Étiqueté : politique

Communication politique et contacts physiques

La communication politique est déjà en elle-même un aspect crucial du politique. Et, dans ce type de communication, des contacts physiques tels que la tape sur l’épaule, la poignée de main, l’accolade, la bise, la caresse ou le bécot sont très importants pour serrer les rangs et souder les liens, au-delà des intérêts particuliers et des adhésions idéologiques étroites.

Français des régions : beaux et cons à la fois ?

Le 27 juin 2021, vers 20 heures, les chaînes de TV ont présenté une carte de France avec des codes couleur étranges : exit ceux de CovidTracker. Même le noir, pourtant annoncé dans des sondages, laissait la place au bleu et au rose. Les échanges entre « la droite » et « la gauche », sur les plateaux, auraient presque donné à fantasmer 50 nuances de gris entre les deux grands camps. Il fallait être miro — avec ou sans accent — pour ne pas être surpris par la distribution de ces couleurs primaires immobiles.

Réflexions d’un psychiatre sur la Covid-19

Nous avons aussi pris conscience que la science est devenue la religion mondiale. Quelles que soient les proclamations officielles, tous les pays, qu’ils soient démocratiques ou dictatoriaux, qu’ils soient laïcs ou pourvus d’une religion officielle, se sont conformés aux règles édictées par la science émanant d’experts, alors même que dans cette situation radicalement nouvelle il n’y avait pas d’experts confirmés mais des aspirants experts. Tout gouvernement est constitué de politiciens, et ils utilisent un raisonnement politique quand ils s’affrontent à un problème — ce qui signifie qu’ils agissent selon leur éthique, selon l’économie nationale et de façon à assurer leur propre promotion. S’en remettre à l’avis d’experts est le meilleur moyen d’éviter une responsabilité directe.

« La presse est à blâmer ! »

Culpabiliser la presse pour ses manquements, c’est la tactique employée par le président de la République du Brésil, Jair Bolsonaro, depuis son élection. Après avoir déclaré que le Brésil était « brisé », il a désigné, le mercredi 6 janvier de 2021, un coupable.

Les mots des maux* à Hong Kong en 2020

Profitant de l’accalmie des mesures de distanciations sociales liées au Covid-19 et prétextant des débordements parfois violents de manifestations exaltées par les fins de non-recevoir des pouvoirs locaux, Pékin a au final décidé de trancher unilatéralement en imposant soudainement, le 30 juin 2020, une loi sur la sécurité nationale qui menace aujourd’hui toutes les libertés publiques du territoire, signant ainsi la fin précipitée de la formule « un pays, deux systèmes ». A cette nouvelle épreuve correspondent des mots, toujours plus envahissants depuis six mois.

La « nouvelle » Algérie dans son miroir

Avant de tomber dans l’actuelle crise sanitaire qui fragilise les États-nations, quelques pays du sud de la Méditerranée comme le Liban, l’Irak et l’Algérie vivaient des soulèvements, voire des révolutions populaires. Quels effets sur les pouvoirs et institutions hégémoniques ? Quel bilan des revendications proclamées par le Peuple dans l’espace public ? Quelles sont les réalités politiques et communicationelles du Hirak algérien ?

Élections estudiantines et professionnelles au Liban : l’effet d’amorçage des médias protestataires ?

Il serait important surtout de vérifier si ces médias ont joué un rôle en faveur des groupes contestataires lors des élections par l’effet d’amorçage. Cette question se pose parce que des groupes issus de la protestation et des candidats indépendants ont remporté des élections estudiantines à l’automne 2020, dans quatre grandes universités privées au Liban ; ils ont effectué une percée considérable dans l’élection du syndicat des professeurs de l’Université libanaise (publique) ; un an auparavant, l’élection de l’ordre des avocats de Beyrouth en novembre 2019 fut gagnée par une figure de la révolte, Melhem Khalaf. Ces victoires sont inédites depuis des années.

La purge numérique ?

Aujourd’hui, on peut se demander si, prétextant de la Covid, le gouvernement n’en profite pas, non seulement pour nous confiner et nous empêcher de râler, mais également pour appliquer la bonne vieille recette de la saignée ou de la purge à l’économie. Dans cette hypothèse l’économie française serait malade, vieillie, dépassée, incapable de s’adapter aux bienfaits du numérique, bref archaïque. La Covid, politiquement transformée en confinement, serait alors l’occasion rêvée de forcer les gens et les entreprises à, enfin, se mettre au goût du jour : celui, évidemment, du numérique.

Visages du populisme

Dans « Europe, mondialisation et populismes », Joanna Nowicki revient sur l’émergence des courants populistes en Europe. Ce texte risque l’espoir qu’une autre modernité (ou post-modernité) européenne est possible, qui pourrait être fondée sur...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search