Giorgia Meloni, son armure et ses ruses communicationnelles

Photomontage représentant Giorgia Meloni portant une armure de chevalier de style médiéval. L'arrière plan est un grand drapeau italien flottant au vent.

Par Daniele Zappalà

En Italie, c’est une nouvelle déferlante politique. Après avoir connu le berlusconisme, le grillisme, le renzisme, le pays est secoué par le melonisme, porté cette fois-ci par une femme, Giorgia Meloni, leader nationaliste de Fratelli d’Italia (Frères d’Italie). Un parti, ce dernier, dont le drapeau arbore un symbole pas comme les autres : la flamme tricolore héritée du Movimento sociale italiano (1946-1995), le mouvement d’inspiration fasciste où Meloni avait fait ses débuts en politique dès l’âge de 15 ans, dans la branche estudiantine Fronte della gioventù.

En raflant 26 % des voix, Meloni a réalisé une percée spectaculaire aux élections législatives du 25 septembre remportées par sa coalition, regroupant également la Lega (Ligue) de Matteo Salvini et Forza Italia de Silvio Berlusconi. Ces deux alliés, en perte de vitesse, sont obligés de reconnaître que la « droite plurielle » transalpine, désormais forte de la majorité absolue au Parlement, a une nouvelle patronne.

De l’autre côté de l’échiquier, c’est une déroute historique douloureuse pour les partis de gauche, extrêmement éparpillés – contre toute logique, puisque le système électoral transalpin est taillé pour favoriser les coalitions.

Au niveau des symboles, partout en Europe, une coïncidence troublante de calendrier n’a échappé à personne : la déferlante Meloni arrive 100 ans après la Marche sur Rome (28 octobre 1922) qui fut mise en scène par Benito Mussolini pour installer le fascisme au pouvoir.

Un siècle plus tard, sous l’angle de la communication politique, voici la panoplie dont s’est parée Giorgia Meloni pour ravir la Botte, au milieu d’incompréhensions et de peurs diffuses en Europe.

La self-made woman, ou le heaume : Giorgia Meloni n’a jamais caché sa jeunesse difficile, marquée notamment par la séparation de ses parents. Elle en a même fait une force, pour mieux s’adresser à l’Italie en souffrance, où 5,6 millions de personnes étaient classées en situation de pauvreté absolue en 2021. Meloni a mis en avant son combat personnel pour s’en sortir, elle qui a dû enchainer au début les petits boulots. En self-made woman, elle a intercepté les frustrations et les aspirations d’une partie de l’opinion publique tenaillée par les difficultés matérielles, ou par la peur d’un déclassement.

Le jeunisme, ou la cotte de mailles : le long de sa carrière, Meloni est devenue au fur et à mesure le symbole de la relève générationnelle au sein de la droite italienne, marquée par des cohortes d’indéboulonnables et par la gérontocratie. En effet, Meloni a battu plusieurs records de précocité : députée et vice-présidente de la Chambre des députés à 29 ans, ministre de la Jeunesse à 31 ans (sous Berlusconi), cheffe de parti à 37 ans. Celle qui affiche volontiers ses baskets et tenues décontractées a su incarner un tournant générationnel notamment par son affirmation sur les réseaux sociaux. Une manière subtile de se présenter en démolisseuse des codes d’une droite longtemps sous le patronage du vieillissant Silvio Berlusconi.

Aujourd’hui, j’ai 43 ans ! Tant d’années ont passé depuis que j’ai décidé de me consacrer au militantisme politique par amour pour ma patrie. Je suis fière de pouvoir regarder en arrière sans jamais avoir trahi ce cap qui m’a valu la confiance de si nombreux Italiens. Je ne faillirai pas à votre soutien. MERCI !

Le dégagisme, ou la lance : Meloni a sans doute retenu la leçon du Mouvement 5 étoiles (créé par l’humoriste Beppe Grillo), la force politique antisystème devenue le premier parti dans la législature sortante. Dans un pays si exposé aux affres de la crise, une claire prime électorale est octroyée aux dégagistes. En février 2021, en choisissant de ne pas faire partie du gouvernement d’unité nationale guidé par l’ancien banquier Mario Draghi, Meloni a joué la carte de l’opposante solitaire. Ce choix risqué lui a permis de se démarquer clairement des autres partis qui, de leur côté, ont sans doute commis l’erreur de sous-estimer le niveau d’exaspération des Italiens. Aux yeux de bon nombre de ses électeurs, Meloni est d’abord celle qui pourrait donner un coup de pied dans la fourmilière face à l’immobilisme ambiant, notamment sur les questions de justice sociale et d’emploi.

L’anti-antifascisme, ou le bouclier : souvent accusée, selon les cas, d’être « postfasciste », « néofasciste », « héritière du fascisme », « nostalgique du fascisme », Meloni a su entretenir un grand flou – après les déclarations d’admiration pour Mussolini exprimées dans sa jeunesse – quant au regard qu’elle porte aujourd’hui sur le tragique Ventennio fasciste mussolinien (1922-1943). En fait, elle a trouvé la parade en passant à la contre-attaque : ceux qui l’accusent, explique-t-elle, sont enfermés dans le système de pensée des idéologies du XXème siècle, dont elle dit vouloir se démarquer. L’antifascisme est ainsi stigmatisé par Meloni comme une approche passéiste éloignée des problèmes d’aujourd’hui. Force est de constater que cet anti-antifascisme a trouvé son auditoire.

Le natalisme, ou les éperons : dans le programme de Giorgia Meloni, figurent en bonne place des mesures de soutien aux familles et d’incitation à la natalité, comme l’introduction du quotient familial, un plan national de création de crèches, des aides aux jeunes couples pour l’accès au crédit immobilier, une revalorisation des allocations familiales. Cet engagement affiché en faveur des familles cible l’un des maillons faibles les plus sensibles au sein des politiques publiques transalpines. Ce marqueur fort s’est avéré électoralement payant.

Le libéralisme, ou les étriers : c’est au niveau économique que Meloni, non sans ambiguïté, a construit la principale passerelle avec les programmes des autres partis de droite de sa coalition, afin de prévenir aussi tout risque d’être désarçonnée chemin faisant. En promettant de soutenir les entreprises, en se revendiquant atlantiste et en renonçant à tout projet de sortie de l’euro, la leader de Fratelli d’Italia a su rassurer les milieux économiques nationaux, qui ne paraissent plus la craindre. En revanche, ce libéralisme vis-à-vis des marchandises se double d’un raidissement attendu dans la politique migratoire, avec la promesse électorale d’un « blocus naval » en Méditerranée. À ce propos, l’inquiétude est à son comble notamment parmi les ONG humanitaires.

Propulsée par cet ensemble de ruses et d’armes communicationnelles, Meloni est devenue le nouveau phénomène disruptif du paysage politique italien, comme l’avaient déjà été en leur temps Silvio Berlusconi (1994), Beppe Grillo (2009) et Matteo Renzi (2014).

C’est une ascension fulgurante qui en dit long sur la volatilité de l’opinion publique dans la Botte, ainsi que sur la crise aiguë des partis traditionnels et sur la pente glissante vers une personnalisation à outrance du jeu politique.

En même temps, sur la scène des alliances politiques européennes, c’est un nouveau succès pour le groupe des Conservateurs et réformistes européens (ECR) au Parlement européen, présidé justement par Meloni, après la récente percée électorale scandinave des Démocrates de Suède.

 


 

Daniele Zappalà est géographe. Ses recherches portent sur la cognition de la mondialisation et sur les patrimoines alimentaires internationaux. Correspondant en France pour le quotidien italien Avvenire, il a été chroniqueur européen pour France Inter.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search