Catégorie : Billets

Les chercheurs invisibles

Il semble que les universitaires n’aient guère la cote. Peut-être leur discours est-il supposé trop compliqué pour des médias qui n’ont guère plus de trente secondes à accorder à la défense d’un point de vue. De son côté, l’État lui-même, qui paie – mal – de nombreux chercheurs en SHS à produire un savoir à vocation scientifique, finance grassement des « experts » et des consultants à produire un pseudo-savoir sur les questions sociétales.

Le défi communicationnel contemporain de la ville-monde Casablanca

Traversé par le temps passant conduisant à de nouvelles appréhensions sociétales et politiques, le Maroc demeure un pays aux mille et une facettes d’acceptions somme toute complexes à cerner. La longue gestation des œuvres artistiques au Maroc, longtemps censurées, a permis d’accoucher d’un regard nouveau sur les problématiques sociétales inhérentes à cette nation.

Retour critique sur la critique de la communication (épisode 6) : Palo Alto

L’École de Palo Alto n’est pas l’œuvre d’un seul homme, même si Gregory Bateson l’a fondée et lui a donné ses fondamentaux. Plusieurs de ses disciples ont prolongé son effort pour se singulariser et donner leur propre vision, notamment de la communication. Ainsi, Paul Watzlawick, Janet Helmick Beavin et Don D. Jackson ont apporté une distinction à la réflexion de Bateson, sans toutefois s’en éloigner profondément.

Retour critique sur la critique de la communication (épisode 5) : Palo Alto

Dans les esprits, la communication reste attachée à l’information depuis Shannon et aux systèmes depuis Wiener. La réduction mécaniste et la volonté de résoudre les problèmes techniques ont amené le premier à évacuer les problèmes sémantiques. Les déductions et les analogies succinctes ont permis au second de transformer la relation communicationnelle en une somme d’interactions guidées par les chiffrements et les déchiffrements des messages. Un groupe va prolonger les idées initiales liant information et système tout en corrigeant en partie les défauts évoqués : l’École de Palo Alto.

Et si notre longévité ne tenait qu’à nos amis ?

Depuis l’Épopée de Gilgamesh jusqu’au docteur Faust, en passant par Frankenstein, nombreux sont les récits à témoigner notre désir, aujourd’hui poursuivi par les GAFAM, de vivre éternellement. Mais plutôt que de vendre notre âme à Méphistophélès ou notre corps à Google, les sciences du vivant, celles qui deviennent transdisciplinaires en alliant la biologie aux sciences humaines et sociales, nous conseillent bien moins dangereux et bien plus agréable : pour vivre longtemps, vivons bien entourés !

Plus c’est court plus c’est bon

Où et quand se tient le festival du court métrage le plus important du monde ? Vous séchez ? Il s’est pourtant déroulé entre le 28 janvier et le 5 février dernier et a réuni 200 films pour 100 000 spectateurs. Un portrait de ce moment magique en quatre adjectifs : passionnant, réconfortant, indispensable, éclairant.

Licence to kill…

Pascal Robert[1] James Bond a toujours sauvé le monde et les films de James Bond permettaient jusque là à leurs spectateurs de se rassurer : le monde sera toujours sauvé et eux avec,...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search