La Charte de déontologie du journalisme en Géorgie

Par Lika Zarandia

 

Une plaque de nom de rue accrochée sur un muret en pierre. La plaque est bleue avec un liséré blanc. Il y est écrit, en géorgien et en anglais, "Anna Polikovskaya Street". Des feuilles de la vigne qui pousse sur le haut du muret tombent délicatement devant le haut de la plaque.
Rue Anna Politkovskaïa à Tbilissi, en Géorgie. Crédit : Vladimir Varfolomeev

La charte de déontologie du journalisme en Géorgie de l’Union indépendante des journalistes a été créée en 2009. Sa mission est de renforcer la responsabilité publique envers les médias et la liberté d’expression des journalistes, mais aussi de protéger des codes de l’écriture journalistique professionnelle, qui sont souvent négligés par les médias. La bataille pour les faire respecter est encore longue.

Les représentants des médias – les journalistes et les directeurs généraux – géorgiens violent souvent, par leur subjectivité et leur influence médiatique très élevée, les principes de la déontologie du journalisme. Les principes de la Charte de déontologie du journalisme géorgien, qui vise à faire respecter les normes professionnelles d’éthique et à accroître la responsabilité publique, sont ignorés. Mariam Gogosashvili, la responsable de la charte, explique : « Pour que l’information soit considérée comme fausse, il faut que l’histoire elle-même soit inexacte et complètement falsifiée. Les médias violent souvent nos principes, mais quand il s’agit de médias ou de journalistes qui ne sont pas sous nos surveillance, nous sommes limités à prévenir par écrit uniquement, et nous ne pouvons rien faire d’autre. »

La Charte est une association indépendante de journalistes dont la mission est d’accroître la responsabilité publique des médias par la protection des normes professionnelles et éthiques ainsi que par la mise en place de mécanismes d’autorégulation. Ses onze principes sont très connus en Géorgie ; ils sont même devenus les normes de conduite professionnelle des journalistes qui obtiennent, transmettent et diffusent des informations sur des évènements d’actualité ou des enquêtes. 

L’association a été fondée le 4 décembre 2009. 137 journalistes de divers médias régionaux et nationaux ont signé onze principes de déontologie journalistique et se sont engagés à les respecter. La Charte est régie par un Conseil de neuf membres, qui nomme le directeur exécutif. Un membre du Conseil est élu pour un mandat de trois ans par les journalistes signataires de la Charte.

C’est le Conseil qui examine les signalements adressées à la Charte. Les citoyens ont la possibilité de demander une aide, par préparation pour les processus judiciaire de cette organisation, en cas de violation de l’éthique journalistique. Et en effet, quelques poursuites judiciaires pour diffusion d’infox ont été lancées depuis sa mise en place.

La Charte, dans le cadre de sa mission, s’engage aussi dans des activités éducatives pour accroître le professionnalisme des journalistes ; elle collabore avec des organisations locales et internationales, y compris des syndicats ; elle promeut les codes de déontologie journalistique et veille à leur respect. Elle effectue une veille médiatique et agit en tant que lobby pour la protection des droits des journalistes et la création d’un environnement médiatique sain et libre.

Aujourd’hui, 360 ​​journalistes sont signataires de la Charte. La Charte journalistique dispose d’un groupe d’observateurs, qui a effectué un certain nombre d’observations électorales et thématiques depuis 2010. Ce groupe, nommé Mediachecker, est une plateforme de critique des médias, créée en 2013 dans le cadre du projet « Renforcement de l’autorégulation des médias par l’éducation médiatique civique et juridique, aussi surveillance pour la défense des journalistes ».

Voici leurs dernières déclarations :

« Le 19 juin 2022, dans la ville de Batumi, l’équipe de tournage de TV Pirveli a été attaquée – le caméraman Temur Zoidz, selon des témoins oculaires, a été tabassé par cinq personnes, en présence d’enfants mineurs. Les agresseurs ont crié qu’ils n’aimaient pas la politique éditoriale de TV First. L’attaque est uniquement liée aux activités journalistiques. »

On sait que l’affaire a déjà été transférée à un service spécial d’enquête. Alors que les processus d’enquête prolongés encouragent de nouveaux crimes contre les médias, l’association demande au Service spécial d’enquête de permettre de protéger les journalistes contre les attaques dans le cadre d’une enquête rapide et efficace. La Charte rappelle une fois de plus aux autorités géorgiennes que la création d’un environnement médiatique sûr dans le processus d’intégration européenne est une tâche particulière et indispensable.

Aujourd’hui, le gouvernement doit assumer une responsabilité encore plus grande pour le respect professionnel et la reconnaissance publique des journalistes. Les membres du gouvernement doivent renverser les pratiques néfastes établies contre ceux-ci. Ce n’est pas gagné : parmi ces dernières violations, la restriction des déplacements de l’équipe de tournage de TV First dans le bâtiment du ministère de la Culture de Géorgie le 18 juin 2022.

Le bureau de la charte contrôle également les actions journalistes considérées comme les fautes professionnelles les plus graves :

  • Déformation délibérée des faits / « Fake News » ;
  • Réception de pots de vin pour influencer les activités professionnelles journalistiques ;
  • Plagiat ;
  • Harcèlement des médias : les journalistes subissent des violences physiques ou morales ;
  • La guerre d’information menée par la Russie est le plus grand défi de la Géorgie.

On peut facilement dire que la guerre d’information des faits d’actualité, qui subit la désinformation et les « fake news » qui vient de Moscou, s’intensifie ces derniers mois. Cette multiplication des infox menace la réputation de l’Union européenne ainsi que celles des États-Unis. En raison de l’influence croissante des médias sociaux, les activités de « l’armée des trolls » dirigée par les services de sécurité russes se sont révélées particulièrement efficaces dans la guerre de l’information. Les journalistes ou les activistes de la société géorgiens pro-européens sont quotidiennement attaqués, menacés et harcelés sur les réseaux sociaux. La Russie a toujours essayé de « créer le chaos » dans les pays voisins et poursuit activement ce processus.

Cela fait ainsi cinq mois que les dirigeants du  Mouvement conservateur du Kremlin en Géorgie et leur chaîne de télévision Alt-Info TV sont passés en état d’urgence. Ils propagent par tous les moyens des informations europhobes et fausses : ce serait l’Occident qui a provoqué la guerre entre deux nations sœurs, la Russie et l’Ukraine ; si la Géorgie obtenait le statut de candidat à l’UE, la Russie lui déclarerait la guerre, etc.

Toujours selon la responsable de la Charte, Mariam Gogosashvili, la propagande russe est très flexible. Elle s’applique en ligne et hors ligne. Les récits changent souvent en fonction de la situation qui leur convient, il est donc très important, non seulement leurs efforts et l’activité du secteur civil, mais aussi la pleine implication de l’État géorgien dans ce processus – par l’échange d’informations, la coordination ou les actions conjointes.

Lika Zarandia est étudiante en journalisme (L3) de l’Université de Géorgie.



Citer ce billet
hermes (2022, 1 septembre). La Charte de déontologie du journalisme en Géorgie. Revue Hermès - Cognition - Communication - Politique. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/piiq

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search