Entendons-nous encore les cloches de Nagasaki ?

Pancarte de manifestation avec le slogan : The climate is changing so should we #actnow

Pancarte lors d’une manifestation pour le climat. Crédit : Markus Spiske/Unsplash

par Daniele Zappalà1

Ce que je ressentais était un mélange conflictuel d’émotions : la victoire de la science et la défaite de mon pays ; un triomphe de la physique et une tragédie pour le Japon. – Takashi Nagai

Couverture de la traduction française des Cloches de Nagasaki (1954)

Couverture des Cloches de Nagasaki, Casterman, 1954. Crédit : domaine publique.

Ainsi raisonnait Takashi Nagai à propos du largage de la bombe atomique qui tua 72 000 personnes à Nagasaki et après avoir retrouvé son épouse carbonisée. Pour le professeur universitaire spécialiste des rayons X, ce fut le début d’un tournant radical qui allait l’amener à être reconnu comme « le Gandhi japonais », notamment grâce à la publication de plusieurs ouvrages dont Nagasaki no Kane (1949), à savoir Les Cloches de Nagasaki.

Pour alerter l’humanité sur le spectre de l’holocauste nucléaire, Nagai su repérer un symbole simple dans le paysage apocalyptique de sa ville anéantie. Le film tiré du livre, réalisé par Hideo Ōba et sorti en 1950, obtint un succès mondial, confirmant l’intuition du scientifique prêt à remettre en cause ses approches de jeunesse.

Mais 70 ans après, à l’heure où la guerre en Ukraine fait resurgir le spectre de la menace atomique, entendons-nous encore les cloches de Nagasaki ? Sans doute pas, malgré les réflexions de penseurs de renom : parmi les parutions récentes en France, on peut citer Achever Clausewitz de René Girard (2007, Carnets Nord), ou La guerre qui ne peut pas avoir lieu. Essai de métaphysique nucléaire de Jean-Pierre Dupuy (Desclée De Brouwer, 2019).

C’est que, quand on a affaire au défi de communiquer une menace vitale planétaire associée à la relation entre l’humanité et la sphère matérielle, nous nous y prenons souvent très mal. À ce propos, on songe aujourd’hui naturellement aux menaces d’ordre environnemental.

L’ingénieur indien Rajendra Shende, l’un des pères onusiens du Protocole de Montréal de 1987 contre le « trou » dans la couche d’ozone, m’expliqua un jour l’importance décisive de cette image, justement le « trou dans la couche d’ozone », pour mettre tous les acteurs politiques mondiaux autour de la table et parvenir ainsi à la première grande victoire de la naissante diplomatie environnementale et climatique.

Il fallait un symbole fort pouvant parler à tout le monde. Et peu importe que dans la couche d’ozone, à proprement parler, il n’y ait jamais eu de véritable « trou ». Le symbole était et reste très parlant, car tout enfant a eu un jour la trouille que son beau ballon se dégonfle à cause d’un trou malheureux.

Quant au défi du changement climatique, côté communication, on est évidemment encore loin d’avoir trouvé un symbole gagnant mondialisé… D’où viendra la formule retentissante ?

Mais pour revenir aux cloches de Nagasaki que Nagai sut rendre chères à sa génération, elles mettent aujourd’hui en évidence un deuxième énorme défi : même après avoir trouvé un symbole gagnant aux échos planétaires, il faut savoir ensuite l’entretenir dans le temps, décennie après décennie. En théorie, les cloches de Nagasaki sonnent toujours pour nous, certes. Mais notre humanité de ce premier quart de XXIe siècle est-elle encore sur la bonne longueur d’onde ?

 



Citer ce billet
hermes (2023, 12 janvier). Entendons-nous encore les cloches de Nagasaki ? Revue Hermès - Cognition - Communication - Politique. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/piji

  1. Daniele Zappalà est géographe et journaliste. Ses recherches portent sur la cognition de la mondialisation et sur les patrimoines alimentaires internationaux. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search