Le Brésil face à la Chine, un équilibre étrange (3/3)

Image drapeaux coupés chine brésil

Image métaphorique des drapeaux coupés de la Chine et le Brésil

par Olivier Arifon1

En relations internationales, et depuis longtemps en politique, l’usage de la triangulation comme outil stratégique est de plus en plus net. Selon Dick Morris2, repris dans la notice Wikipédia, « en science politique, la triangulation désigne le fait pour une personnalité politique de présenter son idéologie comme étant « au-dessus et entre » la droite et la gauche de l’échiquier politique. » La démarche est aussi qualifiée de troisième voie.

Certes, cette posture est déjà ancienne, presque implicite. Diplomatiquement, le Brésil (et ses partenaires) se place entre l’Occident (et ses partenaires orientaux), la Chine (et ses partenaires). Or, ce style s’est modifié lors de l’arrivée au pouvoir de Donald Trump, suivi des choix de Jair Bolsonaro, tous deux refusant les coopérations et le multilatéral.

Le Brésil de Lula, cherchant à dépasser les années Bolsonaro, déploie naturellement son approche en s’appuyant sur l’existant, ici les BRICS soit le regroupement politique et économique du Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du sud.

Le pays adopte une posture de puissance moyenne et régionale pour une troisième voie politique et argumentative. La Turquie et l’Arabie Saoudite sont dans ce même registre : traiter avec tous les acteurs en tentant de respecter un équilibre équidistant des logiques occidentales ou autoritaires. Ainsi, la Turquie membre de l’OTAN, coopère avec la Fédération de Russie tout en ayant des actions régionales très actives qui lui sont propres.

Le Brésil ne cherche pas à brouiller les pistes pour déstabiliser ses adversaires politiques, mais refuse plutôt de choisir entre les deux modèles actuellement en conflit. Ceci convient très bien à la Chine qui, même avec son régime autoritaire, apprécie toujours les acteurs capables de refuser la domination occidentale ou, selon un autre credo, l’hégémonie des États-Unis.

Les BRICS, cadre existant depuis 2011, fournissent à Lula une légitimité et des canaux existants, même si depuis 2017 et la parution de numéro Hermès sur ce sujet, peu de variations sont apparues. Ainsi, les constats de divergence ponctuent régulièrement les analyses sur la dynamique des BRICS, donnant au groupement un aspect de coquille vide ou en semi-léthargie.

L’espace collectif de ces cinq pays aux nombreux projets sur le papier reste ignoré du public, des médias et des chercheurs – à minima occidentaux –, même les plus actifs sur la Chine. En ce moment, ces derniers analysent les dynamiques et les arguments autour des Nouvelles routes de la soie ou les tensions entre États unis et Chine.

En revanche, la posture de Lula pose un autre problème : laisser croire qu’une posture de troisième voie est compatible avec une relativisation des processus démocratiques. Du point de vue du libéralisme politique et de l’attachement à un idéal, ce choix représente un problème. Toutefois, Lula a senti le coup des critiques suite à sa position sur la guerre en Ukraine, ce qui l’a conduit à changer ses propos – pour mieux refléter la position officielle de la diplomatie brésilienne.

Finalement, la posture du Brésil de Lula dans cette séquence politique s’inscrit en cohérence avec cette triangulation qui installe un relativisme dangereux dans la communication entre acteurs politiques.

  1. Olivier Arifon enseigne à l’université Catholique de Lille. Ses vies de chercheur, de formateur et de diplomate l’ont conduit à nombreuses occasions en Asie, pour explorer la communication entre la Chine, le Japon, l’Inde et l’Europe []
  2. https://www.pbs.org/wgbh/pages/frontline/shows/clinton/interviews/morris2.html []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
hermes (24 août 2023). Le Brésil face à la Chine, un équilibre étrange (3/3). Revue Hermès - Cognition - Communication - Politique. Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/pijz


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search