Étiqueté : information

Retour critique sur la critique de la communication (épisode 4)

Les réussites cybernétiques se sont basées sur des analogies et des déductions audacieuses mais relativement contrôlées. Elles sont restées dans un domaine connexe : celui de la mécanique. Ainsi, en partant d’études à la fois physiologiques (le corps) et artificielles (les machines), un corpus a été créé pour caractériser un système d’éléments en interrelation constante où chaque action suscite une réponse d’ajustement automatisée.

Intelligence artificielle … Mythes, réalités et perspectives

La véritable Intelligence artificielle sera la quintessence de sciences comme la génétique, l’économie ou la psychologie et aussi d’autres sciences cognitives, nous dit Judea Pearl, inventeur des réseaux bayésiens. Peut-être un « Art au carrefour de plusieurs sciences » pour reprendre le mot de Bergson sur la médecine dont on sait qu’elle espère beaucoup de l’IA.

Parution H87, hypothèses

[Parution] Revue Hermès 87 – L’érudition

L’érudition est-elle une simple parure, un trompe-l’œil, ou une forme de recherche foncièrement libre et inclassable ? Cette dualité se retrouve dans les stéréotypes entourant la figure de l’érudit, admiré pour l’étendue de ses connaissances ou moqué pour ses postures singulières. L’érudition suscite des questions qui intéressent d’autant plus la communication que les nouvelles technologies modifient les productions, l’accès et l’usage des connaissances et des cultures.

Pawl Kuczynski

La radicalité à l’aune des théories du complot

D’autre part, l’une des premières conséquences des derniers confinements, observés en France et ailleurs, est l’accroissement du temps passé devant les écrans. On parle même d’addiction à l’Internet et aux réseaux sociaux numériques. La radicalité n’y trouve-t-elle pas une autre porte ouverte ? Pourtant, les technologies numériques d’information et de communication peuvent aussi être un remède pour le lien social qui va progressivement à l’évanescence. Alors, comment trouver un remède aux maux de cette forme de radicalité qui puisent ses racines dans les idéologies extrémistes ?

Sasin Tipchai, sur Pixabay

Une théorie politique de la communication

Après des années de recherche consacrées à la communication sur des terrains très différents, des mœurs au travail, de l’information au journalisme, des médias à la communication politique, des outremers à la francophonie et aux langues romanes, d’internet à l’Europe, de la mondialisation à la diversité culturelle, de la communication à l’épistémologie des connaissances, je peux résumer la théorie politique de la communication que je défends.

Retour critique sur la critique de la communication (épisode 2)

La théorie mathématique de la communication donne à voir une prédiction quantifiée de la transmission de la donnée. Elle ne concerne ni l’information ni la communication. À son contact, l’information est devenue une suite quantifiable d’entités – Shannon emploie l’expression symbols of communication. Elle fait l’économie de l’expression (mise en forme) et de la signification (sens).

Retour critique sur la critique de la communication (épisode 1)

Le premier de ces aspects relève de l’ambiguïté à considérer la communication comme un simple parcours entre une source et un destinataire. Le schéma canonique de Shannon et Weaver intitulé Shematic Diagram of a General Communication System, issu de l’ouvrage fondateur The Mathematical Theory of Communication de 1964, s’est durablement installé dans les esprits comme LA référence en termes de communication. Nous y voyons plusieurs lectures malheureuses.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search