Revue Hermès - Cognition - Communication - Politique

Intelligence artificielle … Mythes, réalités et perspectives

La véritable Intelligence artificielle sera la quintessence de sciences comme la génétique, l’économie ou la psychologie et aussi d’autres sciences cognitives, nous dit Judea Pearl, inventeur des réseaux bayésiens. Peut-être un « Art au carrefour de plusieurs sciences » pour reprendre le mot de Bergson sur la médecine dont on sait qu’elle espère beaucoup de l’IA.

May, Édouard, Docteurs et savants 14e, 15e, 16e siècles, imprimerie Lemercier, s.d. Musée Carnavalet, Histoire de Paris, G.25055. CC0 Paris Musées / Musée Carnavalet.

L’érudition : usages et enjeux, par Bernard Valade

Qu’entend-on par « érudition » ? Qu’est-ce qu’un « érudit » ? Nombreux sont les stéréotypes attachés à ce qu’il faut d’abord considérer comme une « méthode d’étudier » ainsi qu’à ceux qui la pratiquent. En se limitant au cas français, on examinera ici comment cette méthode a été mise en œuvre à la Renaissance, puis tout au long de l’âge classique, avant que d’être mise en question à l’époque des Lumières. Devenue au xixe siècle la servante des études historiques et littéraires, l’érudition est aujourd’hui l’objet d’interrogations nouvelles qui en font bien voir les usages et mieux mesurer les enjeux.

Portrait de William Marx dans son bureau au Collège de France, 2020

« L’érudition, c’est l’altérité », entretien avec William Marx

D’un point de vue plus fondamental, l’érudition est une liberté puisqu’elle permet de sortir du monde où nous sommes, c’est-à-dire de sortir d’un cadre et d’une façon de penser. Elle donne accès à un autre monde, dans lequel nous sont vraiment offerts des espaces d’innovation, de liberté, de fiction, d’imagination, de sensibilité et d’émotion nous permettant d’échapper aux diktats du quotidien.

Parution H87, hypothèses

[Parution] Revue Hermès 87 – L’érudition

L’érudition est-elle une simple parure, un trompe-l’œil, ou une forme de recherche foncièrement libre et inclassable ? Cette dualité se retrouve dans les stéréotypes entourant la figure de l’érudit, admiré pour l’étendue de ses connaissances ou moqué pour ses postures singulières. L’érudition suscite des questions qui intéressent d’autant plus la communication que les nouvelles technologies modifient les productions, l’accès et l’usage des connaissances et des cultures.

Charles Martel à la bataille de Poitiers, en octobre 732, représentation par Charles de Steuben (1837), Galerie des Batailles, musée d'histoire de France, château de Versailles.

En appeler à Charles Martel pour haïr

Le week-end du 10 avril 2021 a été le cadre de plusieurs actions violentes contre la communauté musulmane française. Des inscriptions telles que « Les croisades reprendront », « Charles Martel sauve-nous » ont été inscrites, dimanche 11 avril, sur les murs extérieurs du centre culturel islamique Avicenne de Rennes.

Pawl Kuczynski

La radicalité à l’aune des théories du complot

D’autre part, l’une des premières conséquences des derniers confinements, observés en France et ailleurs, est l’accroissement du temps passé devant les écrans. On parle même d’addiction à l’Internet et aux réseaux sociaux numériques. La radicalité n’y trouve-t-elle pas une autre porte ouverte ? Pourtant, les technologies numériques d’information et de communication peuvent aussi être un remède pour le lien social qui va progressivement à l’évanescence. Alors, comment trouver un remède aux maux de cette forme de radicalité qui puisent ses racines dans les idéologies extrémistes ?

Over 50 women telephone switchboard operators and their supervisors. During this period (circa 1914), only young women (not men) were hired for this type of work at a Salt Lake City, Utah company. This photo was scanned from an 8x10 glass negative contact print. Photo : Jim Varga Pixabay

Le pot de yaourt, le bout de ficelle et la communication

La communication réussie ? Des enfants jouent et veulent se téléphoner. Ils prennent deux pots de yaourt reliés par une ficelle. On leur a dit que s’ils parlaient dans le téléphone, c’est-à-dire dans le pot de yaourt, l’autre entendra par l’intermédiaire du fil, et pourra répondre. Alors les deux enfants décident de se téléphoner. Ils se cachent à 10 mètres, 20 mètres l’un de l’autre et se parlent :

Retour critique sur la critique de la communication (épisode 3)

« Nous avons décidé de donner à la théorie entière de la commande et de la communication, aussi bien chez l’animal que dans la machine, le nom de cybernétique, formé à partir du grec χυβερνητηζ ou pilote » (Wiener, 2014, p.70). C’est ainsi que Wiener explique le choix du terme cybernétique, qu’il rattache dans la phrase qui la suit à un article fondateur de Clerk Maxwell de 1868 sur les gouvernails. On comprend alors la convocation de la commande, mais que vient y faire la communication ?

Sasin Tipchai, sur Pixabay

Une théorie politique de la communication

Après des années de recherche consacrées à la communication sur des terrains très différents, des mœurs au travail, de l’information au journalisme, des médias à la communication politique, des outremers à la francophonie et aux langues romanes, d’internet à l’Europe, de la mondialisation à la diversité culturelle, de la communication à l’épistémologie des connaissances, je peux résumer la théorie politique de la communication que je défends.

Le « droit à la communication » au Brésil

À Brumadinho, il y a eu plusieurs types de morts : physique, psychologique, financière – causée par l’attitude de l’entreprise Vale qui, voulant faire taire les autorités et la population, a mis en jeu d’énormes sommes d’argent, comme l’indemnité distribuée aux habitants de la ville et ses environs – et la mort causée par la presse et la communication. Cette dernière est due à la manière dont a été traité médiatiquement ce crime humanitaire : l’exposition des familles et le non-respect des droits de personnes en situation de vulnérabilité.

kid_child_together_two_brother-14037.jpgd_.jpg

Covid, la victoire de la communication humaine

Depuis la Covid, il y a toujours un clavier entre l’autre et moi. Fini les contacts et les rapports directs. Le masque réduit l’échange au minimum puisque le visage est à moitié barré. On ne voit qu’un regard, bien difficile à interpréter, sans le reste du visage. Quant aux gestes… ils sont réduits aux « gestes barrières », ce qui veut bien dire ce que cela veut dire. L’autre est mis à distance physique. C’est toute la communication humaine qui s’est atrophiée, et qui donne raison à ceux qui depuis longtemps en dénoncent les limites au profit, au contraire, de la parfaite et séduisante communication technique. D’ailleurs, au début du confinement, au printemps 2020, on a plébiscité cet enfermement technique. On était finalement bien, « à distance », chez soi, sans se rapprocher ni se toucher, à caresser l’écran et le clavier. C’était vrai aussi bien pour le travail que pour les courses, l’éducation, les loisirs, les échanges. Tout était possible dans le distanciel. Enfermés et heureux. Avec la découverte de la liberté numérique et la performance des plateformes.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search