Lula au Jornal Nacional

Lula, homme blanc grisonnant d'environ 75 ans, front dégarni et barbe blanche courte, porte un costume-cravate. Il regarde droit dans la caméra. Dans sa gestuelle, il a les bras écartés et les index pointés vers le bas.

Lula au Jornal Nacional sur TV Globo, le 25 août 2022. Capture d’écran / Globo.com

Par Juremir Machado da Silva

La semaine brésilienne du 22 au 26 août 2022 a été consacrée aux entretiens avec les candidats à la présidence de la République dans le Jornal Nacional de Rede Globo, le principal JT du pays. Le chaîne de télévision a fixé l’ordre du jour et a attiré toutes les attentions. Le premier interviewé, Jair Bolsonaro, le président sortant d’extrême droite, a parlé pour sa tribu et il n’a pas vraiment convaincu. Il n’a pas été, pourtant, suffisamment contredit par les interviewers, visiblement encore peu habitués au rôle. Le capitaine (grade de Bolsonaro lorsqu’il était dans l’armée, NDLR) a menti en permanence, ce qui n’est pas une nouveauté.

Le deuxième candidat interrogé était Ciro Gomes (Parti démocratique travailliste, de centre gauche). Par des propos mesurés, presque doux, sans pics de tension, il a montré qu’il pourrait être un bon président de la République ; mais selon les sondages, il n’a pas de chances de le devenir, du moins cette fois-ci.

Lula, le troisième interviewé, a fait un show, en exploitant toutes les ruses permises, puisqu’une interview de ce type est nourrie toujours par au moins un peu de spectacle, de malice, de rapidité dans la réplique et même d’humour.

Lula a enfin reconnu la corruption chez Petrobras, la compagnie pétrolière brésilienne. En même temps, il a défendu les gouvernements de Dilma Rousseff, sa dauphine – écartée du pouvoir par un impeachment en 2016, accusée d’illégalités dans sa gestion des comptes publics –, tout en déclarant qu’elle s’était trompée sur le prix de l’essence : une question importante au cœur des critiques virulentes de ses opposants à l’époque, étant donné que Rousseff est impliquée dans le scandale Petrobras. Petit à petit, le candidat s’est mis à l’aise jusqu’à jouer à sa guise, en plaisantant, en alternant des blagues aux propos sérieux, en utilisant des métaphores footballistiques, en séduisant, en promettant du steak et de la bière à la foule, bref, « en s’allongeant et en se roulant », comme on le dit au Brésil.

Lula a qualifié Jair Bolsonaro de « bouffon de cour », il s’en est pris au budget secret de l’actuel gouvernement, il a raillé le goût du président de la République pour le secret d’État – centenaire pour certaines questions. Il a aussi promis le dialogue et la négociation avec le Congrès national et la capacité d’écoute. Même le grand pédagogue Paulo Freire, souvent attaqué par l’extrême droite, a été cité pour justifier l’alliance avec un ancien adversaire, Geraldo Alckmin, de centre droit, voire de droite : se rapprocher des opposants pour dépasser les antagonismes. Les réseaux sociaux ont explosé, pour ou contre l’homme qui est revenu de loin.

Lula a dû beaucoup savourer le début de l’interview, lorsque William Bonner, présentateur vedette – considéré l’un des responsables de son emprisonnement, en raison de l’appui de Rede Globo au juge Sergio Moro et à l’opération Lava Jato (« lavage à haute pression » en portugais du Brésil, nom donné au scandale en référence à l’utilisation d’une station-service pour blanchir de l’argent, NDLR) –, a déclaré que l’ancien président ne doit rien à la justice.

Si Bolsonaro était agressif et Gomes argumentatif et rationnel, Lula, comme l’a souligné le chanteur Caetano Veloso sur un réseau social bien connu, a fait un tabac. L’ancien président, après sa traversée du désert et ses plus de 500 jours passés en prison, est réapparu sur le plateau du principal JT du pays en parlant de pacification et de croissance. Pour lui, la polarisation politique n’est pas un problème ; il s’agit même d’un scénario habituel qui concerne le monde entier, sauf les dictatures comme par exemple celles des partis communistes, a-t-il souligné. Ce qui ne doit jamais arriver, a-t-il insisté, c’est l’incitation à la haine.

La campagne électorale sur le petit écran va se prolonger en vue du vote prévu le 2 octobre. Les électeurs ont plusieurs options, dont Lula, Ciro Gomes et Simone Tebet, de centre droit. Ceux qui choisissent Jair Bolsonaro ne peuvent plus dire que c’est par élimination. Les entretiens au Jornal Nacional peuvent orienter sensiblement le résultat électoral. C’est pourquoi chaque candidat s’est investi à fond, mentalement et physiquement. De son côté, Lula a fait l’autocritique tant attendue. Il n’a pas manqué de soutenir Dilma Rousseff, tout en prenant ses distances avec elle.

« Le roi est mort, vive le roi », a-t-il dit, en plaisantant sur le jour d’un départ hypothétique de William Bonner de son tout-puissant « Journal National ». Par moments, les interviewers ont repris des arguments typiques des chaînes d’extrême droite et ont agité de vieux épouvantails qui effraient toujours les classes moyennes : les penchants idéologiques au sein du Parti des Travailleurs (PT), le mouvement des agriculteurs dits sans terre, les alliés internationaux de Lula loin d’être tous des hérauts de la démocratie, etc.

Mais dans ses répliques, une fois de plus, Lula a bien joué : il a soutenu le principe de l’autodétermination et, en même temps, celui de l’alternance au pouvoir, entre la gauche, la droite et le centre. Il a surtout réaffirmé que le Brésil a plusieurs options, comme prévu dans les « quatre lignes de la Constitution ». Le seul qui habituellement n’adopte pas cette posture est celui qui pourtant a inventé cette expression-là, un certain Bolsonaro (les commentateurs n’ont pas déterminé si le président fait référence à des phrases particulières de la Constitution ou si c’est une métaphore footballistique, NDLR).

Sans doute, de manière imagée, les conseilleurs électoraux de ce dernier sont en train de dire au capitaine qui se bat pour un deuxième mandat présidentiel : le chat est monté sur le toit…

 

 

Portrait de Juremir Machado da Silva, un homme blanc d'environ 60 ans. Il a les cheveux courts, des lunettes, le visage rond et fin.

 

Juremir Machado da Silva est un écrivain, traducteur, journaliste, radiodiffuseur et professeur d’université brésilien.



Citer ce billet
hermes (2022, 13 septembre). Lula au Jornal Nacional. Revue Hermès - Cognition - Communication - Politique. Consulté le 4 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/piis

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search