Archives par étiquette : numérique

Journée d’étude – Dialogue autour de Bande dessinée et numérique

14 juin 2016 – 9h30-17h – Enssib – Villeurbanne

programme-1Programme et inscriptions en ligne :
www.enssib.fr/JE-bande-dessinee-et-numerique
programme

Entrée libre sur inscription

Adresse de l’événement :
Enssib, amphithéâtre
17-21 bd du 11 novembre 1918 – 69100 Villeurbanne

Contact : Julia Morineau   julia.morineau@enssib.fr

Essentiel d’Hermès « Bande dessinée et numérique », dirigé par Pascal Robert (CNRS éditions, 2016).

Cette journée est organisée dans le cadre du séminaire
« La bande dessinée en question » de Pascal Robert.
On connaît la BD papier. On connaît moins ce que l’on pourrait appeler le mode d’existence numérique de la bande dessinée. Or, cela fait déjà quelque temps que la BD a investi le support numérique. Est-ce pour inventer de nouvelles formes ou pour mieux conserver, paradoxalement, les anciennes ? Quels sont les acteurs en jeu, quel est le rôle des éditeurs, celui des auteurs ? Quels sont les lecteurs de la BD numérique ? Peut-on en faire l’histoire ? Que pensent les créateurs ? Voilà quelques-unes des questions qui nous ont amenés à écrire, collectivement, un livre de synthèse Bande dessinée et numérique, avec ce « et »
qui, justement, marque une volonté de questionner, de problématiser tout en restant accessible. Le livre a le mérite de poser les choses, mais il n’a pas vocation à les épuiser, c’est pourquoi cette journée d’étude voudrait revenir, dans le cadre d’un dialogue entre ses auteurs mais aussi avec les participants, de manière ouverte sur ces questions.

[E]réputation. Médiation, calcul, émotion

CV-e-reputation[E]réputation
médiation, calcul, émotion

Camille ALLOING
CNRS Éditions, coll. « CNRS Communication »
Mai 2016
ISBN : 978-2-271-09190-1
280 p., 25 euros

Évaluer une entreprise, commenter un produit ou un service, « liker » un message promotionnel… Le Web produit des réputations. Si les organisations quantifient depuis de nombreuses années les opinions pour évaluer leurs réputations, et orienter leur prise de décision, en quoi le Web modifie-t-il ces approches ? Comment les dispositifs numériques calculent-ils, voire fabriquent-ils ce que l’on nomme couramment
l’e-réputation ? Est-elle un nouveau moyen de s’orienter en ligne autant qu’une nouvelle forme d’autorité ?

Dans cet ouvrage, la réputation en ligne est analysée et discutée selon quatre prismes : documentaire (comme un ensemble d’indicateurs), algorithmique (comme un élément de gouvernance des plates-formes web), affectif (comme un élément de nos sociabilités connectées) et managérial (car pour les praticiens la réputation numérique
« se doit » d’être gérée par les organisations).

Camille Alloing est maître de conférences en sciences de l’information-communication à l’IAE de l’Université de Poitiers. Après avoir été consultant et ingénieur R&D dans les domaines du management de l’information et de l’e-réputation, il consacre ses travaux universitaires aux questions des pratiques de consommation de l’information en ligne, spécifiquement sur des terrains organisationnels.

http://cadderep.hypotheses.org/

Bande dessinée et numérique

CV_BD_Numerique.inddBande dessinée et numérique
Sous la direction de Pascal Robert
CNRS Éditions, 2016

Commande en ligne

Presse : Lectures/Liens socio

La bande dessinée est née sur papier et peut-être même du papier : depuis les journaux grand public ou spécialisés, les fascicules de petits formats ou les albums cartonnés, jusqu’aux romans graphiques d’aujourd’hui. Mais elle investit également depuis quelques années les supports numériques et se développe sur Internet. Le numérique interpelle la bande dessinée et sans doute la bouscule-t-il quelque peu, car il offre des possibilités que n’autorise pas le papier : introduire du mouvement, du son etc.
Mais alors, est-ce encore véritablement de la bande dessinée ? À l’inverse, la bande dessinée possède une réelle capacité à investir ses supports et à les reconfigurer selon ses propres règles…
Cet Essentiel, illustré par les dessins de Martin Guillaumie, réunit auteurs, acteurs et théoriciens de la bande dessinée. Il fait le point sur la question de la relation entre bande dessinée et numérique pour apporter des réponses et offrir des éléments de réflexion critique.

herossedemandant2Héros se demandant à quel écran il va être mangé – ©Martin Guillaumie, 2016

Sommaire :

  • Présentation générale – La bande dessinée numérique en questions
    Pascal Robert
  • Généalogie de la bande dessinée numérique
    Julien Baudry
  • L’informatisation du processus de production de la bande dessinée
    Julien Baudry – Encadré
  • La bande dessinée numérique vue d’ailleurs
    Julien Baudry et Philippe Paolucci
  • Typologie des bandes dessinées numériques
    Magali Boudissa
  • La BD numérique, entre jeu vidéo et Net Art ?
    Anthony Rageul – Encadré
  • Sémiologie de la bande dessinée numérique
    Julia Bonaccorsi
  • Pour une sociologie des usages et de l’innovation appliquée aux récits innovants
    Julien Falgas
  • La lecture numérique de bandes dessinées. Repères statistiques
    Christophe Evans
  • Le point de vue des auteurs
    Entretiens avec Marc-Antoine Mathieu, Yves Bigerel (Balak), Simon et Olivier Jouvray
  • « L’indifférence au support » : éditeurs versus auteurs ?
    Benoît Berthou

Hermès 73. Controverses et communication

Le n° 73 sera en librairie le 4 décembre 2015

h73_dem-copie

 

Controverses et communication
Sous la direction de Romain Badouard et Clément Mabi 

 

Vous pouvez commander la version numérique sur Cairn et la version papier sur le site de CNRS éditions.

 

4° de couverture

Scandales sanitaires, conflits d’aménagement du territoire, accidents industriels ou surveillance généralisée : notre environnement scientifique et technologique est régulièrement sujet à controverses. Depuis près de trente ans, les sciences humaines et sociales ont construit des méthodes d’analyse pour saisir ce que celles-ci nous disent de l’évolution des rapports entre sciences et société. Ce numéro d’Hermès est centré sur l’organisation du débat public autour de ces enjeux ; il questionne le rôle central de la communication dans l’émergence, le déploiement et la stabilisation des controverses.

En situation de controverse, qu’en est-il de la circulation de la parole entre acteurs en désaccord, de l’évaluation de l’autorité d’un argument ? Quels rôles les médiateurs jouent-ils dans l’apaisement ou l’exacerbation d’un conflit ? Comment les lignes d’exclusion et d’inclusion se dessinent-elles dans le débat ? Enfin, de quelle façon se construisent les grilles d’interprétation collectives d’un problème public ?

À travers les contributions qui composent ce dossier, il s’agit d’interroger les acteurs qui prennent part aux controverses (scientifiques, lanceurs d’alerte, journalistes, pouvoirs publics, lobbyistes, industriels, associatifs et citoyens) dans leurs stratégies et pratiques de communication. Les dispositifs qui permettent de mettre en public les controverses et qui organisent la confrontation des arguments, des intérêts et des valeurs font également l’objet d’une attention particulière.

Les controverses agissent comme des révélateurs des modalités d’organisation du débat public en démocratie. Les auteurs de ce dossier nous rappellent qu’en situation de controverse, plus qu’en toute autre occasion, la communication est un enjeu de pouvoir.

Hermès 70-71, Le 20e siècle saisi par la communication

H70La communication est de tous les temps. Pourtant, c’est incontestablement au 20e siècle qu’elle devient omniprésente sur la scène sociale. Souvent confondue avec l’information, elle est l’objet de réductionnisme technique et le support de bien des idéologies. Si certains y voient la promesse d’une libération des individus, d’autres n’y trouvent que rhétorique et instrumentalisation des masses.

Le premier volume est consacré aux « révolutions de l’expression » qui se manifestent tout au long du siècle par des mutations médiatiques radicales. La question des modes de transmission, des supports et des codages y devient centrale, tout comme la place de l’individu, du groupe et l’expression de l’opinion publique. La communication élit domicile dans l’espace public, véritable centre de gravité des sociétés modernes. Enfin, qu’il s’agisse de cinéma ou de musique, de design ou de littérature, les évolutions du champ artistique au 20e siècle offrent une porte d’entrée incomparable pour saisir les tensions et paradoxes de cette révolution de la communication. Pourquoi cette révolution n’est-elle jamais considérée comme légitime ? Pourquoi la communication est-elle omniprésente sans être assumée, centrale et néanmoins marginalisée ?

Le second volume analyse la communication comme une discipline et un objet propre ayant connu, tout au long de cette période, des ruptures et des filiations. À partir de terrains toujours plus vastes et nombreux, ses concepts, écoles de pensée et paradigmes théoriques témoignent de la diversité de ses préoccupations et orientations, mais aussi de problématiques communes et de thématiques récurrentes. Les conflits et controverses qui la traversent attestent de sa vitalité, sans pourtant exclure des impensés en des temps de sur-événementialité médiatique et d’idolâtrie technique.

Appelant une saisie interdisciplinaire, l’étude de la communication est rendue d’autant plus complexe que son objet engage, rencontre et bute sur une inconnue majeure : l’altérité. Diversité culturelle, mondialiH71sation et dynamiques identitaires locales ou globales en sont les marqueurs aujourd’hui évidents. La communication, prise entre injonction sociale et liberté d’expression de chacun, est-elle gage d’une meilleure compréhension de tous ? L’incommunication reste en tout cas son horizon. L’épreuve de l’autre est toujours au risque de soi. C’est sans doute dans cette réalité première que réside, sur fond d’incertitude croissante au 20e siècle, l’enjeu fondamental de la communication.

Identités numériques. Expressions et traçabilité

identites-numeriquesIdentités numériques – Expressions et traçabilité
Sous la direction de Jean-Paul Fourmentraux
CNRS Éditions, 2015

Commande en ligne

À l’ère d’Internet, l’expression de nos identités numériques est prise en porte-à-faux. D’un côté, l’invention par les citoyens-internautes de nouvelles modalités d’expression et de revendications identitaires, individuelles et collectives sont susceptibles de renforcer le lien social et l’existence démocratique. D’un autre côté, la propension de contrôle de ces identités à des fins économiques et politiques s’accroît via la captation, la fidélisation et la traçabilité des profils. Répression et surveillance de nos comportements numériques semblent plus que jamais d’actualité.
Comment maîtriser ses identités numériques ? Peut-on être personne sur le réseau ? Peut-on effacer ses traces ? Que faire de tous nos mots de passe et identifiants ? Ce volume des Essentiels d’Hermès propose de mettre en lumière les ressorts et dilemmes de la présence en ligne et de l’« être ensemble », ou autrement dit de la communication à l’ère numérique.

Sommaire :

  • Présentation générale – Identités et liaisons numériques
    Jean-Paul Fourmentraux
  • (Dé)jouer les identités numériques : Net art et médiactivisme
  • L’identité à l’ère des Digital Humanities
    Milad Doueihi
    Entretien avec Jean-Paul Fourmentraux
  • Des techniques de soi ambivalentes
    Alexandre Coutant
  • Philosophie des sites de rencontres
    Marc Parmentier
  • Une figure du double numérique : l’avatar
    Frank Beau
    Entretien avec Oriane Deseilligny
  • L’identité comme stratégie relationnelle
    Dominique Cardon
  • Utilisation des réseaux socionumériques par les jeunes Européens
    Nouveaux résultats sur la vie privée, l’identité et les connexions sociales
    Sonia Livingstone, Giovanna Mascheroni et Maria Francesca Murru
  • Géolocalisation et incertitude
    Jacques Perriault
  • Du signe à la trace : l’information sur mesure
    Louise Merzeau
  • Authentification, identification et tiers de confiance
    Michel Arnaud
  • Économie de l’attention et vie privée
    Emmanuel Kessous et Bénédicte Rey
  • L’homme, un document comme les autres
    Olivier Ertzscheid

Politiques sécuritaires et surveillance numérique

politiques-securitaires-et-surveillance-numeriquePolitiques sécuritaires et surveillance numérique
Sous la direction de Pierre-Antoine Chardel
CNRS Éditions, 2014

Commande en ligne

Les politiques sécuritaires sont aujourd’hui amplement privilégiées dans l’organisation de nos sociétés. Au nom de la lutte anti-terroriste, on voit se mettre en place des formes de surveillance de plus en plus sophistiquées. Par la traçabilité que les technologies numériques rendent possible (celle des puces RFID ou des multiples objets connectés), nous sommes susceptibles d’être surveillés dans la plupart des moments de notre vie. Le présent ouvrage interroge l’intensification des politiques sécuritaires dans les sociétés démocratiques en mettant en évidence le risque majeur qu’elle constitue pour nos équilibres politiques, sociaux et existentiels. Car si au nom de la sécurité, nous acceptons d’être de plus en plus surveillés, c’est en négligeant le fait que nous avons besoin de confiance, d’autonomie et de liberté pour nous inscrire solidement dans le monde. Pourquoi semblons nous faire preuve si massivement d’une telle négligence ?

Sommaire :

  • Présentation générale – Nos existences sous surveillance. Regards croisés et perspectives critiques
    Pierre- Antoine Chardel
  • L’extension des fichiers de sécurité publique
    Pierre Piazza
  • Devoir de protection, protection des libertés : entre « surveillance liquide » et politiques sécuritaires
    Zygmunt Bauman
    Entretien réalisé par Olivier Hassid
  • La confiance au prisme de la « sécurité nationale ». Une analyse critique à l’ère des réseaux numériques
    Gabriel Périès
  • Peut-on encore parler d’état d’exception à l’heure des « sociétés de surveillance » ?
    Marie Goupy
  • La surveillance numérique au travail
    Hubert Bouchet
  • De la surveillance à la « sousveillance »
    Jean-Gabriel Ganascia
  • La composition d’un espace européen autour du régime juridique des données personnelles
    Annie Blandin
  • (Contre)surveillance distribuée dans les « Journées de Juin » au Brésil
    Fernanda Bruno et Bruno Cardoso

Information et communication scientifiques à l’heure du numérique

information-et-communication-scientifiques-a-l-heure-du-numerique-sous-la-direction-de-valerie-schaferInformation et communication scientifiques à l’heure du numérique
Sous la direction de Valérie Schafer
CNRS Éditions, 2014

Commande en ligne

Communiquer la science : une activité désormais centrale, aux formes diverses et engageant de multiples acteurs, compétences et supports. Cet Essentiel propose des regards croisés interdisciplinaires pour explorer les enjeux et les évolutions récentes de l’information et de la communication scientifiques à l’heure du numérique. Science ouverte, science 2.0, déluge informationnel, communication institutionnelle des laboratoires et instituts de recherche, blogs de chercheurs, plateformes participatives et collaboratives, accès pour tous à la culture scientifique… autant de thèmes émergents qui concernent les chercheurs et professionnels de l’information et de la communication, et interrogent également les relations science/société et leurs transformations actuelles.
Sommaire : 

  • Présentation générale – Renouveau de la science et science du renouveau à l’heure du numérique
    Valérie Schafer
  • Abondance et gratuité : pour quoi faire et jusqu’où ?
    Dominique Wolton
    Entretien avec Joëlle Farchy, Pascal Froissart et Cécile Méadel
  • Sciences, réseaux et cognition après le déluge
    Jean-Gabriel Ganascia
  • Interroger les données en SHS à partir de leur écosystème
    Clément Mabi, Jean-Christophe Plantin et Laurence Monnoyer-Smith
  • Science 2.0 : recherche et enseignement
    Olivier Ertzscheid
  • Une nouvelle ère pour les sciences participatives
    Marc Lipinski
  • La communication scientifique directe : un nouveau champ éditorial
    Guylaine Beaudry
  • Science et communication : promettre ou éclairer
    Dominique Namur et Sandrine Paillard
  • Un demi-siècle de communication scientifique à l’Inria (1967-2013)
    Benjamin G. Thierry
  • Le journalisme scientifique face aux nouveaux environnements de diffusion de l’information
    Viviane Thivent
    Entretien avec Valérie Schafer
  • Les savoirs profanes et l’intelligence du Web
    Cécile Méadel
  • Wikipédia, nouvel outil de médiation des savoirs en sciences
    Lionel Barbe

Les réseaux

les-reseaux-eric-letonturierLes réseaux
Sous la direction d’Éric Letonturier
CNRS Éditions, 2012

Commande en ligne

Avec Internet, le mot « réseau » connaît une popularité sans précédent. Pourtant, cette notion existe depuis fort longtemps et dans des domaines variés. Mais quand et où est-elle apparue au juste ? Avec quelles significations ? Et à quelles réalités, à quelles conceptions du monde correspond-elle ? De la biologie à la sociologie en passant, entre autres, par l’histoire des techniques, la philosophie et les arts, le réseau puise dans un imaginaire ancien et s’avère une notion complexe et polysémique. À l’image, de toute évidence, de nos sociétés.

Sommaire :

  • Présentation générale – Réseau : concept « indiscipliné »
    Éric Letonturier
  • Les réseaux en utopie
    Thierry Paquot
  • Les territoires de l’interconnexion en Europe XIXe – XXIe siècles) : de la mystique du réseau aux stratégies de communication
    Christophe Bouneau
  • L’histoire des grands réseaux techniques : les cloisons tombent
    Léonard Laborie
  • Internet, et avant ? (Années 1950/1990)
    Valérie Schafer
  • Le réseau de communication selon Michel Serres
    Extrait de Hermès ou la communication
  • Réseaux informatiques et modèle des graphes petits-mondes
    Benoît Le Blanc
  • Quand l’informatique observe les réseaux
    Alain Lelu
  • Réseau contre appareil
    Vincent Lemieux
  • Les réseaux de sociabilité
    Bernard Valade
  • Corps et réseau : l’exemple du cerveau
    Frédéric Alexandre
  • Les réseaux de production collaborative de connaissances
    Mélanie Dulong de Rosnay
  • Art et Réseau – La (télé)communication créative
    Jean-Paul Fourmentraux
  • Sur quelques particularités des réseaux frontières
    Jacques Perriault
  • Réseaux, altérité et communication
    Dominique Wolton

Hermès 62. Les jeux vidéo. Quand jouer, c’est communiquer

Le n° 62 sera en librairie le 26 avril 2012


Les jeux vidéo. Quand jouer, c’est communiquer
Sous la direction de Jean-Paul Lafrance et Nicolas Oliveri

Vous pouvez commander la version numérique sur Cairn et la version papier sur le site de CNRS éditions.

4° de couverture

Les jeux vidéo passent pour un sujet complexe, ésotérique et controversé. Complexe, parce que l’expression recouvre aujourd’hui une gamme proliférante de produits sophistiqués. Ésotérique puisque, sacrifiant à l’idéologie techniciste, le jargon y règne en maître. Et controversé, car le jeu vidéo serait infantilisant, capitaliste ou belliciste pour les uns, intelligent, créatif, voire sportif pour les autres.

Sans nier cette polysémie ni négliger les recherches abondantes et toujours passionnées qu’elle a suscitées, la revue Hermès se propose d’aborder la question avec une idée simple : le jeu vidéo, au fond, serait un outil de communication.

Qu’ il constitue une entreprise d’ abrutissement social ou un processus d’ apprentissage innovant, qu’ il suscite l’ alacrité d’ esprit ou favorise la dépendance, qu’ il atteste l’ émergence d’ un art nouveau ou réponde à une stratégie marketing bien comprise, le processus demeure le même. Le jeu vidéo incite son utilisateur à communiquer en mettant à sa disposition un média de plus en plus connecté, une technologie désormais en ligne et une grammaire essentiellement ludique. Que cette communication soit biaisée n’y change rien.

Voilà pourquoi la revue Hermès devait aborder les jeux vidéo. Notre monde est fasciné par la technique. Par leur inventivité, le jeu vidéo comme l’Internet – l’ un et l’ autre ayant partie liée – maintiennent cette fascination à ébullition. Comme ils constituent désormais l’industrie culturelle la plus florissante, avant même le cinéma, on se prend à croire que les jeux vidéo transforment la réalité à leur image.

Notre monde, lit-on souvent, deviendrait ludique. N’est-ce pas prendre la partie pour le tout ? Et si, finalement, les jeux vidéo n’étaient qu’une nouvelle réponse technique à la question fondamentale : comment aborder l’Autre ?

Hermès 59. Ces réseaux numériques dits sociaux

Le n° 59 sera en librairie le 28 avril 2011


Ces réseaux numériques dits sociaux
Sous la direction de Thomas Stenger et Alexandre Coutant

Vous pouvez commander la version numérique sur Cairn et la version papier sur le site de CNRS éditions.

4° de couverture

Facebook, MySpace, Twitter, YouTube, Copains d’avant, Viadeo… Deux tiers des internautes seraient déjà séduits par la nébuleuse « médias sociaux ». Le Web participatif, qui recouvre des dispositifs et des usages fort différents, captive décideurs et commentateurs.

En consacrant ce numéro aux « réseaux socionumériques », derniers nés de ces dispositifs, Hermès prolonge et approfondit la critique du numérique menée par la revue et l’Institut des sciences de la communication du CNRS (ISCC).

Chercheurs de divers horizons disciplinaires et professionnels du Web interrogent le phénomène, en procédant non seulement à une analyse des diverses appellations, souvent trompeuses, mais aussi en replaçant ces sites dans l’histoire des réseaux de communication. Les articles mettent en lumière la reproduction d’activités sociales et l’essor de nouvelles formes de relations. Ils soulignent aussi les compétences requises et les risques associés au développement massif des réseaux socionumériques.

Les formes de lien social et de communication, la visibilité de la vie quotidienne, l’effacement des frontières publiques et privées (caractéristiques de ces dispositifs) sont mises en perspective. Une ouverture internationale permet de mieux comprendre la variété des « arts de faire » avec ces plateformes numériques, aussi bien du côté des particuliers que des entreprises. Car il faut bien apprécier les finalités multiples et les stratégies complexes de ces sites, tantôt amis, tantôt faux amis.

La Norme numérique. Savoir en ligne et Internet

la-norme-numerique-jacques-perriault-et-cecile-vaguerLa Norme numérique
Savoir en ligne et Internet
Jacques Perriault et Cécile Vaguer (dir.), 2011.
CNRS Éditions, coll. « CNRS Communication »

Les échanges sur les réseaux numériques impliquent des règles communes d’organisation des plateformes et des données. Ces conventions, élaborées dans des organisations multilatérales, sont au départ des standards adoptés par des groupes d’utilisateurs. Elles deviennent des normes numériques lorsqu’un large consensus international les retient. Cet ouvrage initie le lecteur profane à cette activité peu connue qu’est la normalisation pour la circulation des savoirs sur Internet.

Hermès 57. Sciences.com: libre accès et science ouverte

Le n° 57 sera en librairie le 28 octobre 2010


Sciences.com : libre accès et science ouverte
Sous la direction de Joëlle Farchy, Pascal Froissart et Cécile Méadel

Vous pouvez commander la version numérique sur Cairn et la version papier sur le site de CNRS éditions.

4° de couverture

Confrontée au développement des réseaux électroniques, l’édition scientifique se métamorphose. Nourris au lait d’Internet, les chercheurs tergiversent au moment d’y diffuser leurs productions ; garantes du bien public, les institutions savantes normalisent, s’interrogent, expérimentent. La mutation est profonde et se répercute non seulement dans la circulation des connaissances, mais aussi dans la propriété intellectuelle et la notion d’auteur, ou dans les conditions de publication… En quelques années, la diffusion des savoirs sur Internet (avec notamment le « libre accès ») a changé les termes du débat.

L’édition scientifique était un monde policé et local ; aujourd’hui, c’est un marché global et un théâtre de guerre économique. Il y a de plus en plus de chercheurs, les revues scientifiques se sont multipliées, les budgets explosent et l’idéologie du Publish or Perish domine. En parallèle, des intermédiaires du savoir, tels les sites commerciaux Cairn ou Science Direct, se renforcent et cherchent le meilleur modèle économique et cognitif. Les chercheurs se retrouvent face à une injonction paradoxale : d’une part, éditer dans des revues de plus en plus cotées, étalonnées, hiérarchisées, mais payantes et privées ; d’autre part, rendre public, diffuser au plus grand nombre, mettre en ligne le plus vite possible, librement et sans droit d’accès.

Ce volume d’Hermès s’intéresse, dans une perspective résolument pluridisciplinaire, aux différentes questions que pose cette « science ouverte » avec toutes ses formes de mises à disposition des connaissances produites par des scientifiques : revues gratuites, mise en ligne des publications par les institutions, modèle auteur-payeur, archives en libre accès, bibliothèques numériques ouvertes…

Hermès 54. La bande dessinée : art reconnu, média méconnu

Le n° 54 sera en librairie le 27 août 2009


La bande dessinée : art reconnu, média méconnu
Sous la direction d’Eric Dacheux avec la collaboration de Jérôme Dutel et Sandrine Le Pontois. 

Vous pouvez commander la version numérique sur Cairn et la version papier sur le site de CNRS éditions.

4° de couverture

« La bande dessinée est un art, un média, un plaisir. Unart reconnu puisqu’il existe des musées de la BD et que les planches de Bilal ou Hergé s’arrachent à prix d’or dans les galeries d’art. La BD est un média : c’est un support de communication aux caractéristiques techniques spécifiques, une industrie culturelle particulière et une médiation singulière entre des auteurs et des publics. La BD est, enfin, un plaisir : elle produit une « jouissance esthétique » due à la plongée individuelle au coeur d’une oeuvre sensible ; mais c’est aussi un divertissement, une mise à distance d’une réalité sociale souvent difficile.

Ces trois dimensions fondamentales de la bande dessinée permettent d’insister sur un point essentiel : la réception. Effectivement, la BD est un art de l’ellipse qui réclame la participation consciente du lecteur ; un média qui permet au public de fabriquer ses héros ; un plaisir potentiel qui ne devient effectif que dans le cerveau du lecteur. La BD est le révélateur le plus puissant de ce qui constitue l’essence de la communication
humaine : l’écart créateur entre production et réception. C’est en cela qu’elle devrait être un objet central des recherches en communication. Ce qui est encore loin d’être le cas…

Pour ouvrir des pistes scientifiques inédites, ce volume propose des éclairages d’acteurs et de chercheurs, d’experts et de novices. Il se décompose en trois temps : comprendre la BD, offrir un regard communicationnel sur le neuvième art, montrer comment la BD nourrit et reflète le lien social. Toutefois, ce point de vue des sciences de la communication sur la BD ne constitue que la partie visible de l’iceberg. Comme pour la bande dessinée, l’essentiel est sans doute dans ce qui n’est pas dit, dans la créativité et l’imagination du lecteur.

Puisse ce numéro d’Hermès stimuler la réflexion de chacun et donner à tous l’envie d’en savoir plus. »

Éric Dacheux

Hermès 53. Traçabilité et réseaux

Le n° 53 sera en librairie le 16 avril 2009


Traçabilité et réseaux
Sous la direction de Michel Arnaud et Louise Merzeau

Vous pouvez commander la version numérique sur Cairn et la version papier sur le site de CNRS éditions.

4° de couverture

Utilisateur ou non d’Internet, chaque citoyen est aujourd’hui repérable par les données qu’il laisse, ou que d’autres laissent sur lui, à travers quantité de dispositifs : cartes à puce, courriels, moteurs de recherche, téléphonie, etc. Ces traces emmagasinées par les réseaux constituent un objet scientifique en même temps qu’un enjeu stratégique pour les États comme pour les entreprises.

Les sciences de la communication étudient l’usager à travers ses pratiques, ses représentations et ses statistiques d’audience. Il faut désormais s’intéresser aussi à son « ombre numérique ». L’individu – assimilé à des profils qu’il définit ou qu’on élabore à son insu – voit son identité et sa sociabilité transformées dans le sens d’une indexation généralisée.

Brouillant les frontières entre espaces public et privé, le traçage n’est pas pour autant un dysfonctionnement des réseaux, mais une condition de leur efficacité. Sans cette mobilisation des traces, l’information ne pourrait être ni personnalisée ni interconnectée.

Renforcées par la pression sécuritaire, les tentations de contrôle sont maintenant décuplées (fichiers de police, surveillance au travail, dans la rue, à l’école). Alors que l’opinion publique et les gouvernements commencent à prendre conscience du problème, il faut chercher des modèles alternatifs au libre-échange des données personnelles, pour mettre en place un habeas corpus numérique et normaliser la protection de l’individu.

Afin d’éclairer les ambiguïtés de la situation présente, ce numéro d’Hermès fait appel à des spécialistes des médias et des nouvelles technologies, à des sociologues, des juristes, des économistes, des représentants de la CNIL, et à des professionnels de l’information. La confrontation de ces divers domaines de compétence donne au lecteur des clés pour saisir, sans les simplifier, les enjeux de l’intelligence numérique.