Catégorie : Blog

mr-autthaporn-pradidpong-u9KoNzQpYHk-unsplash(1)

[Appel à contribution] Marcher d’un pas de côté[1]

Entre les choix très personnels de marcher, ceux de participer à une expression collective pour aller vers les autres, ou la contrainte par la force, pourquoi marche-t-on encore de nos jours ? Après une domination des marches mortifères, d’extermination et de pouvoir sur l’autre, l’émergence, puis la généralisation de la marche comme mode d’expression collective puis individuelle avec des expériences personnelles, voire intimes, va-t-elle représenter un contre-balancier, un véritable changement social, massif et généralisé ? Le plaisir personnel de la marche va-t-il être durable ? Que vise-t-on fondamentalement à travers l’activité de la marche, quelles sont les intentions visibles, avouables ou cachées et quels leviers communicationnels et idéologiques sont mobilisés « par » et « avec » la marche ? Ainsi, à travers l’étude des marches passées et actuelles, ce seront les transformations des pratiques, des intentions politiques, des imaginaires et des cultures que nous essaierons de mettre en lumière et en perspective.

Français des régions : beaux et cons à la fois ?

Le 27 juin 2021, vers 20 heures, les chaînes de TV ont présenté une carte de France avec des codes couleur étranges : exit ceux de CovidTracker. Même le noir, pourtant annoncé dans des sondages, laissait la place au bleu et au rose. Les échanges entre « la droite » et « la gauche », sur les plateaux, auraient presque donné à fantasmer 50 nuances de gris entre les deux grands camps. Il fallait être miro — avec ou sans accent — pour ne pas être surpris par la distribution de ces couleurs primaires immobiles.

Réflexions d’un psychiatre sur la Covid-19

Nous avons aussi pris conscience que la science est devenue la religion mondiale. Quelles que soient les proclamations officielles, tous les pays, qu’ils soient démocratiques ou dictatoriaux, qu’ils soient laïcs ou pourvus d’une religion officielle, se sont conformés aux règles édictées par la science émanant d’experts, alors même que dans cette situation radicalement nouvelle il n’y avait pas d’experts confirmés mais des aspirants experts. Tout gouvernement est constitué de politiciens, et ils utilisent un raisonnement politique quand ils s’affrontent à un problème — ce qui signifie qu’ils agissent selon leur éthique, selon l’économie nationale et de façon à assurer leur propre promotion. S’en remettre à l’avis d’experts est le meilleur moyen d’éviter une responsabilité directe.

Retour critique sur la critique de la communication (épisode 4)

Les réussites cybernétiques se sont basées sur des analogies et des déductions audacieuses mais relativement contrôlées. Elles sont restées dans un domaine connexe : celui de la mécanique. Ainsi, en partant d’études à la fois physiologiques (le corps) et artificielles (les machines), un corpus a été créé pour caractériser un système d’éléments en interrelation constante où chaque action suscite une réponse d’ajustement automatisée.

« La presse est à blâmer ! »

Culpabiliser la presse pour ses manquements, c’est la tactique employée par le président de la République du Brésil, Jair Bolsonaro, depuis son élection. Après avoir déclaré que le Brésil était « brisé », il a désigné, le mercredi 6 janvier de 2021, un coupable.

Intelligence artificielle … Mythes, réalités et perspectives

La véritable Intelligence artificielle sera la quintessence de sciences comme la génétique, l’économie ou la psychologie et aussi d’autres sciences cognitives, nous dit Judea Pearl, inventeur des réseaux bayésiens. Peut-être un « Art au carrefour de plusieurs sciences » pour reprendre le mot de Bergson sur la médecine dont on sait qu’elle espère beaucoup de l’IA.

May, Édouard, Docteurs et savants 14e, 15e, 16e siècles, imprimerie Lemercier, s.d. Musée Carnavalet, Histoire de Paris, G.25055. CC0 Paris Musées / Musée Carnavalet.

L’érudition : usages et enjeux, par Bernard Valade

Qu’entend-on par « érudition » ? Qu’est-ce qu’un « érudit » ? Nombreux sont les stéréotypes attachés à ce qu’il faut d’abord considérer comme une « méthode d’étudier » ainsi qu’à ceux qui la pratiquent. En se limitant au cas français, on examinera ici comment cette méthode a été mise en œuvre à la Renaissance, puis tout au long de l’âge classique, avant que d’être mise en question à l’époque des Lumières. Devenue au xixe siècle la servante des études historiques et littéraires, l’érudition est aujourd’hui l’objet d’interrogations nouvelles qui en font bien voir les usages et mieux mesurer les enjeux.

Portrait de William Marx dans son bureau au Collège de France, 2020

“L’érudition, c’est l’altérité”, entretien avec William Marx

D’un point de vue plus fondamental, l’érudition est une liberté puisqu’elle permet de sortir du monde où nous sommes, c’est-à-dire de sortir d’un cadre et d’une façon de penser. Elle donne accès à un autre monde, dans lequel nous sont vraiment offerts des espaces d’innovation, de liberté, de fiction, d’imagination, de sensibilité et d’émotion nous permettant d’échapper aux diktats du quotidien.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search