Au ralenti, la Bulgarie se dirige vers ses cinquièmes élections en deux ans

Vue du parlement bulgare à Sofia de nuit

Le parlement Bulgare à Sofia

par Petia Gueorguieva1

La Bulgarie tiendra le 2 avril 2023 ses cinquièmes élections parlementaires depuis avril 2021, après l’épuisement des procédures constitutionnelles pour la formation d’un gouvernement soutenu par une majorité absolue à la 48e Assemblée nationale. Aucune des sept forces parlementaires, élues le 2 octobre 2022, n’a disposé de majorité absolue, ce qui aurait rendu nécessaire la constitution d’une coalition d’au moins trois partis. Le pessimisme, les campagnes entre partis opposés, ainsi que les calculs électoralistes en vue d’un nouveau scrutin, ont prédominé. Des clivages transversaux divisent les groupes politiques, bien que, depuis octobre 2022, des consensus à géométrie variable aient été trouvées sur des questions différentes, même entre « ennemis jurés ». Ce fut le cas, par exemple, pour la difficile élection du président de l’Assemblée nationale, ou pour l’aide militaire à l’Ukraine, ainsi que pour l’achat de huit avions de combat F-16.

Dans un dialogue de sourds, les principaux partis opposés appellent à l’unité sur les sujets d’intérêt national : adhérer à l’espace Schengen, remplir les exigences européennes pour obtenir les financements du Plan national de relance et de résilience et avancer vers l’adhésion à la zone Euro. Mais ils font cela tout en s’excluant, ou en s’imposant des conditions irréelles. À trois reprises, le président de la République, Roumen Radev, a chargé autant de forces politiques de former un gouvernement, en commençant par la première force parlementaire, GERB-SDS : Citoyens pour le développement européen de la Bulgarie et son allié Union des forces démocratiques. Le parti de l’ancien premier-ministre Boyko Borissov a insisté sur la nécessité de bâtir une coalition pro-européenne et pro-OTAN, mais il n’a reçu que 115 des 121 voix nécessaires suite aux tirs de barrage des partis anti-corruption et anti-GERB. Un deuxième mandat a été confié au nouveau parti protestataire « Continuons le changement » de Kiril Petkov et Asen Vasilev, déjà au gouvernement de décembre 2021 à juillet 2022. Mais ce parti s’est retrouvé avec un seul allié, la coalition Bulgarie démocratique, et a donc rendu à son tour le mandat, sans même passer par un vote au parlement. Ces deux partis anti-GERB et anti-corruption ne pouvaient pas aboutir sans le soutien du parti de Borissov, auquel ils avaient déjà refusé tout soutien… Dans un troisième temps, le président a missionné le petit Parti socialiste bulgare, mais ce dernier s’est vu isolé et dépourvu des ressources nécessaires pour souder une coalition.

Des scenarii similaires se sont déjà déroulés après les élections du 4 avril et du 11 juillet 2021. La crise parlementaire sans précédent dans une démocratie défectueuse est due aussi à la radicalité et à la polarisation de chaque camp. Depuis les protestations de masse en 2020 contre le gouvernement du parti GERB, de nouvelles forces protestataires et populistes ont dressé des lignes « rouges » indépassables : « les partis de protestation » versus « les partis de statu-quo » ; ceux qui luttent contre la corruption versus « les corrompus » ; et surtout la ligne anti-GERB. En même temps, le vote protestataire des citoyens bulgares évolue par essais, par erreurs et par corrections, en propulsant des formations populistes et imprévisibles au rang de première force politique, avant qu’elles ne soient renvoyées du parlement.

Les citoyens attendent que les partis s’attaquent aux priorités politiques et économiques, en apportant des réponses aux inquiétudes les plus diffuses. Mais les partis campent sur leurs positions intransigeantes. Ainsi, à chaque nouveau scrutin, les électeurs se rendent de moins de moins nombreux aux urnes. Le parti antisystème et d’extrême droite – Vazrazhdane, anti-européen et pro-russe – quant à lui, profite de ce contexte en doublant son score d’élection en élection.

Depuis mai 2021, le pays a été dirigé pendant presque un an et demi par des gouvernements intérimaires, dont la nomination est laissée à la discrétion du président : des gouvernements, donc, sans un vrai mandat démocratique, sans un vrai contrôle parlementaire, sans une vraie responsabilité politique. Le renforcement du pouvoir présidentiel suscite des demandes d’une mue du régime parlementaire en régime présidentiel. En janvier 2023, les partis antisystème « Vazrazhdane » et « Il y a un tel peuple » ont lancé, chacun de son côté, des collectes de signatures citoyennes pour l’organisation de référendums nationaux : contre l’adoption de l’Euro – pour le premier –, et pour l’élection d’une Grande assemblée constituante vouée à façonner un système présidentiel, pour le second.



Citer ce billet
hermes (2023, 2 février). Au ralenti, la Bulgarie se dirige vers ses cinquièmes élections en deux ans. Revue Hermès - Cognition - Communication - Politique. Consulté le 4 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/pijm

  1. Nouvelle Université Bulgare, Sofia []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search