Le loup et les petits oiseaux

Illustration, à gauche une pile de pièces, à droite le logo twitter, un homme en costume saute de l'un à l'autre en souriant.

Monétiser Twitter. Licence CC

 

La fontaine des fables d’aujourd’hui #2

par Pascal Robert1

 

En cette contrée verdoyante de petits oiseaux piailleurs

Aidaient volontiers les gens à expédier ailleurs

Leurs messages, qu’ils relèvent d’une relation amoureuse

Ou bien des échanges de cette profession supposée sérieuse.

Que l’on soit tailleur, maréchal-ferrant ou homme de bureau

Tout le monde utilisait le service de ces petits moineaux.

 

Il faut le dire ici, même le loup, dont la réputation,

À l’accoutumée dans les fables, n’était guère reluisante,

Avait volontiers recours à ces petits trublions

Dont les piaillements éclataient dans une ronde incessante.

De quelques cousins éloignés, la communication

Renouée, lui permettait d’avoir les nouvelles les plus récentes.

Certains, à la capitale, réussissaient ainsi à se faire un nom

En montant des affaires dit-on les plus excellentes.

Un spectacle de fables convoquait ainsi quelques moutons

Alors qu’un loup jouait à les sauter à moins qu’à la menthe

Il n’en fit un sauté ; on hésitait sur l’interprétation,

Car, parfois, la transmission était fluctuante.

 

À ces mots, le loup fut pris soudain d’une idée digne des enfers :

Lui aussi voulait, coûte que coûte, réussir dans les affaires.

Il se dit qu’après tout ces petits voyageurs, inlassables forains

Rendaient gratis un service que beaucoup de ses contemporains

Accepteraient désormais fort cher de payer

Maintenant qu’ils ne pouvaient plus s’en passer.

Alors, il prit un élan impressionnant2,

De partout bondissant lestement tout en vociférant,

Laissant ainsi derrière lui sa puissante odeur.3

Les oiseaux ne purent, évidemment, après une telle terreur,

Qu’accepter les termes d’un inique contrat où sans conclave,

Il faisait de tous ces petits volatiles désormais ses esclaves.

Les gens devaient à leur tour tribu à ce satrape

Et maugréant, se résignaient à tomber dans la trappe.

Ainsi, pour que leurs messages puissent encore circuler,

Acceptaient-ils d’en payer le prix, exorbitant, de leur liberté.

 

Le loup savoura sa victoire, envoyant ses oiseaux à la ronde

Afin qu’ils annoncent la nouvelle au quatre coins du monde.

Mais le pouvoir est insatiable et bientôt l’immonde,

Emporté par sa boulimie voulu plus encore :

Tous les oiseaux il dévora en un temps record.

Rassasié il se rendit compte, mais un peu tard il est vrai,

Qu’il venait de phagocyter tout son capital en quelques bouchées.

On décida de rage de le bouter dehors, tout loup qu’il était

Car désormais tous étaient réduits au silence, bouche bée.

 

S’il y a une morale à cette histoire,

C’est qu’un réseau ne peut valoir

Que par le nombre de ses affiliés,

Et la confiance qu’il parvient à installer,

Cassez-la et la branche vous scierez

Sur laquelle les petits oiseaux se posaient volontiers ;

Ceux-ci n’étant plus là,

Personne ne vous entendra,

Si ce n’est ici, du moins tout là-bas.



Citer ce billet
hermes (2023, 9 février). Le loup et les petits oiseaux. Revue Hermès - Cognition - Communication - Politique. Consulté le 3 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/pijo

  1. Professeur des universités à l’Enssib, il s’exprime ici à titre personnel. []
  2. Qui lui valait son surnom, Elan. []
  3. Celle du Musc, il va sans dire. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search