Définir autrement l’économie pour faire l’économie autrement

Courbes économie forestière.

Illustration issue du livre “L’Économie forestière” de Gustav Huffel (1904), domaine public.

par Éric Dacheux1

« Nous jouons avec les mots qui se jouent de nous »2. Autrement dit, il faut apprendre à redéfinir les mots, pour ne pas être victimes des mots mal définis. C’est typiquement le cas du mot économie. La définition courante, celle défendue par les économistes dominants – l’économie est la science de l’allocation rationnelle des ressources rares -, joue contre nous.

Portrait photographique de Karl Polanyi

Photographie de Karl Polanyi.

En effet, comme le rappelle l’anthropologue Karl Polanyi3, cette définition est formelle. Elle se base sur l’hypothèse que l’être humain est un calculateur égoïste. Dès lors, grâce aux outils mathématiques on peut calculer les préférences individuelles et ainsi établir des lois formelles. L’économie devient ainsi une science exacte, une physique du comportement humain. Contre cette science hypothétique réduisant les actions humaines à des actes calculés et calculables, Karl Polanyi soutient une définition substantive de l’économie : l’économie est ce qui permet à l’être humain de survivre. Comme l’être humain est un animal social qui pour subsister doit vivre en société, l’économie doit être une science sociale, celle qui étudie les actions humaines permettant à chacun de se loger, de se vêtir, etc.

A l’heure où notre système économique dérègle le climat et met en danger les conditions de survie de l’humanité, il est temps de suivre la voie ouverte par Karl Polanyi, en adoptant une nouvelle définition de l’économie. Cette dernière doit – c’est en filigrane dans l’approche substantive de Polanyi – tout d’abord, réconcilier économie et écologie : l’économie est la bonne gestion de notre foyer à tous : la terre. Écologie et économie ont, en effet, la même racine étymologique Oikos, le foyer.

Mais il faut, ensuite, rompre avec l’idée – encore trop présente chez Polanyi – d’une économie comme système d’échange autonome obéissant à des lois spécifiques. Pour cela, il convient de revenir à une économie politique, c’est-à-dire encastrer la régulation économique dans la régulation démocratique, comme le pensait le père de l’économie contemporaine, Adam Smith. Pour ce dernier, en effet, les lois économiques ne devaient pas obéir aux règles des marchands mais rester subordonnées aux règles démocratiques issues des Lumières. Le laisser-faire était subordonné aux droits humains fondamentaux alors que, pour les néolibéraux, c’est la régulation économique (la concurrence) qui doit partout s’imposer quitte à rendre impossible l’exercice concret des droits humains. Comment exercer son droit de vote quand on est SDF ?

Pour préserver les droits démocratiques fondamentaux et sauvegarder les conditions d’habitabilité de notre terre patrie, une des voix possibles est de remettre sur le devant de la scène une acception un peu oubliée de l’économie : économiser, éviter le gaspillage en faisant un usage raisonné et raisonnable de nos ressources. Alors, l’économie n’est plus cet art politique qui vise à accroître la richesse des nations (Smith), ce qui en fait, au bout du compte, une science comptable visant à enregistrer les évolutions du PIB (produit intérieur brut). Elle cesse aussi d’être cette science formelle de maximisation des intérêts égoïstes qui sert de justification à l’accroissement sans fin des inégalités. Elle devient l’art, éminemment politique et écologique, d’éviter le gaspillage collectif tout en assurant la subsistance décente de tous les êtres humains. Il s’agit de délibérer sur les meilleures façons de trouver un équilibre entre soin social et soin environnemental. Pour bifurquer, il faut définir l’économie comme la délibération collective sur les moyens concrets de parvenir à une sobriété heureuse. La sobriété n’est pas l’ascèse triste de la privation individuelle, c’est au contraire la jouissance collective de l’usage mesuré.

  1. Université Clermont Auvergne. []
  2. É. Dacheux, Comprendre pourquoi on ne se comprend pas, CNRS éditions, 2023. []
  3. K. Polanyi, La Grande transformation, Seuil, 1983. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
hermes (6 février 2023). Définir autrement l’économie pour faire l’économie autrement. Revue Hermès - Cognition - Communication - Politique. Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/pijn


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search