Étiqueté : communication politique

Les manifs contre le pass sanitaire : quatre leçons de communication politique

Derrière une même protestation se cache des raisons différentes de protester car, il y a, effectivement, plusieurs bonnes raisons de contester les décisions gouvernementales. Les manifestations ne sont pas uniquement des moyens d’exprimer collectivement des émotions (ici la colère) ce sont aussi, pleinement, des exercices démocratiques qui visent à revendiquer de valeurs fondées rationnellement. La rationalité démocratique est plurielle mais tout aussi fondée que la rationalité sanitaire, c’est la première leçon.

mr-autthaporn-pradidpong-u9KoNzQpYHk-unsplash(1)

[Appel à contribution] Marcher d’un pas de côté[1]

Entre les choix très personnels de marcher, ceux de participer à une expression collective pour aller vers les autres, ou la contrainte par la force, pourquoi marche-t-on encore de nos jours ? Après une domination des marches mortifères, d’extermination et de pouvoir sur l’autre, l’émergence, puis la généralisation de la marche comme mode d’expression collective puis individuelle avec des expériences personnelles, voire intimes, va-t-elle représenter un contre-balancier, un véritable changement social, massif et généralisé ? Le plaisir personnel de la marche va-t-il être durable ? Que vise-t-on fondamentalement à travers l’activité de la marche, quelles sont les intentions visibles, avouables ou cachées et quels leviers communicationnels et idéologiques sont mobilisés « par » et « avec » la marche ? Ainsi, à travers l’étude des marches passées et actuelles, ce seront les transformations des pratiques, des intentions politiques, des imaginaires et des cultures que nous essaierons de mettre en lumière et en perspective.

Français des régions : beaux et cons à la fois ?

Le 27 juin 2021, vers 20 heures, les chaînes de TV ont présenté une carte de France avec des codes couleur étranges : exit ceux de CovidTracker. Même le noir, pourtant annoncé dans des sondages, laissait la place au bleu et au rose. Les échanges entre « la droite » et « la gauche », sur les plateaux, auraient presque donné à fantasmer 50 nuances de gris entre les deux grands camps. Il fallait être miro — avec ou sans accent — pour ne pas être surpris par la distribution de ces couleurs primaires immobiles.

« La presse est à blâmer ! »

Culpabiliser la presse pour ses manquements, c’est la tactique employée par le président de la République du Brésil, Jair Bolsonaro, depuis son élection. Après avoir déclaré que le Brésil était « brisé », il a désigné, le mercredi 6 janvier de 2021, un coupable.

Sasin Tipchai, sur Pixabay

Une théorie politique de la communication

Après des années de recherche consacrées à la communication sur des terrains très différents, des mœurs au travail, de l’information au journalisme, des médias à la communication politique, des outremers à la francophonie et aux langues romanes, d’internet à l’Europe, de la mondialisation à la diversité culturelle, de la communication à l’épistémologie des connaissances, je peux résumer la théorie politique de la communication que je défends.

Nouvelles de Slovaquie

Le pays pensait avoir évité l’épidémie, avec des mesures draconiennes de fermetures et de restrictions de mobilité (frontalières, en particulier), sans toutefois décider du confinement général. Mais chacun se rend compte désormais de la progression de ce virus. C’était la première épreuve du nouveau gouvernement instauré après les dernières élections législatives, après la défaite du Parti socialiste au pouvoir sans interruption depuis douze ans ! Une alternative finalement souhaitée et acceptée pour ce qu’elle est : une alternative !

Les réseaux sociaux numériques ne sont pas des espaces publics

Le confinement qui accompagne la crise sanitaire que nous connaissons nous conduit à utiliser encore plus intensivement les dispositifs numériques. Or si ces derniers permettent de pallier la non communication (l’absence de communication), il tendent également à développer l’incommunication (une incompréhension partielle) comme les contributeurs du numéros 84 de la revue Hermès l’ont montrée. Cette incommunication est particulièrement à l’œuvre dans les réseaux sociaux numériques (Facebook, Twitter, etc.) qui, s’ils sont bien, parfois, des espaces communs d’expression politique ne sont jamais des espaces publics où peut se déployer une raison publique.

L’Amazonie en feu

Par Roberto Chiachiri Directeur de la Chaire UNESCO / UMESP en communication, São Paulo, Brésil   En plus de la pandémie de la covid-19, pour laquelle le Brésil tient la troisième place...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search