Hermès 54. La bande dessinée : art reconnu, média méconnu

Le n° 54 sera en librairie le 27 août 2009


La bande dessinée : art reconnu, média méconnu
Sous la direction d’Eric Dacheux avec la collaboration de Jérôme Dutel et Sandrine Le Pontois. 

Vous pouvez commander la version numérique sur Cairn et la version papier sur le site de CNRS éditions.

4° de couverture

“La bande dessinée est un art, un média, un plaisir. Unart reconnu puisqu’il existe des musées de la BD et que les planches de Bilal ou Hergé s’arrachent à prix d’or dans les galeries d’art. La BD est un média : c’est un support de communication aux caractéristiques techniques spécifiques, une industrie culturelle particulière et une médiation singulière entre des auteurs et des publics. La BD est, enfin, un plaisir : elle produit une « jouissance esthétique » due à la plongée individuelle au coeur d’une oeuvre sensible ; mais c’est aussi un divertissement, une mise à distance d’une réalité sociale souvent difficile.

Ces trois dimensions fondamentales de la bande dessinée permettent d’insister sur un point essentiel : la réception. Effectivement, la BD est un art de l’ellipse qui réclame la participation consciente du lecteur ; un média qui permet au public de fabriquer ses héros ; un plaisir potentiel qui ne devient effectif que dans le cerveau du lecteur. La BD est le révélateur le plus puissant de ce qui constitue l’essence de la communication
humaine : l’écart créateur entre production et réception. C’est en cela qu’elle devrait être un objet central des recherches en communication. Ce qui est encore loin d’être le cas…

Pour ouvrir des pistes scientifiques inédites, ce volume propose des éclairages d’acteurs et de chercheurs, d’experts et de novices. Il se décompose en trois temps : comprendre la BD, offrir un regard communicationnel sur le neuvième art, montrer comment la BD nourrit et reflète le lien social. Toutefois, ce point de vue des sciences de la communication sur la BD ne constitue que la partie visible de l’iceberg. Comme pour la bande dessinée, l’essentiel est sans doute dans ce qui n’est pas dit, dans la créativité et l’imagination du lecteur.

Puisse ce numéro d’Hermès stimuler la réflexion de chacun et donner à tous l’envie d’en savoir plus.”

Éric Dacheux


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.