Le Capitole brésilien

Drapeau de l'État du Brésil flottant au vent

par Juremir Machado da Silva, journaliste, traducteur, écrivain et professeur d’université

Le 6 janvier 2021 des fanatiques ont attaqué le Capitole, siège du parlement américain, mécontents de la défaite de Donald Trump aux urnes. Deux ans plus tard, des extrémistes brésiliens de droite ont attaqué le Siège des Trois Pouvoirs, à Brasilia, indignés par la victoire de Lula, qui avait, avant l’élection, passé plus de cinq-cents jours en prison à cause d’une condamnation, finalement annulée en dernière instance. Mauvais perdant, Jair Bolsonaro s’est enfui, deux jours avant l’investiture du vainqueur, dans un avion présidentiel vers les États-Unis. Le dimanche 8 janvier 2023, avec les attentats contre les palais du Congrès national (parlement), de la Cour suprême (justice) et de l’exécutif (président), restera dans l’histoire comme le jour où l’appareil de police militaire de Brasilia a laissé le pire arriver.

Une centaine d’autocars a déversé dès le samedi soir plus de quatre mille bolsonaristes à Brasilia. La police, au lieu de les contrôler, les a escortés jusqu’à la Place des Trois Pouvoirs. Lorsqu’ils ont avancé vers le Congrès national, il n’y avait que deux dizaines de policiers pour les arrêter. Ils ont été aisément débordés. Certains policiers bavardaient entre eux ou prenaient des photos, comme s’ils étaient des touristes ou simplement des curieux.

Des vidéos montrent la police déclarant son soutien aux envahisseurs. La horde s’est emparée des principaux bâtiments publics, a cassé ce qu’elle a pu et n’a été dispersée que trois heures plus tard, après avoir accompli sa mission antidémocratique. Il ne s’agissait pas de manifestants, mais de terroristes. Le bâtiment de la Cour suprême, œuvre de génie d’Oscar Niemeyer, a été vandalisé à l’extrême et toutes ses vitres cassées. Dans le palais présidentiel, « As mulatas », un tableau de Di Cavalcanti, l’un des artistes visuels les plus importants du modernisme brésilien, a reçu six coups de couteau. Haine de la culture. Haine de la démocratie. Haine de la liberté. Il y a eu la négligence du gouverneur de Brasilia, Ibaneis Rocha, qui a fini par être temporairement écarté de ses fonctions par décision de justice. Il y a eu la connivence du secrétaire à la Sécurité du district fédéral, ancien ministre de la Justice de Jair Bolsonaro. Anderson Torres se trouvait lui aussi en Floride, aux États-Unis, alors que se préparait puis avait lieu une tentative de coup d’État au Brésil. Torres a perdu son poste. Ibaneis Rocha a présenté ses excuses à Lula. Un peu tard pour sauver sa peau et se poser en démocrate.

Quelles étaient les intentions des vandales bolsonaristes ? Une fois de plus, ils voulaient créer le chaos pour amener les forces armées à organiser un coup d’État contre le président Lula. Jair Bolsonaro n’a jamais reconnu sa défaite, il a répandu l’idée que les urnes électroniques utilisées dans le processus électoral brésilien n’étaient pas fiables et qu’il y avait peut-être eu fraude dans le résultat électoral. Une partie des médias brésiliens, anti-Lula et fanatiquement bolsonaristes, a relayé ce type de discours. Un camp de bolsonaristes radicaux s’est installé devant l’état-major de l’armée à Brasilia, appelant au coup d’État, et n’a jamais été dérangé par les militaires censés défendre la démocratie. Lula, en prenant ses fonctions, a choisi un civil comme ministre de la Défense, mais un civil capable de plaire aux commandants militaires bolsonaristes, qui menaçaient de ne pas saluer le nouveau président de la République. Le commandant de la Marine n’a, lui, pas assisté à l’investiture de son successeur. La tentative de putsch était écrite.

Pour ceux qui en doutaient, l’extrême droite bolsonariste a montré tout son potentiel putschiste. Elle ne s’intéresse pas à la démocratie et à l’État de droit. La violence fait partie des moyens utilisés pour tenter d’imposer ses idées. Un mot qui paraissait exagéré à certains ces derniers mois est devenu bien tangible : fascisme. La démocratie brésilienne résiste. Le Brésil a sa nouvelle version du fascisme et aussi son Capitole. Rarement autant de crimes auront été commis en plein jour. Plus de quatre-cents casseurs ont été interpelés à la suite des événements.

Le Brésil fait la une des principaux journaux mondiaux pour de mauvaises raisons, mais soyons optimistes. Pour la force de sa démocratie.



Citer ce billet
hermes (2023, 9 janvier). Le Capitole brésilien. Revue Hermès - Cognition - Communication - Politique. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/pijh

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Renato Luiz Petroli dit :

    Très bon. Didactique et éclairant. Je découvre le site maintenant. C’est déjà une autre source d’information et de formation d’opinion sur ma liste de lectures essentielles. Toutes nos félicitations.

  2. Renato Luiz Petroli dit :

    Muito bom. Didático e esclarecedor. Estou conhecendo agora hermes.hypoteses.org

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search