L’Œdipe en fission

Gravure sur bois imprimée dans un incunable en allemand. Elle représente plusieurs personnages dont deux sont nommés, Jocaste et Œdipe. La première se plante une épée dans la poitrine tandis que son fils, l’air bouleversé, porte ses mains à son visage.

Jocaste et Œdipe, gravure sur bois dans un incunable, vers 1474. Wikimedia Commons.

Par Guy Maruani

Deux faits d’actualité encore récente en France méritent notre réflexion, tant par leur survenue que par la communication qui les entoure et les présente très paradoxalement comme ressortant d’une banale légitimité. Tout d’abord, une proposition de loi permet à chacun de décider s’il choisit de porter le nom de famille de son père ou de sa mère, son patronyme ou – innovation- son matronyme.

Ensuite, une femme transgenre (ici, une personne de sexe biologique masculin, reconnue femme au civil et ayant conçu son enfant avant une transition hormonale et chirurgicale) a été officiellement reconnue comme la mère de son enfant.

Comment rendre compte de cette réalité sociale, de ce discours inclusif qui se superpose à des données physiques ? Prenons un détour :

Lorsque la Physique a découvert les particules élémentaires de l’atome jusque là supposé indivisible, elle est entrée dans le royaume de la Métaphysique. Cependant la méthode analytique, qui a postulé et prouvé que l’atome n’est pas le plus petit élément avec lequel l’univers est construit, ne s’est pas arrêtée à cette explosion théorique de l’atome, elle a conduit à son explosion réelle. La bombe atomique n’est pas métaphysique, elle est une menace pour l’avenir de l’humanité, menace aussi vite oubliée que comprise.

C’est un truisme que les premiers hommes qui ont fabriqué des outils en fracassant des grosses pierres en petits cailloux ont inventé la méthode analytique, du moins au sens du deuxième précepte de la méthode de Descartes « diviser chacune des difficultés que j’examinerais, en autant de parcelles qu’il se pourrait, et qu’il serait requis pour les mieux résoudre ». Puis, pendant des siècles, les philosophes qui avaient recours intellectuellement à la méthode analytique ont supposé que l’univers était constitué des plus petits éléments indivisibles, les atomes.

Si l’on considère l’esprit humain, la méthode psychanalytique établie par Sigmund Freud a supposé d’une façon similaire qu’un élément universel, la représentation inconsciente de la différence des sexes et des générations sous la forme du complexe d’Œdipe, était indivisible. Voyons si le complexe d’Œdipe n’a pas été fracassé par une bombe sémantique analogue à l’explosion de la bombe atomique.

Pendant deux mille ans, un principe du droit romain a été un pilier des sociétés occidentales : Mater certissima, pater tamen incertus (la mère est incontestable, le père toujours incertain). Dans les années 1980, j’ai écrit dans nombre d’articles de psychiatrie et même dans une encyclopédie pour le grand public [1] :

La technologie a investi le champ de la reproduction humaine en deux temps. D’abord un temps dénégatif avec l’allaitement artificiel, l’expansion et la généralisation de la contraception et de l’avortement. Puis un temps performatif, avec toutes les techniques de fécondation extra-corporelle, qui aboutiront tôt ou tard à la fabrication complète de bébés en laboratoire, et avec la chirurgie et l’endocrinologie du changement de sexe.
Dès lors la sexualité est libre – à condition de ne pas servir la reproduction. Le corps est un pur objet, à condition qu’il ne porte aucune filiation.

Mes écrits ont eu peu d’écho mais ce que j’avais anticipé est devenu une simple évidence :

  • de plus en plus de personnes sont célibataires, au moins la moitié des adultes dans les grandes villes,
  • de plus en plus de couples font appel à la fécondation extra-corporelle médicalisée,
  • le mariage homosexuel a acquis le même statut que le mariage d’un homme et d’une femme,
  • le transsexualisme est largement considéré comme un droit de l’individu et non comme l’expression d’un trouble mental. Chacun est supposé libre de choisir son genre,
  • l’égalité entre les sexes est souvent assimilée à l’identité entre les sexes.

L’unisexe comme modèle.
Du moins dans les pays développés démocratiques ; dans certaines parties du monde et sous d’autres régimes c’est vu comme anathème et crime.

Comment la science et la technologie sont-elles parvenues à créer une telle situation radicalement nouvelle ? en détruisant l’équilibre entre Nature et Culture tel qu’impliqué par le ci-devant droit romain.

Qui est la mère aujourd’hui ?
La femme qui a donné l’ovocyte, la femme dont l’utérus a porté l’enfant pendant neuf mois ou la femme qui a nourri et soigné l’enfant ?
Mater tamen incerta.

Qui est le père ?
L’homme dont l’ADN est hérité par l’enfant. Une « brève rencontre » peut conduire quelqu’un, simple géniteur, à l’obligation de payer une pension pour l’entretien et l’éducation d’un enfant ni voulu ni fréquenté.
Pater certissimus.

Les conséquences de ce retournement sont incalculables. On est à l’aube d’une nouvelle humanité. D’autant que les progrès de la génétique risquent fort de conduire à l’eugénisme, à l’obligation que les parents soient déterminés en fonction du moindre risque possible d’anomalie héréditaire. De sorte que si la biotechnologie est demain la règle, si les embryons sont conçus en laboratoire et, en attendant la mise au point d’utérus artificiels, implantés dans des mères de substitution, le soi-disant droit à l’enfant pour tous, y compris les couples de même sexe, apparaît comme la bannière parfaite, le cheval de Troie visant à remplacer un processus naturel par une production machinique et à vendre des modèles perfectionnés, au goût des clients, ce ne sera plus le destin mais un marché !

Certes dans cette hypothèse (qui est déjà une situation vécue pour beaucoup de gens), qu’est-ce qu’un père ? qu’est-ce qu’une mère ? Qu’est-ce que ça signifie d’être un homme ou une femme ?

Après l’explosion du complexe d’Œdipe, personne ne sait… Et ce n’est pas une solution que d’enfouir une éventuelle communication collective et contradictoire sur les enjeux de ce bouleversement, sous l’incommunication juridique de textes promulgués…

 

(On se reportera aussi à la lecture de T’es mon Papa !, éditions Orizons, ISBN 979-10-309-0291-4)

Guy Maruani, homme blanc d'environ 75 ans. Il a le crâne dégarni, les cheveux tombant à la nuque et une barbe blanche.

 

Psychiatre et psychanalyste, le Dr. Guy Maruani a enseigné la psychiatrie à Paris et Bruxelles. Fondateur de la revue Génitif, il accompagne depuis le début la réflexion sur les problèmes de la naissance et de l’éducation dans les nouvelles parentalités.

 

 


[1] « Autrui et la découverte de soi », in Maruani G. et al., Être, bien-être, mieux-être, 1985, Paris, Larousse, p. 583‑669.



Citer ce billet
hermes (2022, 7 septembre). L’Œdipe en fission. Revue Hermès - Cognition - Communication - Politique. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/piir

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search