Archives par étiquette : langage

[Parution] Hermès 75. Langues romanes : un milliard de locuteurs

Le n° 75 est en librairie

herm_075_l204Langues romanes : un milliard de locuteurs
Sous la direction de Michaël Oustinoff et Louis-Jean Calvet. 

Vous pouvez commander la version numérique sur Cairn et la version papier sur le site de CNRS éditions.

 

4° de couverture

Avec un milliard de locuteurs, les langues romanes, issues du latin, constituent un potentiel impressionnant en termes d’espace communicationnel et conceptuel. Elles représentent un contrepoids à l’extension du « tout-anglais », dont les limites sont désormais connues au sein même du monde anglo-saxon. D’ailleurs, le British Council place parmi les dix plus importantes langues du XXIe siècle l’espagnol, le français, le portugais et l’italien. Les langues romanes, mais aussi slaves ou arabes, représentent un élément indispensable de la diversité culturelle telle qu’elle a été reconnue en 2005 par l’Unesco. Impossible en effet de vivre dans un monde ouvert, interconnecté, sans respecter les identités culturelles, au premier rang desquelles les identités linguistiques. On pense, rêve, crée, dans une langue, le plus souvent maternelle. Sinon, après quelques années de triomphe du globish (si pratique, si moderne), on assistera à la révolte des peuples pour préserver leurs identités culturelles.

Le défi de la mondialisation est au moins autant culturel qu’économique et politique. Le problème n’est pas l’existence d’une langue minimum commune, comme l’est aujourd’hui l’anglais, mais la sauvegarde de toutes les autres, condition de la diversité humaine. Oui à tous les apprentissages linguistiques, à tous les déplacements, à condition de préserver les aires linguistiques. La diversité est la condition de la mondialisation, la standardisation l’antichambre des conflits. Pas de mondialisation pacifique possible donc sans respect de la diversité culturelle. Les langues romanes, sans prétention hégémonique, en sont un élément déterminant, d’autant qu’elles sont mondiales. Elles sont aussi indispensables pour l’Europe, notamment pour éviter de croire que le monolinguisme anglais en simplifierait la construction… Les langues romanes ? L’avant-garde de cet immense chantier politique de la cohabitation culturelle à construire pour essayer de conjuguer paix et mondialisation.

 

[Parution] Hermès 70-71, Le 20e siècle saisi par la communication

H70La communication est de tous les temps. Pourtant, c’est incontestablement au 20e siècle qu’elle devient omniprésente sur la scène sociale. Souvent confondue avec l’information, elle est l’objet de réductionnisme technique et le support de bien des idéologies. Si certains y voient la promesse d’une libération des individus, d’autres n’y trouvent que rhétorique et instrumentalisation des masses.

Le premier volume est consacré aux « révolutions de l’expression » qui se manifestent tout au long du siècle par des mutations médiatiques radicales. La question des modes de transmission, des supports et des codages y devient centrale, tout comme la place de l’individu, du groupe et l’expression de l’opinion publique. La communication élit domicile dans l’espace public, véritable centre de gravité des sociétés modernes. Enfin, qu’il s’agisse de cinéma ou de musique, de design ou de littérature, les évolutions du champ artistique au 20e siècle offrent une porte d’entrée incomparable pour saisir les tensions et paradoxes de cette révolution de la communication. Pourquoi cette révolution n’est-elle jamais considérée comme légitime ? Pourquoi la communication est-elle omniprésente sans être assumée, centrale et néanmoins marginalisée ?

Le second volume analyse la communication comme une discipline et un objet propre ayant connu, tout au long de cette période, des ruptures et des filiations. À partir de terrains toujours plus vastes et nombreux, ses concepts, écoles de pensée et paradigmes théoriques témoignent de la diversité de ses préoccupations et orientations, mais aussi de problématiques communes et de thématiques récurrentes. Les conflits et controverses qui la traversent attestent de sa vitalité, sans pourtant exclure des impensés en des temps de sur-événementialité médiatique et d’idolâtrie technique.

Appelant une saisie interdisciplinaire, l’étude de la communication est rendue d’autant plus complexe que son objet engage, rencontre et bute sur une inconnue majeure : l’altérité. Diversité culturelle, mondialiH71sation et dynamiques identitaires locales ou globales en sont les marqueurs aujourd’hui évidents. La communication, prise entre injonction sociale et liberté d’expression de chacun, est-elle gage d’une meilleure compréhension de tous ? L’incommunication reste en tout cas son horizon. L’épreuve de l’autre est toujours au risque de soi. C’est sans doute dans cette réalité première que réside, sur fond d’incertitude croissante au 20e siècle, l’enjeu fondamental de la communication.

[Parution] Hermès 58. Les langues de bois

Le n° 58 sera en librairie le 6 janvier 2011


Les langues de bois
Sous la direction de Joanna Nowicki, Michaël Oustinoff et Anne-Marie Chartier

Vous pouvez commander la version numérique sur Cairn et la version papier sur le site de CNRS éditions.

4° de couverture

La langue de bois est aujourd’hui omniprésente : dans le discours des hommes politiques ou des diplomates, mais aussi au sein des médias, dans le marketing, la publicité, les sciences ou les stratégies de communication des entreprises. Un tel succès mérite qu’on l’analyse en profondeur et sous toutes ses facettes. En effet, il n’y a pas une langue de bois, mais plusieurs : y compris la dernière en date, qui se pare des atours du « parler vrai ».
Ce volume d’Hermès lui est entièrement consacré, dans toute la diversité et la complexité de ses manifestations et de ses enjeux. Le mot est devenu polysémique en français. Mais, à force d’appeler tout langage convenu « langue de bois », on ne peut plus faire la différence entre stéréotype, langue formelle, conformisme, politiquement correct, idéologie…
Les auteurs s’efforcent de montrer les nuances à introduire entre les différentes acceptions de l’expression « langue de bois », depuis l’origine de cette métaphore jusqu’à l’usage actuel. Différents praticiens – journaliste, éditeur, enseignant, spécialiste de communication… – expliquent comment ils décryptent ou même utilisent la langue de bois dans leurs propres milieux professionnels.
La langue de bois n’est pas propre au système totalitaire. Elle existe bel et bien en démocratie et occupe de plus en plus l’espace public. Tout le monde s’en indigne, mais elle est constamment pratiquée, notamment par ceux qui sont en position de pouvoir. C’est bien son paradoxe. Sa spécificité, au-delà de sa fonction de « communication », est in fine de figer l’imagination et de rendre illusoire la liberté d’expression individuelle. C’est pourquoi une démarche critique s’impose à son égard. Ce numéro d’Hermès souhaite ainsi fournir des moyens pour essayer de comprendre ce que les mots veulent cacher.

[Parution] Hermès 56. Traduction et mondialisation

Le n°56 sera en librairie 24 juin 2010


Traduction et mondialisation (vol. 2) 
Sous la direction de Michaël Oustinoff, Joanna Nowicki et Juremir Machado Da Silva 

Vous pouvez commander la version numérique sur Cairn et la version papier sur le site de CNRS éditions.

4° de couverture

Dans un rapport récent (2009), la British Academy met en garde les chercheurs britanniques aussi bien des sciences humaines et sociales que des autres sciences (physique, chimie, biologie, etc.) : ne maîtriser que l’anglais les condamne à être « mondialement connus… seulement en Angleterre ». Ce n’est pas la compétitivité de la recherche qui est seule en jeu : c’est également celle du pays entier. Et ce qui est vrai du Royaume-Uni vaut aussi pour les autres parties du monde.

Le tout-à-l’anglais, naguère présenté comme le nec plus ultra de la modernité, est désormais remis en cause par les anglophones eux-mêmes. C’est là un renversement de perspective spectaculaire, mais qui s’explique aisément à l’heure de la mondialisation. Le plurilinguisme et, par conséquent, la traduction – car on ne saurait apprendre toutes les langues – sont devenus des enjeux vitaux de la communication à l’échelle aussi bien planétaire que locale. La rationalisation est un appauvrissement.

Une telle évolution vient confirmer les analyses du volume précédent (H 49), qui mettait l’accent sur le fait que traduire n’est jamais une opération « neutre », « transparente » ou « à somme nulle » : c’est une recréation. Dans ce second volume, le projecteur est braqué sur la babélisation croissante du monde à laquelle on assiste aujourd’hui et sur ses enjeux, parallèlement au maintien de l’anglais comme langue dominante de la communication mondialisée.

La babélisation est cependant le contraire d’une solution : elle s’effectue en ordre dispersé et accentue l’ignorance de l’Autre. Pour qu’il y ait communication authentique, il faut une volonté politique de l’établir à travers la traduction. Ainsi s’explique la nécessité d’une approche pluridisciplinaire de la traduction. Seule celle-ci est capable de fournir les clés des recontextualisations culturelles et géopolitiques, indispensables pour comprendre la complexité du monde contemporain.