L’Est de l’Europe dans tous ses États

Photo générale du public et de la scène où s'entretiennent les deux personnalités. Au premier plan, le parterre d'une centaine de personnes assises équipées d'oreillettes. Au fond, la scène où les deux hommes sont installés. Le fond de scène est en trois parties : celles à gauche et à droite sont des écrans géants qui diffusent en direct des gros plans de la scène. Sur la partie du centre est écrite le nom de l'évènement, avec les drapeaux polonais et de l'UE. En bas à droite est incrustée une interprète en langue des signes.

Entretien entre Tomasz Grodzki et Rouslan Stefantchouka, le 28 août 2022, à Olsztyn, Pologne / Capture de vidéo Youtube

Le Campus Polska Przyszłości (« La Pologne de l’avenir) de 2022 a été au cœur de l’actualité d’août en Europe centrale. Cet évènement à destination des jeunes de Pologne ou d’ailleurs, qui s’est déroulé à Olsztyn du 26 août au 1er septembre dernier, a été l’occasion d’écouter et de rencontrer des personnalités politiques et intellectuelles hors du commun de la région d’Europe centre-orientale : polonaises, russes, ukrainiennes, biélorusses, bulgares, etc.

Parmi les plus intéressantes dans le contexte de la guerre livrée à l’Ukraine par la Russie, celle de Rouslan Stefantchouk, président de la Rada (équivalent du Parlement) et numéro 2 en Ukraine après Volodymyr Zelensky, impressionnant dans sa posture, arrivé devant un parterre de 1400 jeunes enthousiastes, sous une protection très renforcée, pour remercier la société civile polonaise de l’accueil fait à plus de deux millions de réfugiés.

Ivan Krastev, politologue bulgare, Ivan Vyrypaïev, metteur en scène qui a renoncé à la nationalité russe (édité en France aux Solidaires Intempestifs), Krystyna Kurczab-Redlich, l’auteure d’une biographie remarquée de Poutine (Putin. Życiorys mordercy, « Poutine, biographie d’un meurtrier », avec Artur Nowak, 2022, non traduit en français) et Garri Kasparov, leader en exil de l’opposition russe, ont mené plusieurs débats sur l’état d’esprit en Russie, les transformations de la mentalité russe, ou au contraire ses blocages.

Krystyna Kurczab reste très pessimiste sur les chances de changements rapides en profondeur de la société russe, qui demeure à son avis très marquée par une forme d’acceptation de la violence ordinaire et du mépris pour la vie individuelle. Pour elle, l’Homo putinicus n’est pas très différent de l’Homo sovieticus, si bien décrit par Alexandre Zinoviev et Józef Tischner.

Le ton du discours charismatique de Garri Kasparov, candidat de l’opposition démocratique à la présidence, était tout autre, même si son témoignage sur l’état de l’action politique en Russie ne permettait pas d’émettre de doutes sur la nature du régime qu’il affronte. En revanche, son analyse de la persévérance de l’opposition ouvre une lueur d’espoir. L’opposant politique, exilé aux États-Unis, encourage les Européens à croire qu’une société civile russe existe et perdure, même si elle est invisible, même si elle ne s’exprime pas à cause des persécutions. Selon lui, si le contexte change, il n’est pas impossible que l’opposition démocratique puisse agir.

La voix des artistes était encore différente. Celle d’Ivan Vyrypaïev, acteur, dramaturge et metteur en scène, considéré par la critique comme l’auteur « d’une tragédie grecque dans un paysage russe », s’exprimait sur la difficulté d’utiliser sa langue maternelle, le russe, aujourd’hui.

Livrant un témoignage bouleversant, l’écrivaine ukrainienne Oksana Zaboujko, une des Cassandre talentueuses de l’agression russe, a donné sa réponse à la question de la responsabilité qu’elle a en tant qu’écrivaine ukrainienne, aujourd’hui. Elle a insisté sur l’ambition de conserver un propos authentique, ancré dans des souhaits profonds, personnel et non pollué par le contexte de violence.

Plusieurs débats sur l’information et la désinformation, le rôle des reporters de guerre, sur la propagande et sur la langue ont enrichi encore cette problématique.

Le site internet de Campus Polska Przyszłości est disponible en polonais et en anglais.
Les vidéos des débats et interventions des éditions précédentes de l’évènement sont en ligne sur la
chaine Youtube officielle.


 

Joanna Nowicki est professeure à CY Cergy Paris Université, où elle est directrice du master Ingénierie éditoriale et communication. Ses travaux portent sur la communication Est/Ouest, l’imaginaire collectif européen, la circulation et le transfert des idées en Europe et l’Autre Francophonie.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search