Lula, de la traversée du désert à la victoire : pour défendre la démocratie

Sur le large trottoir d'une rue dans une ville, une corde à linge a été tendue, sur laquelle ont été étendus trois drapeaux. À droite, le drapeau multicolore LGBTQ+ ; au milieu, texte : "Fora Bolsonaro" ; à gauche, texte : "O Brasil feliz de novo. PT. Lula 2022".

Drapeaux à l’effigie de Lula dans le cadre des élections présidentielles de 2022 lors d’une marche des fiertés au Brésil. Crédit : Tutz Dias / Unsplash

Par Juremir Machado da Silva

Partons de ce qui est déjà connu, comme si le fil du raisonnement devait être réaffirmé.

Lula a battu Jair Bolsonaro et est devenu, pour la troisième fois, président du Brésil. La victoire a été serrée : 50,9 % des voix pour le candidat du Parti des travailleurs (PT) contre 49,1 % pour l’actuel président brésilien.

Le pays sort de l’élection divisé. Il y aura beaucoup de morceaux à recoller dans le temps à venir. Lula, cependant, en ressort plus triomphant que jamais. Émigrant de la région du Nordeste avec sa famille en quête de travail, il grandit dans la pauvreté à São Paulo et accède à la présidence de la République après trois tentatives infructueuses, étant ensuite réélu puis faisant élire à deux reprises sa dauphine, Dilma Rousseff. Les accusations de corruption qui ont frappé les gouvernements du PT l’ont conduit en prison, où il a passé plus de 500 jours. Il semblait alors que son parcours politique extraordinaire était arrivé à son terme.

Comme dans les célèbres périples du Héros [aux mille et un visages], dont les pas furent décrits par Joseph Campbell, Lula accepta l’appel à l’aventure, surmonta les obstacles, traversa le désert, affronta de puissants adversaires et revint. Dans son premier discours, après l’annonce des résultats des urnes (électroniques), il a défendu la pacification du pays et prononcé une phrase fondamentale : « Il est temps de déposer les armes. »

Pendant les quatre années du gouvernement de Jair Bolsonaro, le Brésil a vécu « en guerre ». Le « capitaine » avait l’habitude de défier les autres pouvoirs et de mettre le feu au cirque. L’Amazonie en est un exemple. D’un point de vue personnel, l’exploit de Lula a quelque chose d’incroyable, qui lui permet d’être comparé à Getúlio Vargas, la figure politique la plus marquante de l’histoire brésilienne, l’homme qui, renversé après quinze ans de grand pouvoir (1930-1945), revint consacré par vote populaire.

Comment Lula a-t-il pu réussir à articuler une alliance aussi large autour de lui, après des années de disgrâce, impliquant tant de personnages, de Fernando Henrique Cardoso aux économistes libéraux comme Arminio Fraga ? La réponse est claire et nette : c’est pour défendre de la démocratie. La réélection de Jair Bolsonaro annonçait la possibilité d’une escalade antidémocratique. Néopopuliste d’extrême droite, Bolsonaro rêvait d’avancer sur la justice, en contrôlant la Cour Suprême, pour imposer son idéologie fondée sur une hiérarchie sociale anachronique. Autour de Lula se sont organisés ceux qui jugent indispensable de contrecarrer le machisme, l’homophobie, le racisme, l’obscurantisme et l’armementisme [la course à l’armement].

Désormais, comme on se relève et on reconstruit après le passage d’un ouragan, il reste à se projeter dans l’avenir : Lula a une énorme responsabilité devant lui. Il ne peut ni se tromper ni faire des erreurs. Il devra former un gouvernement presque parfait, sans laisser passer l’ombre d’un doute sur l’honnêteté de toutes les décisions qui seront prises.

La transparence doit être absolue. Le pays doit être reconstruit. D’abord, il faudra faire remonter le Brésil sur la scène internationale. Il ne peut s’agir d’un gouvernement du seul Parti des travailleurs, mais de la gestion plus large d’un front. Aux bolsonaristes les plus radicaux, qui souffrent du résultat, il reste à dire avec bonne humeur : acceptez que ça fasse moins mal. C’est la démocratie, camarades. Marchons !

Portrait de Juremir Machado da Silva, un homme blanc d'environ 60 ans. Il a les cheveux courts, des lunettes, le visage rond et fin.

 

Juremir Machado da Silva est un écrivain, traducteur, journaliste, radiodiffuseur et professeur d’université brésilien.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
hermes (7 novembre 2022). Lula, de la traversée du désert à la victoire : pour défendre la démocratie. Revue Hermès - Cognition - Communication - Politique. Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/pij8


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search