Connexion numérique : les promesses émancipatrices ne doivent pas cacher les dangers démocratiques

SMARTPHONE 2

Par Éric Dacheux1

Comme le remarque Habermas (2022), la connexion numérique est riche de promesses. Cependant, pour l’instant, ces promesses démocratiques ne sont pas tenues. En effet, si cette expression publique politique connectée a favorisé l’émergence de problèmes publics jusqu’ici trop minorés (les féminicides, l’homophobie, etc.) ce qui fortifie nos démocraties, elle a aussi engendré des espaces civiles qui, en contestant l’égalité, contestent, au fond, l’idée même de démocratie. C’est le cas par exemple, de l’usage des réseaux sociaux numériques par  des groupes virilistes (Kunert, 2017). Il  est, donc aujourd’hui, trop tôt pour dire si les promesses démocratiques de la connexion numérique seront tenues. Ce que l’on peut soutenir, en revanche, dans le cadre d’une science publique (Burawoy, 2013), c’est que le chercheur ne peut pas se contenter de renvoyer dos à dos technophiles et technophobes. Comme le précise E. Morin, la pensée complexe n’est pas seulement celle qui permet de mettre à jour l’incroyable complexité du réel, elle met surtout en avant la responsabilité éthique du chercheur (2006). Or, si, dans les liens entre démocratie et connexion numérique, rien n’est joué, l’éthique du chercheur commande d’alerter sur les dangers actuels que font courir les technologies numériques. Deux semblent primordiaux.

Premier danger : la vitesse numérique contre le durable écologique

Tout d’abord, la connexion numérique permanente amplifie un nouveau rapport au temps. À l’image de la machine qui travaille 24 heures sur 24 ou qui, plus précisément, peut se placer « en mode veille », la connexion numérique permanente transforme le sommeil comme un simple état de disponibilité à basse intensité. Il n’y a plus de on/off, plus de repos effectif, plus de déconnexion totale, mais, à l’image de ces cadres laissant leur portable allumé dans leur chambre pour répondre aux mails dès qu’un signal retentit, une activité continue qui ne s’interrompt jamais. Dès lors dans ce présent continu, tout s’accélère (Rosa, 2010) et s’instaure un temps de l’urgence qui rend plus compliqué pour chacune d’entre nous, le fait de prendre du temps pour communiquer. Ce temps de l’urgence numérique s’oppose non seulement au temps social de la communication, mais aussi au temps écologique du vivant. La vie mute, évolue, se transforme dans la durée. Or la primauté économique donnée au temps court tend à sacrifier la biodiversité, le climat, les paysages sur l’autel de la rentabilité. Le temps long de l’évolution du vivant est remis en cause par des décisions de court terme qui conduisent à une catastrophe écologique sans précédent. Nous devons à la fois agir vite pour préserver le vivant que l’accélération menace et prendre le temps de construire ensemble une société durable. Cette contradiction est centrale, car elle est l’une des difficultés majeures du vivre ensemble : nous devons prendre le temps de nous comprendre pour inventer un système économique durable et nous nous essoufflons à courir après un temps qui ne cesse de s’accélérer.

Deuxième danger, servitude numérique promu par les GAFAM

De plus, on ne peut pas étudier l’impact de la connexion numérique uniquement sous l’angle de l’ambiguïté intrinsèque de toute technologie. En effet, si la neutralité technique est un « bluff technologique » (Ellul, 1998), il en va de même de la neutralité politique et de la neutralité économique de tous les dispositifs numériques, médias numériques et connexion numérique compris. En effet, la circulation des données entre les dispositifs numériques obéit à une « gouvernementalité numérique »2 qui visent à orienter les actions des utilisateurs ainsi qu’à des modèles économiques de rentabilité qui régissent le développement des dispositifs numériques. Pour le dire autrement, on ne peut pas ignorer le fait, politique et économique, que la connexion numérique est aujourd’hui très largement dans les mains des GAFAM. Or, cette puissance économique3 menace la démocratie pour deux raisons au moins. Tout d’abord, les applications et logiciels contrôlés par les GAFAM nous font entrer, lentement mais sûrement dans une ère de servitude numérique4(Poitevin 2020) où la cession de nos données personnelles et la multiplication des algorithmes restreignent notre autonomie. Or, la démocratie est justement autonomie – auto (soi-même) et nomos (la norme, la loi). En démocratie ce n’est pas Dieu, le chef suprême ou les GAFAM qui font les lois qui nous gouvernent, mais les hommes qui font, défont et refont les règles qui leur permettent de vivre ensemble. Plus nos choix dépendent d’algorithmes marchands, plus l’autonomie politique de chacun diminue et plus la démocratie s’affaiblit. Surtout, les outils déployés par les GAFAM menacent, à terme, l’existence même d’un espace public. L’enjeu n’est pas la redéfinition du public et du privé5 par la connexion numérique, mais bel et bien celui de la survie même de l’espace public. En effet, si l’on comprend bien A. Casilli (2014), l’injonction à la participation numérique risque fort de le faire disparaître au profit de l’avènement d’un espace commun généralisé où chacun est soumis au regard de tous6. Ainsi, en effaçant les frontières protégeant l’espace privé, cet espace commun qui vient supprime aussi la nécessité de l’existence d’un espace de médiation entre le pouvoir et le citoyen qui a surgi à la révolution7. L’horizontalité entre citoyens supprime la nécessité d’une médiation avec le pouvoir politique, mais elle engendre alors une soumission directe au pouvoir économique des GAFAM qui s’incruste jusqu’au cœur de l’espace domestique.

Ainsi, même si aujourd’hui la recherche ne peut que constater l’ambiguïté technique de la connexion numérique, elle peut et donc doit, d’ores et déjà, alerter sur les dangers que les GAFAM font courir à la démocratie. C’est en assumant la part normative du concept d’espace public que le chercheur participe le mieux à la préservation de la démocratie.

 

Bibliographie :

Burawoy M., (2013), « La sociologie publique face au marché » in I. Hillenkamp et  J.L. Laville, Sociéconomie et démocratie,  Toulouse, Erès.

Casilli A., (2014). Quatre thèses sur la surveillance numérique de masse et la négociation de la vie privée. in Jacky Richard & Laurent Cytermann (dir.), Etude annuelle du Conseil d’Etat “Le numérique et les droits fondamentaux”, Paris, La Documentation française, 2014, p. 423-434.

Ellul, J., (1998). Le Bluff technologique, Paris, Hachette.

Habermas J. (2022). « Un nouveau changement structurel de l’espace public politique ». dans F. Albertini, L. Corchia [dir.], Habermas en terrain insulaire. Pise. Pisa university Press.

Kunert S., (2017), « Stratégie de légitimation et configurations discursives de la « cause des hommes », Études de communication, N°48.

Morin E., (2006). L’éthique. Paris, Seuil.

Poitevin, D. (2020). « La question du temps dans la servitude numérique », Séminaire Lagon, Rennes, mars 2020.

Rosa H. (2022), « Résonance démocratique ou modes vécus cloisonnés ? Réflexions sur les transformations de l’espace public au XXIe siècle à partir de la théorie de la résonance ». Réseaux, N°235.

Zuboff S., (2020). L’âge du capitalisme de surveillance. Paris, Zulma.



Citer ce billet
hermes (2024, 20 mai). Connexion numérique : les promesses émancipatrices ne doivent pas cacher les dangers démocratiques. Revue Hermès - Cognition - Communication - Politique. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11orj

  1. Éric Dacheux est professeur en sciences de l’information et de la communication à l’université Clermont-Auvergne. Son dernier livre, Comprendre pourquoi on ne se comprend pas, a paru à CNRS éditions en 2023. []
  2. Repris des derniers travaux de M. Foucault (2004), cette notion met en lumière la manière dont les GAFAM exercent leur pouvoir sur les usages en les incitant à certaines actions (cliquer, liker) ou les contraignant à telles autres (via la censure, le contrôle des algorithmes, etc.). []
  3. A elles seules les plus grosses entreprises du numérique, les GAFAM représentent 7 300 milliards de dollars de capitalisation boursière. C’est autant que l’ensemble des entreprises cotées de la zone euro et 20 % de toutes celles qui le sont aux États-Unis. []
  4. Servitude numérique qui est, en même temps, le fruit de notre liberté, mais aussi le produit d’un « management de l’appropriation » de nos données personnelles par les GAFAM (Guignard, Le Caroff, 2020). []
  5. Certes, la frontière entre public et privé a toujours été un enjeu de débat, rappelle Habermas (2022), mais ce qui est ici en question dit le philosophe, est autre chose, la perception même du seuil. Sans cette perception, l’espace public ne peut plus jouer son rôle de médiation, c’est-à-dire, de mise à distance des pouvoirs politiques et économiques. []
  6. Notons qu’à la différence de l’espace commun de la monarchie, ce nouvel espace commun n’est plus un espace dominé par le politique mais par l’économique. On passerait ainsi, dit Casilli, (2014) de « Big Brother à Big Other ». []
  7. C’est, en effet, la transformation de l’espace privé (discussion au sein des familles nucléaires bourgeoises) qui avait favorisé les débats dans les cafés littéraires et les salons littéraires qui eux mêmes avait favorisé l’émergence d’une sphère publique Bourgeoise (Habermas, 1978). On assisterait aujourd’hui à un processus inverse : la disparition de l’espace privé, du « droit à être laissé tranquille », entraînant la disparation progressive d’un espace public fondant une communauté politique au profit d’un espace commun marchand fondant une « société de marché » (Polanyi, 1981)  dirigé par les GAFAM. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search