Les paradoxes d’Avatar

Visuel officiel, film Avatar 2. Titre à gauche et visage du personnage principal à droite.

Avatar 2. La Voie des paradoxes/Copyright : 20th Century Fox.

par Pascal Robert1

Le film Avatar 2 repose à, mon sens, sur trois paradoxes.

Premier paradoxe, celui d’une technique cinématographique très sophistiquée qui permet de présenter une histoire contre la technique. Où l’on retrouve, en quelque sorte, le paradoxe de Platon : c’est grâce à l’écriture que l’on connaît les réticences de Platon vis à vis de l’écriture ; ici, c’est grâce à une technologie des images très poussée que l’on peut faire un film supposément écologique à la gloire d’un peuple dont la technique reste primitive (celle des outils) en comparaison à ceux qui l’attaquent et qui disposent d’une puissance destructrice de l’éco-système tout entier de la planète…au prétexte, à en croire la Générale, que les humains seraient à la recherche d’une nouvelle planète à habiter (paradoxe au sein du paradoxe, dont le premier film, néanmoins, donne la clé).

Deuxième paradoxe, politique cette fois, qui crée un parallèle et même, de facto, une équivalence, entre un système technique et para-militaire (qui n’est pas sans rappeler le groupe Wagner) à l’organisation politique très hiérarchisée, peu ouvert et donc anti-démocratique et une organisation politique, du coté des Na’vis, qui repose sur des structures traditionnelles, de type claniques, structurées autour de la figure du chef, très hiérarchisées et également fort peu démocratiques. La techno-science d’un coté, Eywa, l’âme vivante de la planète, de l’autre sont deux fondements a-démocratiques de la politique. On obéit à l’une comme à l’autre, on en respecte les normes et les modalités pratiques de fonctionnement, sinon il n’est pas possible de s’intégrer au groupe. Il faut, comme le soulignait Paul Watzlawick, entrer dans l’orchestre, d’un coté comme de l’autre. On est, certes, plus dans l’exclusion d’Autrui coté de la puissance technologique, mais même si l’on accepte plus facilement le fils du mercenaire chez les Na’vis, il n’empêche qu’on en vient à le traiter néanmoins avec brutalité en en faisant un otage.

Troisième paradoxe : comme avec la série Terminator (qui, depuis le film lui-même, revendique ce recyclage), J. Cameron parvient à faire un tabac avec un film qui n’est que le remake légèrement décalé du premier en passant de la dominante de l’exploration du monde de l’air à celle du monde sous-marin. Beau spectacle mais film moyen, s’il marche c’est que le spectacle du monde anti-technologique offert par la technologie suscite une sorte de nostalgie pour tous ceux qui, quoiqu’évoluant volontiers dans un monde entièrement technologisé, rêvent d’un anti-monde totalement « vrai ». Autrement dit, le faux-vrai offert par la technologie (le film) fascine au point de suspendre l’incrédulité et l’esprit critique. Ce qui signifie qu’il est la forme idéologique (et le spectacle de cette idéologie) qui permet de faire passer d’autant mieux la pilule technologique que l’on s’esbaudit devant la beauté de ce monde de pureté écologique qui n’existe pas, au lieu de se battre pour préserver la beauté de celui qui existe.

Ce qui permet, au passage, à la puissance impériale américaine, si technologique et si peu écologique, de se faire une vertu… qui laisse néanmoins entière la question de la disparition de la démocratie.

  1. Pascal Robert est professeur à l’École nationale supérieure des sciences de l’information et de la communication et des bibliothèques (Enssib). Il s’exprime ici à titre personnel. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
hermes (23 janvier 2024). Les paradoxes d’Avatar. Revue Hermès - Cognition - Communication - Politique. Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vnrc


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search