ZEvent : le retour de la télévision sur Internet ?

Une photographie de streamers et streameuses faisant un karaoké durant le ZEvent 2022. La salle est plongée dans le noir, les visages de la quinzaine de participants sont éclairés par l'écran de l'ordinateur devant lequel ils sont assis ou debout. Bouche grande ouverte, ils sont en train de chanter à tue-tête devant un micro.

Karaoké commun de streamers et streameuses lors du ZEvent 2022. Crédit : ZEvent

« Vous voulez dire qu’il y a des gens qui regardent d’autres gens en train de jouer à des jeux vidéo ? Faut vraiment rien avoir à foutre de sa vie », s’étonne Antoine De Caunes sur le plateau du Grand Journal de Canal +, en 2014. Huit ans plus tard, l’incompréhension de l’ancien présentateur de Nulle Part Ailleurs a laissé place à des chiffres et plusieurs millions d’euros récoltés (mais toujours du mépris de la part du PAF, NDLR).

Le ZEvent est la grand-messe des aficionados de Twitch. Placé sous la houlette du streamer ZeratoR,  pilier français de plateforme, l’évènement caritatif réunit des centaines de streamers.

Organisé sous la forme d’un grand multiplex, il est possible de suivre plus d’une dizaine de vidéastes, qui diffusent tous en même temps. Le spectateur-internaute peut alors zapper et concevoir son propre programme. Au programme : des jeux, des quizz, des vidéos réactions, autant de formats et d’idées qu’il en existe habituellement sur Twitch. Sur chaque live, la cagnotte générale ainsi que la cagnotte récoltée individuellement par les streamers augmentent en temps réel, au fur et à mesure de l’arrivée des dons. Chaque année, une association différente est choisie par ZeratoR et Dach, son coorganisateur. L’enjeu est de taille : depuis 2019, la cagnotte finale atteint plusieurs millions d’euros.

Bien entendu, la pratique n’est pas nouvelle. À la télévision, le Téléthon récolte des dons depuis 1987. Et la force de frappe n’est pas la même : diffusée en prime-time sur le service public, l’émission pour financer la recherche sur les maladies neurodégénératives a récolté plus de 85 millions d’euros en 2021. Du haut de ses 10 millions d’euros récoltés en 2022, le ZEvent ne fait pas encore le poids face au Téléthon. Cependant, la force du ZEvent est d’avoir su mobiliser un tout nouveau public, et en particulier un public de niche, celui de la galaxie du gaming et du streaming.

Des dons et des jeux

Le ZEvent 2022 est l’édition de tous les records. Tout d’abord, un record de dons : chaque année, le compteur de l’année précédente est explosé. Ensuite, un record en termes d’audience et de renommée de l’évènement. Après l’arrivée de Samuel Étienne lors de l’édition 2020, c’est la présence d’Alain Chabat en 2022 qui a particulièrement marqué les esprits. La fusion entre les codes télévisuels et les codes d’Internet est à son apogée, Chabat coprésente, avec Etoiles, une émission hybride, entre Burger Quizz et Questions pour un Champion, deux émissions-phare du PAF.

Le jeu, d’une durée totale de plus de trois heures, est à l’image de la culture Twitch : coconstruit avec le public (les internautes peuvent aider des joueurs en donnant spécifiquement dans leur cagnotte). Alain Chabat n’hésite pas à sortir du plateau pour aller faire un « Burger de la Mort » (une des épreuves emblématiques du Burger Quizz, NDLR) avec des streameurs sur le pool de stream général, brisant ainsi le quatrième mur.

Le ZEvent, c’est donc cette agrégation de plusieurs contenus, tant individuels (chacun sur son stream) que collectif – ces grands moments de rassemblement autour d’un jeu ou d’un combat sportif, à l’instar du combat de catch du streamer Ponce.

Couverture du livre "La télévision cérémonielle" de Daniel Dayan et Elihu Katz, aux Presses universitaires de FranceÀ travers des évènements comme le ZEvent, ou encore comme le GP Explorer, une course de Formule 4 diffusée en direct sur Twitch par le vidéaste Squeezie, le tournant cérémoniel de Twitch commence à se dessiner. Dans La Télévision cérémonielle (PUF, 1996), les chercheurs Daniel Dayan et Elihu Katz distinguent plusieurs types d’évènements télévisés, dont notamment les « couronnements » et les « confrontations réglées » (les débats).

Assurément, le ZEvent s’inscrit dans la première catégorie. Moment de communion avec l’internaute-téléspectateur, le ZEvent permet également l’expression d’une forme de « construction sociale de la solidarité » pour reprendre l’expression de Dominique Cardon et ses collègues dans un article éponyme. En somme, Twitch réactive des mécaniques typiques de la cérémonie caritative télévisuelle, comme la mise en scène du compteur de dons ou encore le recours au multiplex au sein d’un dispositif ludique et participatif.

2022, année de la polémique ?

La première polémique du cru 2022 a eu lieu avant même sa première diffusion. En effet, l’association choisie pour recevoir les dons, GoodPlanet, est méticuleusement scrutée par les internautes. Ces derniers mettent au jour plusieurs problèmes (liens avec l’anthroposophie, greenwashing, liens avec des multinationales pollueuses). À tel point que les organisateurs du ZEvent décident, fait exceptionnel, de faire bénéfice de leurs dons non pas à une, mais à quatre associations, jugées moins polémiques (Sea Shepherd France, la Ligue pour la protection des oiseaux, WWF France et The SeaCleaners).

La deuxième polémique qui a émaillé la dernière édition en date a surgi à la toute fin de l’évènement. Comme chaque année, le président de la République a salué l’évènement sur Twitter, et comme chaque année, le tweet d’Emmanuel Macron a été moqué par les streamers et par les internautes (ainsi que par les associations concernées). Cette fois-ci, les critiques n’ont pas échappé aux médias traditionnels, qui ont alimenté la polémique. Il faut dire qu’Antoine Daniel, l’un des plus gros streamers de la plateforme, n’a pas mâché ses mots : « Tous les ans, son putain de tweet de merde à ce bâtard. Tous les ans, j’en ai ras le cul. J’en ai ras le cul qu’il fasse sa promo sur notre putain de dos. Ça me casse les couilles. »

La récupération de la scène du streaming française et de ses exploits est une habitude pour Emmanuel Macron, qui ne manque jamais une occasion de féliciter les équipes d’e-sport et qui avait accueilli de nombreux streamers à l’Élysée sur fond de polémique. Entre récupération politique et légitimation progressive d’un champ encore méconnu du grand public, le stream français s’installe lentement dans le paysage audiovisuel en ligne.

Au-delà de l’évènement caritatif, le ZEvent c’est avant tout l’occasion de voir toute l’étendue de la palette de la subculture Twitch, ce que d’aucuns appellent son « lore », son univers étendu : l’agrégation des références pop-culturelles liée à la plateforme. Un lore qui ne va cesser de se développer, avec une édition 2023 déjà en préparation.

 

Photographie de Vincent Billem, un homme d'une trentaine d'années, blanc, cheveux courts et petite barbe, lunettes rondes

 

Vincent Bilem est doctorant en sciences de l’information et de la communication à l’université Sorbonne-Nouvelle, à Paris.



Citer ce billet
hermes (2022, 20 octobre). ZEvent : le retour de la télévision sur Internet ? Revue Hermès - Cognition - Communication - Politique. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/pij4

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search