’intéresser à ces racines oubliées des années 1950-1970 ? Parce qu’elles éclairent les enjeux actuels. Parce que ces travaux de recherche ont souvent eu leur origine dans des mouvements militants, culturels, militaires, professionnels ou médiatiques. Les protagonistes en sont divers, les scènes multiples, les références parfois contradictoires. Un seul terme générique ne peut convenir à rendre compte de l’ensemble de ces actes, de ces initiatives et de ces théorisations partielles. Comment interpréter les remous du temps présent si la genèse en est déniée ? Ce numéro a la volonté de renouer avec les filiations, de rendre hommage aux figures oubliées, de lutter contre la tyrannie de la modernité, de réintroduire la profondeur du temps et la diversité des références. Enfin, ce numéro est appelé à devenir un ouvrage de référence pour quiconque s’intéresse à la communication et à tous les débats théoriques et politiques qu’elle suscite.

Hermès 43. Rituels

Le n°43 sera en librairie le 2 février 2006


Rituels
Sous la direction de Gilles Boëtsch et Christoph Wulf

Vous pouvez commander la version numérique sur Cairn et la version papier sur le site de CNRS éditions.

4° de couverture

Les rituels sont indispensables à la pratique de la religion et de la politique, mais aussi de l’économie et du droit, autant qu’à l’art, à la science, ou à l’éducation. Ils permettent d’ordonner et d’interpréter le monde, de construire et de vivre les rapports humains. Les rituels créent un lien entre histoire, présent et avenir. En des temps où l’incohérence grandit, l’ancrage des rituels dans le monde vécu continue de garantir une apparente sécurité. Les textes de ce volume proviennent de l’anthropologie historico-culturelle, de l’ethnologie, de la sociologie, de la science politique, des sciences de l’information et de l’éducation.

Le Régime de la civilité en Egypte. Public et réislamisation

51HMSMNWPHL._SX307_BO1,204,203,200_Le Régime de la civilité en Égypte. Public et réislamisation
Jean-Noël Ferrié, 2004.
CNRS Éditions, coll. « CNRS Communication »

Jusqu’à présent, on expliquait ce que les gens faisaient sans s ’intéresser à la construction de leur action, en la limitant à leur engagement dans le collectif. Dans cet esprit, le musulman voyait l ’ensemble de sa conduite fixée par l’islam. L ’auteur critique cette sociologie déterministe. Selon lui, l ’adoption d ’un comportement commun découle, non du choix unanime de tous, mais de la difficulté pour chacun d ’exprimer son désaccord. Jean-Noël Ferrié, analysant de nombreux domaines concrets : alcool, relations sociales, sexualité… appliqués à la société égyptienne, nous dévoile avec une très grande finesse ce qu’il appelle le « régime de la civilité ».

Altérité polynésienne ou les métamorphoses de l’espace-temps

Bernard Rigo, 2004.
CNRS Éditions, coll. « CNRS Communication »

Polythéisme, sacré, ancestralité, interdit, don, clivage hommes/femmes… sont autant de notions clés utilisées par le discours savant pour décrire les sociétés traditionnelles. Pour autant ces notions n’ont de sens que rapportées à un questionnement préalable : qu’est-ce qu’une entité divine ? qu’est-ce qui fait la sacralité d’une chose ? quels rapports les ancêtres entretiennent-ils avec leurs descendants ? comment articuler la fécondité féminine aux dieux et aux hommes ? Cet ouvrage propose une réponse polynésienne car il n’y a pas de réponse universelle.