Hermès 55. Société civile et Internet en Chine et Asie orientale

Le n°55 sera en librairie le 7 janvier 2010


Société civile et Internet en Chine et Asie orientale
Sous la direction d’Olivier Arifon, Chang Liu et Eric Sautedé

Vous pouvez commander la version numérique sur Cairn et la version papier sur le site de CNRS éditions.

4° de couverture

Selon les chiffres officiels de Pékin, il y avait 338 millions d’internautes chinois en juillet 2009. Les pays d’Asie orientale deviennent les principaux utilisateurs des technologies de la communication, tout en en étant désormais les concepteurs. Ce numéro d’Hermès explore le rôle des TIC (Internet en particulier) dans le développement de la société civile en divers pays d’Asie orientale : Chine principalement, mais aussi Japon, Corée du Sud, Taïwan et Malaisie. Les dispositifs techniques sont ici envisagés dans leur impact sur les usages sociaux et les rapports de force politiques.

Les technologies du virtuel sont-elles en train de provoquer de nouveaux bouleversements dans les structures sociales des pays d’Extrême-Orient ? Internet va-t-il démocratiser la Chine et permettre d’y contourner la toute-puissance de l’État ? Comment des sociétés pétries de valeurs d’ordre et d’harmonie réagissentelles face au désordre provoqué par des usages individuels ? Les TIC viennent-elles détruire les valeurs communautaires et favoriser une sorte de « libération » de la personne ?

Ce que l’on constate, c’est qu’Internet vient susciter à la fois l’émergence de l’individu et le triomphe de multiples groupes d’appartenance. Au Japon, il est devenu un portail d’entrée vers divers paradis futuristes. En Chine continentale, le pouvoir canalise la violence contestatrice des jeunes générations en les transformant en groupes de pression militant sur le Web pour des causes d’orientation nationaliste. En Corée, une recherche inconsciente du consensus vient parfois transformer Internet en un instrument de création d’un nouvel unanimisme.

Ce numéro d’Hermès nous parle des actions quotidiennes, mais aussi des transformations de longue durée, autour d’une question centrale : l’appropriation innovante des pratiques – par les États ou les citoyens – dessine-t-elle de nouvelles formes de gouvernance ?


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.