L’urgence d’une communication européenne

Photo d'une foule brandissant des drapeaux européens

Foule brandissant des drapeaux européens à Francfort. Crédit : Raimond Spekking.

par Thierry Libaert1

L’Union européenne vient de bénéficier de trois excellents événements pouvant la conforter. Les difficultés d’une Angleterre post-Brexit et le changement d’attitude de sa population, la bonne gestion – relativement à d’autres continents – de la crise Covid, et la guerre en Ukraine qui a amplifié la prise de conscience de la nécessité d’une Europe forte.

À l’inverse, deux paramètres indiquent que ces événements n’ont pas entrainé d’incidence au niveau des opinions publiques. D’abord le renouvellement des tendances extrémistes que l’on peut constater en Allemagne avec la montée de l’AFD qui atteint 18 % dans les projections fédérales, en Suède ou l’extrême droite arrive désormais en deuxième position derrière les sociaux-démocrates, en Italie où la coalition dirigée par Giorgia Meloni avec Forza Italia s’inscrit pleinement autour d’un discours sécuritaire. C’est aussi le cas en Espagne où le mouvement Vox, créé en 2013 et là également d’inspiration pleinement nationaliste, atteint 13 % des intentions de vote.

Au plan national, force est de constater l’inexistence d’un sursaut européen. Le dernier eurobaromètre européen (été 2023) indique ainsi que la France se situe au 25e rang européen (sur 27 états) à avoir une image positive de l’Union Européenne. Les français sont aussi, avec 42 %, les 25e à se déclarer intéressés par l’actualité de l’Union européenne. À titre de comparaison, ils sont 72 % en Allemagne.

À l’heure où se prépare la campagne relative aux élections le 9 juin prochain pour le Parlement européen, il est nécessaire de s’interroger sur le rôle de la communication. La communication possède sa part de responsabilité en raison de son incapacité à rendre présent et attractif le discours européen.

Les obstacles sont certes nombreux et dépassent les formules purement incantatoires relatives à une Europe qui devrait mieux communiquer. Trois pistes d’amélioration se dessinent.

D’abord, d’un point de vue purement communicationnel, l’Europe n’existe pas, il n’existe que des institutions européennes, chacune visant à promouvoir ses propres activités. Nous sommes dans la situation où une organisation disposerait de directions de la communication dans chacune de ses entités, mais aucune au niveau central, celui de l’élaboration des stratégies. Or, un principe de base en communication est de clarifier la posture de l’émetteur. Il est indispensable que l’Europe parle d’une voix. À défaut, le discours européen continuera à n’être qu’une juxtaposition de messages institutionnels cloisonnés.

Ensuite, les fondements mêmes du discours européen apparaissent largement obsolètes. L’Europe concentre toujours l’essentiel de sa légitimation sur le registre de la paix, sujet ô combien fondamental, mais dépassé pour une large partie de sa population qui n’a plus connu la guerre depuis près de 80 ans, même avec le retour de la guerre sur le continent. Elle a besoin d’un nouveau récit, elle doit être capable de proposer une ambition qui ne soit pas la simple répétition des motivations des pères fondateurs de l’après-guerre. Par un travail sur les valeurs, sur la culture, sur le modèle social, sur une vision de la nécessaire transition écologique qui remette l’humain au centre de ses enjeux, elle dispose de toute la légitimité pour ancrer son nouveau récit.

Enfin, la communication est déconnectée du quotidien des citoyens et cela à trois niveaux. D’abord celui de la temporalité : l’Europe ne prend la parole que tous les cinq ans, à l’occasion des campagnes publicitaires incitant au vote pour le Parlement européen. Tous les communicants savent parfaitement que pour être impactante, une communication doit être durable et employer un mix de supports multiples. La communication par l’achat d’espaces tous les cinq ans est au mieux inefficace, au pire, elle participe de cette impression de forte distanciation. Ensuite, celui des thèmes utilisés pour sa communication. Capable de montrer son efficacité dans le sauvetage des grandes banques, elle peine à convaincre de ses efforts pour améliorer la vie des consommateurs. Cela même alors qu’elle vient de voter de nouveaux droits aux consommateurs, à l’exemple d’une meilleure information sur la durabilité des produits, l’existence d’un réel droit à la réparation, une réglementation forte pour éviter les allégations environnementales trompeuses et les labels auto-proclamés.

Enfin, une meilleure participation de la société civile est nécessaire. La société civile est la grande absente d’une Europe qui s’est construite dans une vision purement économique autour des principes de libre-échange interne. Précisément, ce modèle, qui a fonctionné en phase de croissance, a montré ses limites lorsque la récession est apparue. Il n’y a pas de solution purement économique ou institutionnelle à la crise de légitimité et de représentativité que traverse l’Europe.

Cette dimension humaine et sociale est indispensable, la meilleure communication européenne est une communication de proximité.



Citer ce billet
hermes (2023, 25 septembre). L’urgence d’une communication européenne. Revue Hermès - Cognition - Communication - Politique. Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/pik2

  1. Membre du Comité économique et social européen. Point de contact de la délégation française. []

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Ludovic dit :

    Bien-sûr que cette opinion est fortement liée au dédain de la majorité de la classe politique Française envers l’Europe (on ne parlera pas du reste du monde !). Elle traduit une profonde arrogance à la française, un chauvinisme ancré dans les territoires en réaction à cette autre arrogance parisienne envers les régions, tout cela nourri par un centralisme qui a fait le “succès” économique et politique de notre pays mais qui commence à sérieusement dater et qui peine à se réformer…

  2. Philippe Thirion dit :

    Un constat initial juste et préoccupant pour déboucher sur un appel à l’action bien nécessaire. Cette analyse mériterait d’être complétée sur une analyse d’une possible spécificité française qui semble s’ancrer de plus en plus dans notre société : 30 points d’écart dans l’intérêt des français à l’égard de l’Europe, alors qu’il s’agit bien du même sujet, cela interroge. Et nous retrouver au 25ème rang sur 27 en matière d’opinions favorables aussi. C’est probablement sur les possibles facteurs spécifiques qu’il faudrait travailler : le discours des politiques ? la posture et le discours des médias ? l’absence de relais audibles dans la société civile ? Quid de ces facteurs qui pourraient constituer autant de leviers d’action ?

  1. 30/09/2023

    […] L’urgence d’une communication européenne […]

  2. 16/10/2023

    […] à la communication de l’Union européenne, Thierry Libaert développe, dans « L’urgence de la communication européenne » sur le blog de la revue Hermès, une réflexion à faire connaître et à […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search