Revue Hermès - Cognition - Communication - Politique

Sasin Tipchai, sur Pixabay

Une théorie politique de la communication

Après des années de recherche consacrées à la communication sur des terrains très différents, des mœurs au travail, de l’information au journalisme, des médias à la communication politique, des outremers à la francophonie et aux langues romanes, d’internet à l’Europe, de la mondialisation à la diversité culturelle, de la communication à l’épistémologie des connaissances, je peux résumer la théorie politique de la communication que je défends.

Le « droit à la communication » au Brésil

À Brumadinho, il y a eu plusieurs types de morts : physique, psychologique, financière – causée par l’attitude de l’entreprise Vale qui, voulant faire taire les autorités et la population, a mis en jeu d’énormes sommes d’argent, comme l’indemnité distribuée aux habitants de la ville et ses environs – et la mort causée par la presse et la communication. Cette dernière est due à la manière dont a été traité médiatiquement ce crime humanitaire : l’exposition des familles et le non-respect des droits de personnes en situation de vulnérabilité.

kid_child_together_two_brother-14037.jpgd_.jpg

Covid, la victoire de la communication humaine

Depuis la Covid, il y a toujours un clavier entre l’autre et moi. Fini les contacts et les rapports directs. Le masque réduit l’échange au minimum puisque le visage est à moitié barré. On ne voit qu’un regard, bien difficile à interpréter, sans le reste du visage. Quant aux gestes… ils sont réduits aux « gestes barrières », ce qui veut bien dire ce que cela veut dire. L’autre est mis à distance physique. C’est toute la communication humaine qui s’est atrophiée, et qui donne raison à ceux qui depuis longtemps en dénoncent les limites au profit, au contraire, de la parfaite et séduisante communication technique. D’ailleurs, au début du confinement, au printemps 2020, on a plébiscité cet enfermement technique. On était finalement bien, « à distance », chez soi, sans se rapprocher ni se toucher, à caresser l’écran et le clavier. C’était vrai aussi bien pour le travail que pour les courses, l’éducation, les loisirs, les échanges. Tout était possible dans le distanciel. Enfermés et heureux. Avec la découverte de la liberté numérique et la performance des plateformes.

Opération « Médias sans choix » en Pologne

Les médias polonais ont adressé au gouvernement PiS (parti Droit et Justice) une lettre ouverte contre le projet d’introduction d’une nouvelle taxe sur la publicité qui menace en fait l’indépendance des organes de presse, des producteurs, de lecteurs et des internautes.  Cette taxe est appelée officiellement « une cotisation » et utilise l’argument de la pandémie, car les sommes ainsi récoltées sont susceptibles d’alimenter le Fond National de la Santé et le Fond national de la sauvegarde du patrimoine ainsi qu’une nouvelle institution « Fond National de soutien du patrimoine à travers les médias » dont on ne comprend pas bien à quoi cela correspond. Pour les médias indépendants il ne s’agit là que de racket :

Les défis que les Gafam posent à la démocratie

Suffira-t-il d’imposer la régulation politique pour bien encadrer ces industries de l’information, de la connaissance, de la culture et de la communication ? Rien n’est moins sûr. La chasse aux fake news, récemment enclenchée, n’a pas éradiqué le fléau. Et de protectrice de la démocratie, elle risque d’être liberticide si les mesures prises mènent à une restriction de la liberté d’expression, pouvant être assimilée à la censure.

Communiquer l’invisible (partie 2)

Pour H. Arendt (1983) la caractéristique première de l’espace public est d’être un espace d’apparence. Un espace qui est donc, comme la visibilité, éphémère. En effet, il naît dès que des hommes libres se rencontrent, mais disparaît dès qu’ils se séparent : « il a ceci de particulier qu’à la différence des espaces qui sont l’œuvre de nos mains, il ne survit pas à l’actualité du mouvement qui l’a fait naître ».

Communiquer l’invisible (partie 1)

Quelles sont les causes de l’invisibilité de telle ou telle partie de la population ? Deux éléments sont centraux selon nous : l’absence de médiatisation et l’incommunication. Les deux éléments ne sont pas tout à fait synonymes ; pas tout à fait différents. L’absence de médiatisation d’acteurs sociaux tient à différents facteurs dont l’incommunication. Explicitons ces facteurs qui concourent à l’invisibilité médiatique.

Les incidences juridiques du corps humain connecté sur la relation médicale

Le corps humain est devenu un nouvel objet connecté (CNIL, 2014). À l’aide de capteurs et de technologies mobiles (wearables), l’automesure (selftracking) permet d’offrir à l’homme une plus grande maîtrise de son corps. Le quantified self peut se définir comme un ensemble de méthodes visant à collecter et utiliser soi-même certaines variables concernant son propre corps. Au sein de la e-santé ou santé électronique, laquelle est définie par l’Organisation mondiale de la santé comme l’utilisation du numérique au service du bien-être de la personne, la m-santé ou santé mobile désigne l’ensemble des services disponibles en permanence à travers un appareil mobile connecté.

[Communiqué] Le Palmarès du 41e Grand Prix des Agences de l’Année 2020

Le 41e Grand Prix des Agences de l’Année, traditionnellement organisé en fin d’année lors d’un dîner prestigieux à Paris réunissant, à l’Intercontinental-Le Grand, 350 professionnels du marché, s’est tenu en cette année particulière dans le format inédit d’une émission de télévision dans le respect des normes sanitaires liées à la COVID-19, conjuguant présentiel et visioconférences.

La Covid ne se mouche pas du coude

En effet, les médias ne parlent que de ce virus, n’hésitant point à interroger régulièrement les sommités médicales pour préciser la bonne façon de porter un masque ou le choix de mouchoir le plus pertinent : jetable ou lavable ? Peut-on concilier écologie et prophylaxie ? Dilemme récurrent. La morve focalise l’attention mieux que typhons, insurrections et autres carnages.

Retour critique sur la critique de la communication (épisode 2)

La théorie mathématique de la communication donne à voir une prédiction quantifiée de la transmission de la donnée. Elle ne concerne ni l’information ni la communication. À son contact, l’information est devenue une suite quantifiable d’entités – Shannon emploie l’expression symbols of communication. Elle fait l’économie de l’expression (mise en forme) et de la signification (sens).

Retour critique sur la critique de la communication (épisode 1)

Le premier de ces aspects relève de l’ambiguïté à considérer la communication comme un simple parcours entre une source et un destinataire. Le schéma canonique de Shannon et Weaver intitulé Shematic Diagram of a General Communication System, issu de l’ouvrage fondateur The Mathematical Theory of Communication de 1964, s’est durablement installé dans les esprits comme LA référence en termes de communication. Nous y voyons plusieurs lectures malheureuses.

Les mots des maux* à Hong Kong en 2020

Profitant de l’accalmie des mesures de distanciations sociales liées au Covid-19 et prétextant des débordements parfois violents de manifestations exaltées par les fins de non-recevoir des pouvoirs locaux, Pékin a au final décidé de trancher unilatéralement en imposant soudainement, le 30 juin 2020, une loi sur la sécurité nationale qui menace aujourd’hui toutes les libertés publiques du territoire, signant ainsi la fin précipitée de la formule « un pays, deux systèmes ». A cette nouvelle épreuve correspondent des mots, toujours plus envahissants depuis six mois.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search