Les espoirs de l’enseignement du créole

Version en créole de l'affiche célèbre "Keep calm and carry on". En créole : Rete trankil è pale kreyol.

« Le CAPES de créole: stratégies et enjeux »

Par Jean Bernabé et Raphaël Confiant
Hermès, la Revue n°32-33, 2002

Le créole est une langue parlée par environ dix millions de locuteurs aux Amériques et dans les îles de l’océan Indien. Deux millions d’entre eux vivent dans les départements d’Outre-mer (DOM) français : Guadeloupe, Guyane, Martinique et Réunion. Pendant trois siècles, le créole a été la seule langue des esclaves noirs ; il s’est transmis sous une forme orale en donnant lieu à une littérature orale (contes, proverbes, chants…), en dépit du fait qu’il était sporadiquement écrit depuis le milieu du XVIIIe siècle.

La situation de « diglossie » décrite en 1959 par Charles Ferguson, comparable sur bien des points à ce qu’on constate avec les parlers d’oc (occitan) et le catalan, n’est pas sans conséquence à la fois sur l’éducation scolaire et la forme de l’identité.

Sans préparation particulière, l’insertion du créole dans la sphère de l’éducation peut réellement provoquer un refus massif des enfants en classe. De nouvelles approches méthodologiques doivent donc être acclimatées dans les établissements scolaires pour enseigner le français comme on le fait en Afrique noire francophone ou partiellement francophone en tant que « langue seconde » ou « langue étrangère ».

Dans le même temps, les différentes tendances culturelles et politiques dont la mouvance indépendantiste, posent le principe du rétablissement dans toute sa plénitude de la langue vernaculaire créole en conférant aux enseignants les équipements linguistiques indispensables (grammaires, dictionnaires, guides…).

Ces efforts ont déjà conduit à la mise en place d’une licence et d’une maîtrise de créole à l’Université des Antilles et de la Guyane au début des années 1990 et récemment à la publication du décret du 9 février 2001 créant, dans le cadre de l’Éducation nationale, un concours de recrutement de professeurs du second degré pour pourvoir à l’enseignement du créole en lycée et collège.

 

[Extrait] Aux termes de la circulaire Savary de 1982 sur l’enseignement des langues régionales, la pénétration du créole dans les écoles des départements d’Outre-mer cessait d’être illégale. De fait, très vite, des 1984, des expériences étaient mises en place dans les collèges de Capesterre-Belle-Eau (Guadeloupe) et de Basse-Pointe (Martinique).

Pourtant, n’ayant jamais été liste dans la loi Deixonne (1951), le créole ne bénéficiait pas du statut explicite de langue régionale de la République française. On peut donc penser que c’est par effet de système (les DOM étant devenus des régions de France, au sens administratif défini par la loi de décentralisation de 1982) que le créole a été considéré de facto comme une langue régionale.

Alors que la signature par l’État français de la charte européenne des langues minoritaires a été déclarée anticonstitutionnelle, le créole, par décret en date du 9 février 2001, s’est pourtant vu attribuer un concours de la fonction publique (CAPES) permettant le recrutement de professeurs certifies qui doivent enseigner dans les établissements de l’enseignement du second degré ; la première session de recrutement se déroulera les 5 et 6 mars 2002.

Les langues créoles dites à base lexicale française, qui sont parlées par près de 2 millions de personnes dans les quatre DOM et leurs prolongements migrants en France métropolitaine, peuvent certes entrer dans la définition de « langue régionale ». Il convient cependant de ne pas oublier que le créole possède le statut de « langue nationale » en Haïti (6 millions de locuteurs) et de « langue co-officielle » aux Seychelles (80 000 locuteurs). À cet égard, sa situation présente certaines analogies avec l’alsacien, qui est une variété d’allemand, langue inscrite dans une officialité étatique outre-Rhin.

La semi-officialisation du créole à l’intérieur du système politique et culturel français soulève un certain nombre de questions qui relèvent à la fois de l’analyse « glotto-politique », de la didactique des langues et de la problématique de l’affirmation identitaire. Des débats, souvent polémiques, agitent les communautés concernées et interfèrent avec les travaux scientifiques depuis des décennies. Chacun, en effet, se rend bien compte que l’on se trouve à un moment charnière de l’évolution de cette langue.

L’introduction dans l’école – et donc dans la sphère de l’écrit – d’un idiome jusque-là majoritairement oral ne peut pas être sans conséquence sur celui-ci et peut donner le sentiment à maints locuteurs mal informés que la maitrise symbolique de ce qu’ils considèrent, a tort ou à raison, comme leur langue maternelle, est en train de leur échapper au profit des linguistes, des idéologues et autres « fous de langues ». Il convient d’avoir une vision claire et objective de la problématique de la langue et de la culture créoles, telle qu’elle agite nos sociétés, dès leurs origines.

 

[Lire la suite en accès libre sur Cairn.info]

 

Photographie de Jean Bernabé à l'âge de 65 ans environ. C'est un homme noir portant de fines lunettes, aux cheveux crépus très courts. Il est photographié devant une bibliothèque.Jean Bernabé est un linguiste et écrivain martiniquais. Il est cofondateur du mouvement de la créolité dans les années 1980 avec ses confères Raphaël Confiant et Patrick Chamoiseau. Militant pour l’enseignement et l’étude du créole dans l’enseignement primaire et secondaire, il a soutenu activement la création du CAPES de créole en 2002.
Photographie de Raphaël Confiant à 60 ans. C'est un homme noir avec des cheveux et une courte barbe noires crépues. Il porte des lunettes à fines montures.Raphaël Confiant est un écrivain d’expressions créole martiniquaise et française. Il a fondé le mouvement de la créolité dans les années 1980 avec Jean Bernabé et Patrick Chamoiseau. Il est depuis 2013 le doyen de la faculté des lettres et sciences humaines de l’Université des Antilles et de la Guyane.

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
hermes (10 novembre 2022). Les espoirs de l’enseignement du créole. Revue Hermès - Cognition - Communication - Politique. Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/pija


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search