Femme, vie, liberté

Photographie d'une pancarte brandie par un ou une manifestante, sur fond de ciel bleu et d'un immeuble de bureaux. Sur la pancarte blanche, on peut lire à gauche "Say her name", à droite "#MahsaAmini Women Life Freedom Iran". Au centre est collée une perruque de cheveux noirs et frisés.

Lors d’une manifestation à Vancouver, Canada, le 1er octobre 2022. Crédit : Sima Ghaffarzadeh / Creative Commons en soutien au peuple iranien

Par Asal Bagheri

La violence insensée et l’absurdité de la mort d’une jeune femme de 22 ans, Mahsa Amini, tombée dans le coma après avoir été arrêtée pour avoir prétendument porté son foulard de manière inappropriée à Téhéran, ont été le déclencheur d’un mouvement sans précédent en Iran.

Alors que les autorités iraniennes affirment que la jeune femme est décédée en raison d’un problème de santé préexistant, c’est la banalité de la violence de la police des mœurs qui a touché une corde sensible chez les femmes et les jeunes. D’un côté, les esprits ont été touchés par la modestie du voile d’Amini par rapport aux normes plus libres de port du voile dans les milieux urbains iraniens. De l’autre, par la mort d’une jeune femme qui avait tout l’avenir devant elle pour un morceau de tissu que la République islamique d’Iran oblige les Iraniennes à porter depuis plus de 40 ans. Tout cela a mis les gens en colère et les a fait descendre dans la rue.

Lorsque Mahsa Amini est décédée le 16 septembre 2022, des hommes et femmes iraniens de tous horizons, milieux socioéconomiques, situations géographiques et positions sociales ont manifesté. Au moment où nous écrivons ces lignes, l’État a tué plus d’une centaine de manifestants et emprisonné un nombre encore inconnu d’Iraniens. Il est presque certain que le gouvernement, dirigé par le président ultraconservateur Ebrahim Raisi, continuera à vouloir « rétablir l’ordre ». Néanmoins, au fil des jours, de plus en plus de femmes enlèvent ouvertement le hijab obligatoire dans les rues des villes et villages du pays. À leur côté, on retrouve des hommes s’opposant aussi aux forces de l’ordre, au péril de leur vie car on leur tire dessus à balles réelles.

Les lois misogynes et la violence structurelle au cœur de la République islamique d’Iran ont fait l’objet d’une première résistance de la part des féministes iraniennes en 1979, dans les affres d’une révolution populaire victorieuse qui avait à sa tête l’ayatollah Khomeini. Des milliers de femmes – uniquement des femmes – sont courageusement descendues dans les rues trois semaines seulement après le retour de l’ayatollah Khomeini de Neauphle-le-Château (où il s’est réfugié lors de son exil imposé par le chah, NDLR) à Téhéran, où il avait déclaré vouloir instaurer le port du voile obligatoire dans le nouvel État révolutionnaire. Depuis lors, la myriade de mouvements de femmes en Iran a été une épine constante dans le pied de la République islamique d’Iran.

En 2017, Vida Movahed, une jeune femme iranienne, a organisé une manifestation silencieuse et solitaire au milieu d’une foule dans la rue de la Révolution à Téhéran. Grimpant au sommet d’une boîte de distribution électrique, elle a enlevé son voile, l’a attaché à un bâton et l’a agité comme un drapeau, devenant instantanément virale sur les médias sociaux iraniens. S’inspirant de Movahed, des manifestations non coordonnées toujours silencieuses et solitaires ont été organisées par plusieurs jeunes femmes. Ces femmes ont été surnommées « les filles de la rue de la Révolution ».

Les protestations actuelles, cette-fois ci collectives, mettent en majorité en lumière des femmes qui enlèvent leur foulard et dansent en public (ce qui est également illégal pour les femmes en Iran) tout en jetant le tissu du voile dans des feux, dans une ambiance festive. Ainsi, elles manifestent sans arrêt leur joie, un acte radical pour une société marquée par une répression accrue, tout en brulant le symbole le plus représentatif d’un système d’oppression absolu.

Cette manifestation de joie est également audible dans le slogan du mouvement. Les acclamations en l’honneur d’Amini vont au-delà de la destruction, ou des appels de « mort à… », en appelant ainsi à un avenir fondé sur la vie. En effet, lors des funérailles d’Amini et des manifestations qui ont suivi dans sa province natale du Kurdistan, dans le nord-ouest de l’Iran, les personnes en deuil ont crié un slogan kurde pour la libération des femmes : « Femme, vie, liberté ». Sa diffusion dans les médias sociaux a rapidement débordé dans les rues et le slogan est devenu une revendication nationale. Ce mouvement appelle à l’avènement d’un imaginaire féministe libérateur avec les femmes à sa tête. Il s’agit d’une lutte pour l’autonomie des femmes dans le choix de leur corps, un point qui résonne aujourd’hui chez les féministes du monde entier.

Ce soulèvement sans précédent dans l’histoire iranienne s’avère être aussi un tournant crucial pour les milléniaux et la génération Z qui font irruption dans la conscience mondiale contre le pouvoir et la domination. Le soulèvement iranien a touché une corde sensible chez les femmes et les jeunes du monde entier qui sont confrontés à l’empiètement de cultures, de lois et de mouvements conservateurs fondés sur la suppression des droits des femmes, mais aussi des homosexuels ou encore des minorités.

Finalement, il n’est que justice que cette révolution féministe iranienne et les jeunes générations du pays soient en première ligne dans les batailles pour l’autonomie et la souveraineté corporelles. Pendant quatre décennies, les femmes iraniennes ont fait les frais d’un des systèmes politiques les plus répressifs et oppressifs, fondé sur leur assujettissement par la police et la criminalisation quotidienne. Alors aujourd’hui, malgré le risque de mort auquel ils sont confrontés, les femmes et les jeunes, au-devant de la scène contestataire iranienne, suivis enfin par les hommes, montrent au monde entier comment se défendre comme des féministes.

#MahsaAmini répand alors la rhétorique d’une révolution féministe qui met l’accent sur la vie et la création plutôt que sur le désespoir. Sur la liberté plutôt que sur le contrôle. « Femme, vie, liberté » propose une alternative radicale au pouvoir patriarcal dans le monde entier. Les rébellions de rue d’aujourd’hui peuvent renverser le régime ou pas, changer les lois ou pas, mais en tout cas une chose est sûre : avec ce mouvement, une remise en cause de structures de domination millénaires a pris forme avec une exigence primordiale : celle d’imaginer que les choses peuvent être autrement, quand on a l’audace de refuser de se conformer à un état existant par peur de représailles.

 

Photographie d'Asal Bagheri. Elle est une femme d'une trentaine d'années, d'origine persane. Elle est ronde, et a des cheveux sombres légèrement ondulés coupés aux épaules, des sourcils sombres épais et dessinés. Elle porte du mascara et du rouge à lèvres.

 

Asal Bagheri est docteure en Sémiologie et linguistique. Enseignante-chercheuse à l’université de Cergy-Pontoise, elle est spécialiste du cinéma iranien.



Citer ce billet
hermes (2022, 17 octobre). Femme, vie, liberté. Revue Hermès - Cognition - Communication - Politique. Consulté le 4 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/pij2

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search