Par les mots et les actes, résister à l’inhumain : le premier devoir européen

Les Occidentaux qui suivent la guerre ont besoin de mieux connaître l’Ukraine et les racines de sa résistance. Ils doivent comprendre que cette résistance n’est pas vieille de dix mois, ni de huit ans. C’est une résistance profondément enracinée, notamment dans l’histoire du xxsiècle. Il faut donc savoir regarder plus loin, s’agissant d’une force au long cours, marquée notamment par le sceau de la dissidence ukrainienne. C’est ici que les Européens peuvent trouver un véritable fil d’Arianne caché derrière ce qui se passe aujourd’hui.

Fracture dans la terre qui représente la fracture entre l'Ukraine et la Russie. En haut à gauche les couleurs de la Russie, en bas à droite les couleurs de l'Ukraine

La guerre en Europe. Crédit : Adobe Stock

par Constantin Sigov1

 

J’ai envie de citer une figure comme le grand poète ukrainien Vasyl Stus (1938-1985). Voilà un homme et un intellectuel qui avait tout pour appartenir à l’élite soviétique. Mais il refusa de rentrer dans la nomenklatura. Il protesta et passa donc une large partie de sa vie en détention, au goulag. Une dernière grève de la faim dramatique lui coûta la vie.

Je citerai également Léonid Pliouchtch (1939-2015), brillant mathématicien ukrainien qui à son tour eut le courage de protester contre le côté inhumain du pouvoir soviétique, avant de pouvoir finalement partir en exil grâce à un échange. Une fois à Paris, il y écrivit notamment Dans le carneval de l’histoire. Mémoires (Seuil, 1977), qui contient des clés pour comprendre l’histoire culturelle et intellectuelle ukrainienne. Une œuvre remarquable qui devrait être rééditée aujourd’hui.

Toute une histoire de dissidence et de résistance, si longtemps occultée, mérite d’être redécouverte. Rappelons que les Ukrainiens représentaient le groupe le plus nombreux parmi les dissidents qui finirent dans les goulags soviétiques. Tout cela est indispensable pour comprendre comment aujourd’hui l’Ukraine parvient à se lever.

Je constate qu’en France et ailleurs en Europe, les opinions publiques commencent à beaucoup plus s’intéresser à la culture ukrainienne et à sa spécificité. Mais en même temps, plus que jamais, il faut avoir partout l’honnêteté d’appeler un chat un chat. Le parlement de Lettonie, à Riga, a récemment voté officiellement pour désigner la Russie en tant qu’État terroriste, sponsor du terrorisme. C’est par des déclarations comme celle-ci que commence la clarté véritable pour les Européens. Les autres parlements en Europe devraient faire de même. Sinon, l’Europe fera le jeu de Moscou, qui veut au contraire casser la solidarité européenne.

Je me demande : les représentants politiques européens refuseront-ils en bloc le cynisme à la Schröder, ou à la Berlusconi ? Ou, au contraire, vont-ils se réveiller trop tard, devant le fait accompli ?

Je veux croire que le danger réel que représente cette guerre pour toute l’Europe empêchera les Européens de s’endormir par accoutumance. Certes, pour des raisons psychologiques, il y a toujours ceux qui ne veulent pas voir. Mais s’endormir ne sera plus possible, car nos vies sont déjà en train de changer.

Mon espérance repose d’abord sur la force de la résistance ukrainienne, aujourd’hui sous les yeux de tous les Européens. Mais cette espérance s’appuie aussi sur le fait que la résistance ukrainienne ait pu réveiller un élan de solidarité jamais vu en Europe. En France, par exemple, au-delà des clivages classiques, le monde politique a exprimé dans sa globalité une forme de solidarité envers l’Ukraine. Et à mon sens, c’est bien la société civile qui a exigé cela de la part de la classe politique. Or, il est primordial que la force de cette solidarité puisse se manifester davantage dans tous les pays européens.

Aujourd’hui, en Europe, dans le sillage des grands résistants, comme Primo Levi ou Elie Wiesel, nous sommes tous appelés à résister, en nous opposant à l’inhumain ! Pour dépoutiniser nos vies et notre futur, même au sein des médias grands et petits, toute l’Europe doit se retrouver unie. Oui, c’est à chacun de nous de trouver les mots et les actes pour élargir à nouveau le cercle européen des dissidents face à l’inhumain !



Citer ce billet
hermes (2023, 18 janvier). Par les mots et les actes, résister à l’inhumain : le premier devoir européen. Revue Hermès - Cognition - Communication - Politique. Consulté le 4 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/pijj

  1. Constantin Sigov est philosophe, directeur du centre européen à l’université Mohyla de Kiev. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search