Celui qui ne débande jamais

Crédit : Steve Harvey

Ceci est un texte technique. Aucun terme vulgaire ne sera utilisé. C’est un récit distancié, à la troisième personne du singulier. Il raconte l’histoire d’un homme qui se présentait comme « celui qui ne débande jamais » (imbrochável, en portugais), ayant la confirmation de cette qualité par déclaration publique de sa jeune épouse. Celui qui ne débande jamais serait toujours prêt, avec un membre droit et rigide, dur comme fer, à visser la population contraire à ses désirs et à ses instincts furieux. Si quelqu’un veut utiliser le mot « baiser » au lieu de « visser », il peut le faire. Chacun est responsable de ce qu’il décide d’être et des mots qu’il choisit.

« L’imbrochable » a foiré la moitié du monde en quatre ans, sauf pour les gens portant les uniformes de l’Armée, son principal fétiche. Celui qui ne débande jamais doit être compris comme un concept, une notion sociologique, voire philosophique. Autrement dit, comme un imaginaire, une fiction socialement partagée. À travers cette catégorie, la personne autoproclamée se voit comme un symbole de constance, de virilité, de disponibilité, de force et de détermination. De ce point de vue, ce serait le plus grand auto-éloge possible. Celui qui ne débande jamais se voit comme quelqu’un qui ne plie pas, ne cède pas, ne s’attendrit pas, ne se laisse pas intimider, ne se ramollit jamais, n’échoue pas et ne se fatigue pas.

Il est entendu que la principale caractéristique de l’éloge de soi est la surestimation invérifiable. Si l’auto-prière a une tendance au déni, comme des cas concrets qui pourraient être donnés en exemple, celui qui ne débande jamais aura tendance à ne pas admettre ses hésitations et ses discontinuités. Oui, celui qui ne débande jamais appelle ses échecs comme simples discontinuités. Il annonce : « Nous allons discontinuer nos relations pendant un certain temps. »

Celui qui ne débande jamais assure qu’il n’utilise pas  de stimulants pharmaceutiques pour réaliser ses performances. En l’occurrence – c’est ainsi que l’on dit dans les écrits techniques –, il convient de reconnaître que ne jamais débander correspond à la vision qu’une certaine personnalité très connue a de soi-même. Il suffit de regarder ses réformes et ses choix politiques pour comprendre qu’il ne s’est pas ménagé un seul jour de son long mandat de quatre ans. C’était du fer tous les jours. Bite pure. Dureté. Haut degré de pénétrabilité. Il faut noter que ces dernières expressions métaphoriques sont souvent utilisées dans les analyses politiques sans les réduire au sexuel. Une fois le bilan dressé, sur la performance du candidat, on constate que celui qui ne débande jamais n’a jamais perdu l’occasion d’être pénétrant et tueur.

Il n’est pas question ici de commettre la bassesse d’explorer des doubles sens. Il est pertinent pourtant de vérifier s’il y a cohérence dans la thèse de celui qui ne débande jamais présentée ici par ce locuteur (celui qui vocalise le message) neutre. Dans ce type d’imagerie, le verbe finir est généralement utilisé à la place de jouir. Celui qui ne débande jamais jouit tandis que ses victimes finissent. L’orateur a fait fi de ce qu’il pouvait faire, notamment dans le domaine de la culture. Chaque fois qu’il entend le mot culture, il sort son instrument soi-disant pointu et coupant prêt à tout foutre en l’air. Il est essentiel que les experts indiquent un moyen de faire arrêter cet homme. Sinon, tout sera jeté par terre, le dernier lit de ses otages.

Cela dit, on sait que, dans le domaine où il opère, la capacité de ne pas débander est mesurée tous les quatre ans. Seules les prochaines élections pourront le faire échouer une fois pour toutes. Ce sera pour ses victimes l’occasion de jouir un peu. Les élections sont le lit de trop d’illusions. C’est là que prennent fin les plus grandes prétentions. Du coup, tout ce qui paraissait solide s’effondre dans l’urne comme une bite soudainement ramollie. Dans les rues, les détraqués crient : « C’est fini », « j’ai joui ».

On dit sordidement qu’il n’y a pas de mal qui dure éternellement. Celui qui ne débande jamais, cependant, ne peut être sous-estimé. Après tout, à force de parler de ses compétences, il finit par y croire.

Toute similitude avec le président d’un certain pays situé au-dessous des tropiques, où il n’y aurait pas de péché, et avec ses aveux sur ses performances intimes, n’est pas coïncidence. À chacun de lui donner un nom.

 

Juremir Machado da Silva


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search