Archives par étiquette : religion

[Parution] Banlieues vues d’ailleurs

CV_BanlieuesAilleurs.inddCollection « Les Essentiels d’Hermès »
Sous la direction de Bernard Wallon
CNRS Éditions, 2016, format poche, 8 euros
Commande en ligne

Presse : www.generiques.org

Voir d’un pays « éloigné » offre toujours des perspectives nouvelles et conduit à envisager autrement problèmes et solutions. Dans le contexte des événements tragiques survenus en 2015 et face à la désaffection du politique que connaît notre pays, ce volume fait appel aux regards d’observateurs étrangers généralement peu sollicités dans les travaux et les études sur les banlieues françaises.
Photographes, journalistes, universitaires ou encore chefs d’entreprise pointent ici les problèmes de fond que les exigences de l’actualité occultent souvent. La banalisation du mot
« banlieues » cache en effet des pièges et des maux,  mais aussi des opportunités et des réussites que souvent nous ne voyons plus.
Cet Essentiel, composé entièrement de textes inédits, présente des regards croisés qui contribuent à élargir notre réflexion et invite à comparer pour imaginer différemment le lien social.

 

© Jean-Manuel Simoes Usage réservé aux Essentiels d’Hermès
Sommaire
Présentation générale
Autres regards sur les « banlieues »
Bernard Wallon
Clichés, image et photographie
Jean-Manuel Simoes
Écrire la banlieue dans les années 2000‑2015
Christina Horvath
Bondy Blog – Des Français parlent aux Français
Ana Navarro Pedro
Banlieues, islam : une médiatisation qui dérange
Alec G. Hargreaves
Outer Cities : visions américaines de la banlieue française
Tyler Stovall
Le renouvellement urbain français vu des États-Unis
Clément Boisseuil
Le rôle des coopérations internationales : l’exemple de la France et du Canada
Marc Berthiaume
Les politiques urbaines d’Italie comme miroir pour la France : différences, réformes, circulations…….
Francesca Artioli
Entreprendre en banlieue – L’exemple de Toyota
Alain van Vyve
Banlieue Network
Christina Horvath – Encadré

[Parution] Hermès 70-71, Le 20e siècle saisi par la communication

H70La communication est de tous les temps. Pourtant, c’est incontestablement au 20e siècle qu’elle devient omniprésente sur la scène sociale. Souvent confondue avec l’information, elle est l’objet de réductionnisme technique et le support de bien des idéologies. Si certains y voient la promesse d’une libération des individus, d’autres n’y trouvent que rhétorique et instrumentalisation des masses.

Le premier volume est consacré aux « révolutions de l’expression » qui se manifestent tout au long du siècle par des mutations médiatiques radicales. La question des modes de transmission, des supports et des codages y devient centrale, tout comme la place de l’individu, du groupe et l’expression de l’opinion publique. La communication élit domicile dans l’espace public, véritable centre de gravité des sociétés modernes. Enfin, qu’il s’agisse de cinéma ou de musique, de design ou de littérature, les évolutions du champ artistique au 20e siècle offrent une porte d’entrée incomparable pour saisir les tensions et paradoxes de cette révolution de la communication. Pourquoi cette révolution n’est-elle jamais considérée comme légitime ? Pourquoi la communication est-elle omniprésente sans être assumée, centrale et néanmoins marginalisée ?

Le second volume analyse la communication comme une discipline et un objet propre ayant connu, tout au long de cette période, des ruptures et des filiations. À partir de terrains toujours plus vastes et nombreux, ses concepts, écoles de pensée et paradigmes théoriques témoignent de la diversité de ses préoccupations et orientations, mais aussi de problématiques communes et de thématiques récurrentes. Les conflits et controverses qui la traversent attestent de sa vitalité, sans pourtant exclure des impensés en des temps de sur-événementialité médiatique et d’idolâtrie technique.

Appelant une saisie interdisciplinaire, l’étude de la communication est rendue d’autant plus complexe que son objet engage, rencontre et bute sur une inconnue majeure : l’altérité. Diversité culturelle, mondialiH71sation et dynamiques identitaires locales ou globales en sont les marqueurs aujourd’hui évidents. La communication, prise entre injonction sociale et liberté d’expression de chacun, est-elle gage d’une meilleure compréhension de tous ? L’incommunication reste en tout cas son horizon. L’épreuve de l’autre est toujours au risque de soi. C’est sans doute dans cette réalité première que réside, sur fond d’incertitude croissante au 20e siècle, l’enjeu fondamental de la communication.