Étiqueté : érudition

May, Édouard, Docteurs et savants 14e, 15e, 16e siècles, imprimerie Lemercier, s.d. Musée Carnavalet, Histoire de Paris, G.25055. CC0 Paris Musées / Musée Carnavalet.

L’érudition : usages et enjeux, par Bernard Valade

Qu’entend-on par « érudition » ? Qu’est-ce qu’un « érudit » ? Nombreux sont les stéréotypes attachés à ce qu’il faut d’abord considérer comme une « méthode d’étudier » ainsi qu’à ceux qui la pratiquent. En se limitant au cas français, on examinera ici comment cette méthode a été mise en œuvre à la Renaissance, puis tout au long de l’âge classique, avant que d’être mise en question à l’époque des Lumières. Devenue au xixe siècle la servante des études historiques et littéraires, l’érudition est aujourd’hui l’objet d’interrogations nouvelles qui en font bien voir les usages et mieux mesurer les enjeux.

Portrait de William Marx dans son bureau au Collège de France, 2020

« L’érudition, c’est l’altérité », entretien avec William Marx

D’un point de vue plus fondamental, l’érudition est une liberté puisqu’elle permet de sortir du monde où nous sommes, c’est-à-dire de sortir d’un cadre et d’une façon de penser. Elle donne accès à un autre monde, dans lequel nous sont vraiment offerts des espaces d’innovation, de liberté, de fiction, d’imagination, de sensibilité et d’émotion nous permettant d’échapper aux diktats du quotidien.

Parution H87, hypothèses

[Parution] Revue Hermès 87 – L’érudition

L’érudition est-elle une simple parure, un trompe-l’œil, ou une forme de recherche foncièrement libre et inclassable ? Cette dualité se retrouve dans les stéréotypes entourant la figure de l’érudit, admiré pour l’étendue de ses connaissances ou moqué pour ses postures singulières. L’érudition suscite des questions qui intéressent d’autant plus la communication que les nouvelles technologies modifient les productions, l’accès et l’usage des connaissances et des cultures.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search