Nintendo serait désormais l’entreprise la plus riche du Japon

Image Super Mario

Image Super Mario, libre de droits

par Agnès Giard1 

Selon un article publié en février 2024 par la revue d’économie Tôyô Keizai, Nintendo est au premier rang des entreprises japonaises les plus prospères. Sept autres producteurs de jeu vidéo feraient partie du top 100 : Bandai Namco (classé 25e), Square Enix (38e), Konami (50e), Sega (63e), GungHo (64e), Kadokawa (81e) et Capcom (88e). Concernant Nintendo, l’entreprise dispose d’environ 11 milliards d’euros de liquidités (1718 milliards de yens) et n’a aucune dette, chose rare dans l’industrie des jeux.  Cet exploit, on peut l’attribuer bien sûr aux efforts de la firme : entre le succès fulgurant de la Switch, la sortie de nombreux jeux vidéo acclamés, le lancement d’une boutique officielle, l’ouverture d’un parc d’attractions et la co-production de Super Mario Bros. le film (qui réalise le meilleur démarrage au box-office de l’histoire pour un film d’animation), Nintendo peut se féliciter d’une accumulation de victoires. Mais elle doit aussi beaucoup à la pandémie.

Au Japon, les premiers cas de personnes infectées par le coronavirus sont enregistrés dès le 19 janvier 2020. Le gouvernement réagit très vite, incitant la population à limiter la communication en chair et en os. Les injonctions à rester chez soi favorisent le repli massif sur des produits conçus comme antidotes à la solitude, générant des hausses record de profit dans l’industrie de la simulation. Lancé en mars 2020 par Nintendo, le jeu Animal crossing: New Horizons (Atsumare dōbutsu no mori, abrégé Atsumori), qui attribue à chaque joueur une île déserte aux allures de refuge, devient un succès tel que le mot atsumori fait partie des dix finalistes au concours du « mot de l’année 2020[1] ».

« Il n’y a pas de combat dans ce jeu qui fixe pour objectif de cueillir des fruits ou d’aller à la pêche.» Pour la  sociologue Nagata Natsuki, auteure en 2017 du livre L’Ère des célibataires à vie (Shôgai mikon jidai), la pandémie offre l’opportunité formidable de se replier sur les mondes virtuels sans avoir à s’en justifier. Ainsi qu’elle le défend dans une interview pour le journal Nippon[2], les communautés en ligne s’offrent désormais comme une alternative légitime à la sociabilité dans le monde réel. Bien que la pandémie ne soit maintenant presque plus qu’un souvenir, la pratique du jeu vidéo semble être devenue un « moyen parmi d’autres » d’entrer en contact avec des humains. La distance sociale aurait-elle réduit la distance symbolique qui séparait le virtuel du réel ?

LIENS

https://toyokeizai.net/articles/-/713322?page=2

https://www.nippon.com/ja/in-depth/d00594/?pnum=2

[1] Le mot de l’année (yūkyan shingo ryūkōgotaishō) est un néologisme ou un mot à la mode choisi chaque 1er décembre par la maison d’édition Jiyūkokumin.

[2]Afutākorona no shakai wa dō kawaru no ka” (« Comment la société post coronavirus va-t-elle évoluer ? »), Nippon, 10.07.2020.

  1. Agnès Giard est anthropologue, chercheuse associée au Sophiapol (EA3932), GDR Lasco (Socio-anthropologie de la sexualité) et membre d’ARTMAP. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
hermes (2 avril 2024). Nintendo serait désormais l’entreprise la plus riche du Japon. Revue Hermès - Cognition - Communication - Politique. Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/w5f3


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 03/05/2024

    […] Nintendo serait l’entreprise la plus riche du Japon, par Agnès Giard, sur le Carnet Hermès ; […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search