Étiqueté : politique

Lula marchant avec les représentants du peuple brésilien lors de son investiture

De la main du peuple

par Roberto Chiachiri, professeur et chercheur des universités au Brésil Le soir du 30 octobre 2022, le Brésil connaît peut-être l’une des plus belles fêtes démocratiques de son histoire après la liesse...

Sur le large trottoir d'une rue dans une ville, une corde à linge a été tendue, sur laquelle ont été étendus trois drapeaux. À droite, le drapeau multicolore LGBTQ+ ; au milieu, texte : "Fora Bolsonaro" ; à gauche, texte : "O Brasil feliz de novo. PT. Lula 2022".

Lula, de la traversée du désert à la victoire : pour défendre la démocratie

[Par Juremir Machado da Silva] Comme le Héros aux mille et un visages de Joseph Campbell, Lula accepta l’appel à l’aventure, surmonta les obstacles, traversa le désert et revint. Désormais, comme on se relève après le passage d’un ouragan, il reste à se projeter dans l’avenir. Le nouveau président brésilien a une énorme responsabilité devant lui : continuer à défendre la démocratie.

Photomontage représentant Giorgia Meloni portant une armure de chevalier de style médiéval. L'arrière plan est un grand drapeau italien flottant au vent.

Giorgia Meloni, son armure et ses ruses communicationnelles

[Par Daniele Zappalà] Après le berlusconisme, le grillisme, le renzisme, l’Italie est secouée par le melonisme, porté par Giorgia Meloni, leader du parti nationaliste Fratelli d’Italia. En raflant 26 % des voix, ce dernier a réalisé une percée spectaculaire aux élections législatives du 25 septembre dernier. Coup d’œil, sous l’angle de la communication politique, de la panoplie dont s’est parée la nouvelle patronne de la droite pour ravir la Botte.

L’Est de l’Europe dans tous ses États

[Par Joanna Nowicki] Invisible en France, le Campus Polska Przyszłości (« La Pologne de l’avenir) a été au cœur de l’actualité en Europe centrale. Cet évènement de plusieurs jours de débats à destination de la jeunesse a été l’occasion d’écouter des personnalités politiques et intellectuelles majeures d’Europe centrale, dont le numéro 2 ukrainien Rouslan Stefantchouk, le metteur en scène (ex-)russe Ivan Vyrypaïev et l’auteure polonaise Krystyna Kurczab.

Photographie d'une place pavée dans une petite ville typique suédoise. À gauche se trouve une camionnette aux couleurs du parti des Démocrates de Suède, dont l'emblème est une fleur. Quelques personnes de dos, sur la gauche, discutent ensemble. Certaines d'entre elles portent une veste avec le symbole du parti. Texte en suédos : Démocrates de Suède. Sécurité et tradition.

Élections en Suède : un tabou brisé et des conflits en germe

[Par Ugo Ruiz] La Suède sera longtemps restée le seul pays scandinave à ne pas avoir de parti d’extrême droite parmi ceux pouvant participer au pouvoir. Une page s’est tournée lors des élections très serrées du 11 septembre dernier. Mais quel avenir pour cette coalition inédite qui réunit les traditionnels partis de droite aux Démocrates de Suède, parti national-conservateur nettoyé de ses origines néonazies ?

Censuré et mis à la porte

« Je suis journaliste, avec 35 ans de carrière, et professeur d’université à Porto Alegre, au Brésil. On m’a mis à la porte, le 3 janvier 2022, du journal où je travaillais. »

Covid-19 : la médiation scientifique et la démocratie

Depuis mars 2020, la Covid-19 est dans tous les domaines de nos vies, dans tous les discours, tous les médias. Elle régit le travail, la vie politique, la relation aux autres. Le 2 février 2020, l’OMS créait le mot-valise « infodémie », drôle de mot assurément. Il désigne la vague d’informations fausses ou trompeuses véhiculées sur les réseaux sociaux et les moteurs de recherche au sujet d’une épidémie.

Communication politique et contacts physiques

La communication politique est déjà en elle-même un aspect crucial du politique. Et, dans ce type de communication, des contacts physiques tels que la tape sur l’épaule, la poignée de main, l’accolade, la bise, la caresse ou le bécot sont très importants pour serrer les rangs et souder les liens, au-delà des intérêts particuliers et des adhésions idéologiques étroites.

Français des régions : beaux et cons à la fois ?

Le 27 juin 2021, vers 20 heures, les chaînes de TV ont présenté une carte de France avec des codes couleur étranges : exit ceux de CovidTracker. Même le noir, pourtant annoncé dans des sondages, laissait la place au bleu et au rose. Les échanges entre « la droite » et « la gauche », sur les plateaux, auraient presque donné à fantasmer 50 nuances de gris entre les deux grands camps. Il fallait être miro — avec ou sans accent — pour ne pas être surpris par la distribution de ces couleurs primaires immobiles.

Réflexions d’un psychiatre sur la Covid-19

Nous avons aussi pris conscience que la science est devenue la religion mondiale. Quelles que soient les proclamations officielles, tous les pays, qu’ils soient démocratiques ou dictatoriaux, qu’ils soient laïcs ou pourvus d’une religion officielle, se sont conformés aux règles édictées par la science émanant d’experts, alors même que dans cette situation radicalement nouvelle il n’y avait pas d’experts confirmés mais des aspirants experts. Tout gouvernement est constitué de politiciens, et ils utilisent un raisonnement politique quand ils s’affrontent à un problème — ce qui signifie qu’ils agissent selon leur éthique, selon l’économie nationale et de façon à assurer leur propre promotion. S’en remettre à l’avis d’experts est le meilleur moyen d’éviter une responsabilité directe.

« La presse est à blâmer ! »

Culpabiliser la presse pour ses manquements, c’est la tactique employée par le président de la République du Brésil, Jair Bolsonaro, depuis son élection. Après avoir déclaré que le Brésil était « brisé », il a désigné, le mercredi 6 janvier de 2021, un coupable.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search