Les chercheurs invisibles

J’ai souligné dans un précédent billet que les livres des universitaires de sciences sociales devenaient des livres invisibles. C’est peut-être parce que les chercheurs en sciences sociales, alors qu’ils n’ont jamais été aussi nombreux, deviennent progressivement eux-mêmes invisibles.

Lors des élections, ne voit-on pas intervenir de moins en moins de politologues et de plus en plus de consultants spécialistes de la communication politique et de journalistes ? Même les économistes ne sont plus forcément universitaires, mais chief economists, à la sauce américaine, de grands cabinets. En matière de communication, on voit peu les spécialistes des sciences de l’information et de la communication, mais, juges et partis, les communicants eux-mêmes. Il en va de même pour le droit et la gestion, représentés par des avocats ou des professionnels du management. Il reste, parfois, quelques historiens qui redonnent un peu de mémoire à des médias qui en sont bien souvent dépourvus.

Bref, il semble que les universitaires n’aient guère la cote. Peut-être leur discours est-il supposé trop compliqué pour des médias qui n’ont guère plus de trente secondes à accorder à la défense d’un point de vue.

Le poids des consultants

Mais la récente affaire des cabinets de conseil permet d’aller plus loin encore. Car l’État lui-même, qui paie – mal – de nombreux universitaires à produire un savoir à vocation scientifique, finance grassement des officines et des consultants à produire un pseudo-savoir sur les questions organisationnelles, notamment, ou sociétales (au sens large) qui le concernent. Mais il ne fait que très peu appel aux universitaires. Manque de confiance ? Peut-être. Problème de cohérence en tout cas. Car mobiliser l’université, à condition de bien vouloir entendre ce qu’exprime un vrai savoir élaboré dans le cadre de procédures balisées, couterait bien moins cher au contribuable.

Mais l’État ne cherche pas le savoir – ce n’est pas ce que produisent les consultants – mais un discours de légitimation – ce dont ils sont les véritables spécialistes, en revanche. Voilà le cœur du problème (nous y reviendrons dans un prochain billet). Le chercheur n’est donc pas persona grata, entre ressources d’analyses propres aux ministères et interventions de consultants, l’État se passe largement des compétences universitaires et donc du savoir qui tient la route.

Politiques publiques

L’État va plus loin encore, car par ses politiques publiques prolifiques en matière de politiques publiques d’encadrement de la science, ils multiplient les dispositifs, les structures et les instances, toujours très lourdes, déclinées en comités, groupes de travail ou tout autre sigle ou nom digne représentant de l’imagination administrative. Cette pléthore de « machins » produit de nombreux rapports, notes, synthèses, feuilles de routes, etc., dans lesquelles le chercheur devient une pure entité abstraite au nom et au bien duquel tout le monde dit « travailler ». Mais ce chercheur n’est plus autonome, il n’est plus en position de vouloir et donc de décider : il doit s’inscrire dans des logiques, des processus, des procédures, toutes plus complexes et lourdes les unes que les autres, aidé, dans le meilleur des cas, par toute une ingénierie, elle-même lourde et complexe, qui l’oriente dans ces dédales, le soutient, le conseille, etc.

Le système, alors, nourrit sa propre croissance et s’autojustifie. Si ce chercheur essaie encore de continuer à faire son travail tel qu’il savait – bien – le faire, il ne peut plus prétendre aux financements ni aux bourses. Soit il accepte de devenir un mercenaire qui saute de projet et projet, s’épuisant à suivre les effets de mode qui rapportent de bons financements, toujours à la recherche d’argent, soit, s’il veut encore construire sur le long terme, il reste désespérément pauvre et sans thésards (sauf si ces derniers acceptent, lourde décision, de travailler par ailleurs pour financer leur thèse).

La gestionnarisation

Bref, au final ce chercheur n’est plus qu’un pion dans un jeu qui le dépasse totalement, qu’il subit et sur lequel il n’a aucune prise, sauf à lâcher le métier et à devenir un pur administratif – ce que certains, dans une belle logique de lutte des places, n’hésitent pas à faire. Le voilà emporté par la logique de la gestionnarisation de la recherche : car de même que la gestionnarisation correspond à une inversion du rapport entre outils de gestion et objets de la gestion, l’outil devenant premier et les activités qu’il gère secondes, de même, les politiques publiques extrêmement complexes de la recherche deviennent premières, s’autonomisent et le chercheur (et la science avec) devient second, dépendant.

Le voilà également emporté par une logique d’industrialisation de la recherche qui vise à tuer l’approche plutôt artisanale qui avait cours jusque là en sciences sociales : le modèle de certaines sciences dures s’impose et certaines sciences sociales, qui prétendent par là à plus de scientificité (!) à l’instar de l’économie ou de la psychologie cognitive, en profitent pour essayer de se distinguer dans une démarche qui relève, de fait, d’un marketing (de la forme) et non d’une science (sur le fond). Or, même ce chercheur-là, qui se doit d’être passif, aux ordres des politiques publiques qui orientent la recherche sur les thématiques à la mode, finit par devenir également invisible dans ce processus massif et écrasant dont il n’est qu’un rouage.

Il est tout aussi évident que le chercheur qui innove intellectuellement reste hors de portée des radars des politiques publiques, tandis que quelques élus qui ânonnent les mantras du moment peuvent acquérir, il est vrai, une relative, voire parfois une réelle reconnaissance. Et si l’on prétend, par ailleurs, restituer aux chercheurs un peu de visibilité, c’est à coup d’enquêtes orientées (en effet, les questions sont posées dans un cadre qui, lui, est faussé, car il entérine déjà ce qui devrait être discuté) qui les mélangent tous dans une vaste moulinette statistique et font seulement semblant de s’y intéresser. Où, comme souvent aujourd’hui, on substitue une information faussement participative à la réalité.

Le chercheur invisible

Autrement dit, la science sociale ne vient tendanciellement plus du bas, de ceux qui la font et qui savent comment la faire, mais du haut, de gens qui s’en sont éloignés ou qui n’y connaissent tout simplement rien. Ce chercheur invisible publie des livres invisibles, concurrencé cette fois, nous l’avons dit, par les essayistes de tout poil, qui souvent empruntent sans citer et sortent leurs idées et démonstration de leur chapeau. Ne lui reste que l’espace universitaire, lui-même parasité par une production pléthorique où, là aussi, à l’instar de la loi de Gresham, la mauvaise monnaie chasse la bonne.

Bref, on l’aura compris, le chercheur invisible médiatiquement [1], invisible au sein de l’État, invisibilisé par les politiques publiques de gestionnarisation de la science et des universités de plus en plus massives, ce chercheur aux livres invisibles dans les librairies est une figure en train de disparaitre.

Certains s’en féliciteront, arguant que les dinosaures n’existent plus et que ce n’est pas plus mal ainsi. Ils loueront le chercheur agile (précaire de fait), qui suit les évolutions sociétales (sans distance critique), qui sait s’inscrire dans les cadres de financement des politiques publiques (comme un mercenaire qui marche au contrat), bref, un chercheur qui, comme l’intellectuel en d’autres temps, est devenu « organique ». D’autres, peut-être, mais moins nombreux, s’en inquiéteront car ils comprendront que si le chercheur disparait, c’est le savoir, le vrai savoir qui va disparaitre avec lui.

Mais en a-t-on besoin – et du chercheur, et du savoir – à l’heure des consultants et de Tweeter ?

 

Pascal Robert est professeur à l’École nationale supérieure des sciences de l’information et de la communication et des bibliothèques (Enssib). Il s’exprime ici à titre personnel.

 


[1] Mais ce n’est pas forcément son métier il est vrai – il faudrait que ce soit ses livres qui soient visibles, pas lui.



Citer ce billet
hermes (2022, 8 juin). Les chercheurs invisibles. Revue Hermès - Cognition - Communication - Politique. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/piik

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search