Archives par étiquette : communication publique

[Parution] Hermès 76. Le renseignement, un monde fermé dans une société ouverte

h76couvLe renseignement, un monde fermé dans une société ouverte Sous la direction de Nicolas Moinet et Franck Bulinge. 

Vous pouvez d’ores et déjà commander la version numérique sur Cairn. La version papier est disponible sur le site de CNRS éditions.

4° de couverture

Évoluant entre mythes et réalités, le monde du renseignement intrigue, inquiète ou fait fantasmer. Dans une société ouverte, les services secrets peuvent-ils encore faire l’économie de la communication lorsque l’on sait que ne pas communiquer, c’est déjà communiquer ? De la surveillance planétaire exercée par l’hyperpuissance étasunienne au renseignement dans la sphère privée, en passant par les nouvelles fonctions développées au sein des entreprises (intelligence économique, datamining), le renseignement a évolué et n’est plus seulement un métier de seigneurs destiné à une aristocratie d’État s’adonnant au « grand jeu » du bal des espions. Désormais, c’est toute la société qui est prise dans un système où un nombre croissant d’acteurs deviennent, parfois simultanément, producteurs et consommateurs de renseignements. Accessibles au plus grand nombre, les technologies de l’information et de la communication rendent même certains acteurs privés plus performants que bien des agences d’État…

Plus que jamais indisciplinée, la revue Hermès a fait le pari de questionner ce monde fermé dans une société ouverte. Ce numéro pose ainsi la question de la place du renseignement à une époque où la logique bureaucratique est bouleversée par l’abondance des informations, des interactions et des réseaux. En donnant au renseignement ses lettres de noblesse académique – à l’instar des intelligence studies anglo-saxonnes –, ce numéro fixe des points de repères dans une mutation anthropologique qui n’en est sans doute qu’à ses prémices. Comment parler de société de l’information ou de la connaissance sans réfléchir aux mutations du renseignement, qui redistribuent les rapports entre monde fermé et société ouverte, public et privé, secret et transparence ?

[Conférence-débat] La communication environnementale – 16 novembre 2016 – INSEEC

logo inseec logo la fabrique écologique logo hermes

À l’occasion de la publication du livre La communication environnementale
(CNRS Éditions, collection « Les Essentiels d’Hermès »),
sous la direction de Thierry Libaert,
La Fabrique Écologique vous invite à rencontrer et à débattre
avec plusieurs auteurs de l’ouvrage

Mercredi 16 novembre 2016
De 18h à 20h
à l’INSEEC | Amphithéâtre José Soubiran
27 avenue Claude Vellefaux
Paris 10ème

Inscription gratuite et obligatoire :
https://lacommunicationenvironnementale.eventbrite.fr

Le débat sera animé par Thierry Libaert
(conseiller au Comité Économique et Social Européen), en présence de
Gildas Bonnel
(président de la Commission Développement durable de l’Association
des Agences Conseil en Communication),
Yonnel Poivre-Le Lohé
(auteur du blog La communication responsable) et de :

Dominique Bessières |UNIVERSITÉ DE RENNES
La communication publique environnementale

François Allard-Huver |ESA ANGERS
Environnement et discours d’influence officiels

Nicolas Baygert|ULB / IHECS
Les partis verts face à la menace de l’éco-lassitude

Andrea Catellani |UCL
Sémiotique de la communication environnementale

Jean-Marie Charpentier |AFCI
Communication et environnement en entreprise :
du faux-semblant au vraisemblable

Le débat se poursuivra autour d’un verre

Hermès 73. Controverses et communication

Le n° 73 sera en librairie le 4 décembre 2015

h73_dem-copie

 

Controverses et communication
Sous la direction de Romain Badouard et Clément Mabi 

 

Vous pouvez commander la version numérique sur Cairn et la version papier sur le site de CNRS éditions.

 

4° de couverture

Scandales sanitaires, conflits d’aménagement du territoire, accidents industriels ou surveillance généralisée : notre environnement scientifique et technologique est régulièrement sujet à controverses. Depuis près de trente ans, les sciences humaines et sociales ont construit des méthodes d’analyse pour saisir ce que celles-ci nous disent de l’évolution des rapports entre sciences et société. Ce numéro d’Hermès est centré sur l’organisation du débat public autour de ces enjeux ; il questionne le rôle central de la communication dans l’émergence, le déploiement et la stabilisation des controverses.

En situation de controverse, qu’en est-il de la circulation de la parole entre acteurs en désaccord, de l’évaluation de l’autorité d’un argument ? Quels rôles les médiateurs jouent-ils dans l’apaisement ou l’exacerbation d’un conflit ? Comment les lignes d’exclusion et d’inclusion se dessinent-elles dans le débat ? Enfin, de quelle façon se construisent les grilles d’interprétation collectives d’un problème public ?

À travers les contributions qui composent ce dossier, il s’agit d’interroger les acteurs qui prennent part aux controverses (scientifiques, lanceurs d’alerte, journalistes, pouvoirs publics, lobbyistes, industriels, associatifs et citoyens) dans leurs stratégies et pratiques de communication. Les dispositifs qui permettent de mettre en public les controverses et qui organisent la confrontation des arguments, des intérêts et des valeurs font également l’objet d’une attention particulière.

Les controverses agissent comme des révélateurs des modalités d’organisation du débat public en démocratie. Les auteurs de ce dossier nous rappellent qu’en situation de controverse, plus qu’en toute autre occasion, la communication est un enjeu de pouvoir.

Prévention du sida et agenda politique. Les campagnes en direction du grand public (1987-1996)

Geneviève Paicheler, 2002.

CNRS Éditions, coll. « CNRS Communication »

Parmi les décisions politiques, celles qui concernent la santé publique prennent une importance de plus en grande, que ce soit pour le public ou pour un personnel politique qui veut conserver une image positive. La question abordée est celle de la mise en place d’une politique de prévention du sida à travers les campagnes d’informations adressées au grand public en France. L’analyse menée sur ces dix dernières années met en évidence le rôle des instances en charge des politiques publiques, la multiplication des institutions et des acteurs impliqués, la difficulté à modifier les comportements individuels malgré des stratégies de plus en plus étudiées.