Étiqueté : covid-19

kid_child_together_two_brother-14037.jpgd_.jpg

Covid, la victoire de la communication humaine

Depuis la Covid, il y a toujours un clavier entre l’autre et moi. Fini les contacts et les rapports directs. Le masque réduit l’échange au minimum puisque le visage est à moitié barré. On ne voit qu’un regard, bien difficile à interpréter, sans le reste du visage. Quant aux gestes… ils sont réduits aux « gestes barrières », ce qui veut bien dire ce que cela veut dire. L’autre est mis à distance physique. C’est toute la communication humaine qui s’est atrophiée, et qui donne raison à ceux qui depuis longtemps en dénoncent les limites au profit, au contraire, de la parfaite et séduisante communication technique. D’ailleurs, au début du confinement, au printemps 2020, on a plébiscité cet enfermement technique. On était finalement bien, « à distance », chez soi, sans se rapprocher ni se toucher, à caresser l’écran et le clavier. C’était vrai aussi bien pour le travail que pour les courses, l’éducation, les loisirs, les échanges. Tout était possible dans le distanciel. Enfermés et heureux. Avec la découverte de la liberté numérique et la performance des plateformes.

La Covid ne se mouche pas du coude

En effet, les médias ne parlent que de ce virus, n’hésitant point à interroger régulièrement les sommités médicales pour préciser la bonne façon de porter un masque ou le choix de mouchoir le plus pertinent : jetable ou lavable ? Peut-on concilier écologie et prophylaxie ? Dilemme récurrent. La morve focalise l’attention mieux que typhons, insurrections et autres carnages.

Les mots des maux* à Hong Kong en 2020

Profitant de l’accalmie des mesures de distanciations sociales liées au Covid-19 et prétextant des débordements parfois violents de manifestations exaltées par les fins de non-recevoir des pouvoirs locaux, Pékin a au final décidé de trancher unilatéralement en imposant soudainement, le 30 juin 2020, une loi sur la sécurité nationale qui menace aujourd’hui toutes les libertés publiques du territoire, signant ainsi la fin précipitée de la formule « un pays, deux systèmes ». A cette nouvelle épreuve correspondent des mots, toujours plus envahissants depuis six mois.

L’année du masque

Masqués, démasqués, nous vivons dans la constante préoccupation de nos masques « 😖J’ai oublié mon masque ! ». Artisanal ou industriel, français ou chinois, aux normes ou suspect, jeté ou lavé, le masque est devenu un emblème et restera sans doute l’enseigne de 2020, l’année des deux confinements. Il évoquait naguère le carnaval, les rites ésotériques des sociétés premières et des communautés secrètes, la cagoule du bandit de grand-chemin, l’écran protecteur de certaines professions : c’est aujourd’hui le gonfanon de la pandémie de Covid 19. Moins qu’un symbole et plus qu’un attribut, c’est un emblème, un signe pourvu d’une fonction sociale fédérative permettant d’afficher conviction, slogan et même idéologie.

Clarifier l’information en temps de crise : covid-19 et émergence des expertises 2.0.

La crise de confiance sociale et populaire envers les communautés épistémiques traditionnelles a ébranlé le statut d’une vérité issue d’un discours que l’on pensait alors consensuelle, intangible et descendante, puisque provenant d’une catégorie d’experts jusqu’alors rarement remise en question :  celle de l’expert scientifique. Véritable défi lancé à la figure de l’expert par le nouvel espace public numérique, cette remise en question a permis l’émergence de nouveaux “experts” de tout bord. Ils alimentent le débat et l’abreuvent d’informations immédiates et diluées se réclamant toutes d’une vérité particulière/singulière rendue possible par le spectre de plus en plus large de l’espace public numérique.

Étudiants : abandonnés !

Les facultés ont été les premiers lieux publics brutalement fermés et seront les derniers à réouvrir, après le 15 février, d’après les informations actuelles. C’est-à-dire au moment où les étudiants partent généralement en stage hors des universités. Bravo !

Nouvelles de Slovaquie

Le pays pensait avoir évité l’épidémie, avec des mesures draconiennes de fermetures et de restrictions de mobilité (frontalières, en particulier), sans toutefois décider du confinement général. Mais chacun se rend compte désormais de la progression de ce virus. C’était la première épreuve du nouveau gouvernement instauré après les dernières élections législatives, après la défaite du Parti socialiste au pouvoir sans interruption depuis douze ans ! Une alternative finalement souhaitée et acceptée pour ce qu’elle est : une alternative !

Les réseaux sociaux numériques ne sont pas des espaces publics

Le confinement qui accompagne la crise sanitaire que nous connaissons nous conduit à utiliser encore plus intensivement les dispositifs numériques. Or si ces derniers permettent de pallier la non communication (l’absence de communication), il tendent également à développer l’incommunication (une incompréhension partielle) comme les contributeurs du numéros 84 de la revue Hermès l’ont montrée. Cette incommunication est particulièrement à l’œuvre dans les réseaux sociaux numériques (Facebook, Twitter, etc.) qui, s’ils sont bien, parfois, des espaces communs d’expression politique ne sont jamais des espaces publics où peut se déployer une raison publique.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search