Étiqueté : communication

Parution H87, hypothèses

[Parution] Revue Hermès 87 – L’érudition

L’érudition est-elle une simple parure, un trompe-l’œil, ou une forme de recherche foncièrement libre et inclassable ? Cette dualité se retrouve dans les stéréotypes entourant la figure de l’érudit, admiré pour l’étendue de ses connaissances ou moqué pour ses postures singulières. L’érudition suscite des questions qui intéressent d’autant plus la communication que les nouvelles technologies modifient les productions, l’accès et l’usage des connaissances et des cultures.

Over 50 women telephone switchboard operators and their supervisors. During this period (circa 1914), only young women (not men) were hired for this type of work at a Salt Lake City, Utah company. This photo was scanned from an 8x10 glass negative contact print. Photo : Jim Varga Pixabay

Le pot de yaourt, le bout de ficelle et la communication

La communication réussie ? Des enfants jouent et veulent se téléphoner. Ils prennent deux pots de yaourt reliés par une ficelle. On leur a dit que s’ils parlaient dans le téléphone, c’est-à-dire dans le pot de yaourt, l’autre entendra par l’intermédiaire du fil, et pourra répondre. Alors les deux enfants décident de se téléphoner. Ils se cachent à 10 mètres, 20 mètres l’un de l’autre et se parlent :

Retour critique sur la critique de la communication (épisode 3)

« Nous avons décidé de donner à la théorie entière de la commande et de la communication, aussi bien chez l’animal que dans la machine, le nom de cybernétique, formé à partir du grec χυβερνητηζ ou pilote » (Wiener, 2014, p.70). C’est ainsi que Wiener explique le choix du terme cybernétique, qu’il rattache dans la phrase qui la suit à un article fondateur de Clerk Maxwell de 1868 sur les gouvernails. On comprend alors la convocation de la commande, mais que vient y faire la communication ?

Une théorie politique de la communication

Après des années de recherche consacrées à la communication sur des terrains très différents, des mœurs au travail, de l’information au journalisme, des médias à la communication politique, des outremers à la francophonie et aux langues romanes, d’internet à l’Europe, de la mondialisation à la diversité culturelle, de la communication à l’épistémologie des connaissances, je peux résumer la théorie politique de la communication que je défends.

Communiquer l’invisible (partie 2)

Pour H. Arendt (1983) la caractéristique première de l’espace public est d’être un espace d’apparence. Un espace qui est donc, comme la visibilité, éphémère. En effet, il naît dès que des hommes libres se rencontrent, mais disparaît dès qu’ils se séparent : « il a ceci de particulier qu’à la différence des espaces qui sont l’œuvre de nos mains, il ne survit pas à l’actualité du mouvement qui l’a fait naître ».

Retour critique sur la critique de la communication (épisode 2)

La théorie mathématique de la communication donne à voir une prédiction quantifiée de la transmission de la donnée. Elle ne concerne ni l’information ni la communication. À son contact, l’information est devenue une suite quantifiable d’entités – Shannon emploie l’expression symbols of communication. Elle fait l’économie de l’expression (mise en forme) et de la signification (sens).

Retour critique sur la critique de la communication (épisode 1)

Le premier de ces aspects relève de l’ambiguïté à considérer la communication comme un simple parcours entre une source et un destinataire. Le schéma canonique de Shannon et Weaver intitulé Shematic Diagram of a General Communication System, issu de l’ouvrage fondateur The Mathematical Theory of Communication de 1964, s’est durablement installé dans les esprits comme LA référence en termes de communication. Nous y voyons plusieurs lectures malheureuses.

La « nouvelle » Algérie dans son miroir

Avant de tomber dans l’actuelle crise sanitaire qui fragilise les États-nations, quelques pays du sud de la Méditerranée comme le Liban, l’Irak et l’Algérie vivaient des soulèvements, voire des révolutions populaires. Quels effets sur les pouvoirs et institutions hégémoniques ? Quel bilan des revendications proclamées par le Peuple dans l’espace public ? Quelles sont les réalités politiques et communicationelles du Hirak algérien ?

L’année du masque

Masqués, démasqués, nous vivons dans la constante préoccupation de nos masques « 😖J’ai oublié mon masque ! ». Artisanal ou industriel, français ou chinois, aux normes ou suspect, jeté ou lavé, le masque est devenu un emblème et restera sans doute l’enseigne de 2020, l’année des deux confinements. Il évoquait naguère le carnaval, les rites ésotériques des sociétés premières et des communautés secrètes, la cagoule du bandit de grand-chemin, l’écran protecteur de certaines professions : c’est aujourd’hui le gonfanon de la pandémie de Covid 19. Moins qu’un symbole et plus qu’un attribut, c’est un emblème, un signe pourvu d’une fonction sociale fédérative permettant d’afficher conviction, slogan et même idéologie.

Étudiants : abandonnés !

Les facultés ont été les premiers lieux publics brutalement fermés et seront les derniers à réouvrir, après le 15 février, d’après les informations actuelles. C’est-à-dire au moment où les étudiants partent généralement en stage hors des universités. Bravo !

[Parution] Santé connectée

Écrans, claviers, souris, plateformes, internet des objets et « intelligence » artificielle envahissent désormais notre quotidien et transforment nos relations aux autres. Après leur entrée dans le champ du bien-être et du quantified-self, des industriels explorent celui de la santé, champ d’autant plus prometteur qu’il offre – avec la chronicisation de certaines maladies infectieuses ou cancéreuses et l’augmentation du vieillissement de la population –, de nombreux domaines d’application. De son côté, la situation actuelle de la crise sanitaire du Covid-19 a modifié en quelques mois des pratiques enracinées depuis des décennies dans le champ de la santé.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search