Le défi communicationnel contemporain de la ville-monde Casablanca

Casablanca, 2015. Photo : Britt-Marie Sohlström

Vaste sujet pour un pays de paradoxes : religieux, traditionnel et de richesse.

Traversé par le temps passant conduisant à de nouvelles appréhensions sociétales et politiques, le Maroc demeure un pays aux mille et une facettes d’acceptions somme toute complexes à cerner. La longue gestation des œuvres artistiques au Maroc, longtemps censurées, a permis d’accoucher d’un regard nouveau sur les problématiques sociétales inhérentes à cette nation. La mobilisation de différentes œuvres semble être une clé de lecture et de compréhension intéressante dans l’appréhension des défis de demain au Maroc, et particulièrement à Casablanca.

Du Marock…

Capture d’écran du film Marock

Si le récit artistique du film Marock [1] retrace le parcours d’une jeune fille, emprise à une liberté dévorante et vitale qui lui colle au corps, force est de constater que des barrières se dressent face à elle. Du manque de communication intergénérationnelle, qui se traduit par une perception différenciée de l’espace publique, des mœurs, de l’ordre religieux ou encore des comportements familiaux, Ghita subit une imposition, presque contractuelle, à la loi du silence. Que cela soit sur la question de la sexualité par une interdiction d’entretenir une relation avec un ihoudi [2] ou bien sur la question de l’alcool, de la drogue, et des relations avec les autorités publiques, le tiraillement entre deux facettes d’un monde aux multiples influences idéologiques et morales demeure malgré tout le terreau qui engendre une construction d’une jeunesse qui se cherche et qui fatalement se perd. Si cette loi du silence se veut canalisatrice des contestations publiques, l’avènement de Mohammed VI devait annoncer un renouvellement de l’action publique à l’égard de la population, rompant avec les années de plomb [3]. Toutefois, les fractures sociétales perdurent et perdureront dans une incommunication tant temporelle que spatiale.

… par Sidi-Moumen…

Le livre Les étoiles de Sidi Moumen [4] évoque les tourments de cette jeunesse qui étouffe, et à la différence du Marock qui retrace l’histoire de la bourgeoisie casablancaise, il est ici question de la jeunesse marginalisée : des périphéries exclues, muettes, silencieuses, reléguées dans un second plan lointain et à l’horizon incertain. Deux récits qui ne communiquent pas, qui ne se rencontrent pas. Cette explication quoique parcellaire et subjectivée par le recours à des œuvres artistiques essaye de présenter un Maroc transcendé par des jeux générationnels importants, qui favorisent une fragmentation communicationnelle. La jeunesse populaire, qui grandit dans des aires géographiques sous-développées, sous-investies, dissimulées de la scène, ne peut espérer une amélioration de ses conditions de vie si une conversation égalitaire ne s’établit pas dans cette pyramide structurant la société marocaine. Ce livre retrace le parcours d’une dizaine d’individus qui ont décidé en 2003 de commettre une série d’attentats, influencé par Al-Qaïda. Cet événement aussi tragique qu’effroyable démontre le schisme social qu’eu rencontré le Maroc dans les années 2000. Pourtant, durant longtemps, le Maroc occupait une place à part. Loin des préoccupations et des problématiques du Moyen-Orient, loin des préoccupations d’islamisation des corps politique et social, loin des violences inouïes induits par des rapports de forces structurant les sociétés en réaction aux politiques étrangères des Etats occidentaux. Pour répondre à cette double fragmentation, spatiale et sociale, les politiques publiques tentent de rapprocher deux corps qui se voient amputer dans leurs unités. De l’instauration de moyens de déplacement, permettant à la jeunesse de profiter du Casablanca hypercentre, à la réhabilitation de certains bidonvilles : les exemples témoignent d’une réelle volonté de gommer les disparités géographiques.

Toutefois, l’incommunication demeure à travers l’éducation, à travers la langue, à travers la religion.

… à Razzia [5]

Dès lors, cette incommunication multiscalaire induit des conséquences tangibles. Les différentes conceptions de la sexualité, de la liberté individuelle, du sécularisme, du rapport à la monarchie traduisent une appréhension ambivalente par des générations et des catégories sociales in-superposables. Des vies aussi différentes dans un Casablanca pluriel induisent des perceptions et revendications sociétales divergentes, qui fracturent l’unité sociale pouvant laisser place à une opposition frontale.

Si le point de tension se ressent dans cette proposition d’analyse, comment résoudre une équation où les inconnues ne peuvent pas se rencontrer ?

Par un renforcement de la communication qui passerait par le soulèvement d’une problématique immuable : le tabou. Cette notion d’un Maroc, quadrillé par les tabous, demeure et s’imprègne dans le discours politique. Le tabou de la femme en jupe, critiqué et jugé, le tabou de l’homosexuel, de la prostituée, de l’alcool, bref, le tabou des interdits. L’accueil négatif du public et la censure du film Much Loved [6] de Nabil Ayouch démontre ce constat : le voile de l’omerta semble toujours imposé aux œuvres dépeignant une réalité, notamment sur la pédocriminalité et la prostitution à Marrakech. Mais finalement, si chaque individu pose un regard critique sur des minorités, il faut reconnaitre que le Maroc est un pays de minorité qui ne dialoguent pas. Et Casablanca en demeure un exemple concret.

Toutes ses barrières se trouvent renforcé par des volontés d’imposition externe au Maroc. Tiraillé entre l’Occident et les pays du Golf, le Maroc se trouve à la jonction de mouvement qui favorise une électrisation constante des débats, qui scindent, qui divisent, dans un climat d’incommunication perpétuelle.

Ainsi, si ce constat panoramique non-exhaustif semble exclusivement négatif, une critique acerbe qui ne prend pas en considération certaines évolutions sociétales majeures, telle n’est pas la volonté initiale. Parce que les mœurs changent, les habitudes de consommation culturelle suivent, et l’émergence d’une classe moyenne advient et gagne en vigueur, du moins, d’un point de vue démographique.

Cet enjeu de communication multidimensionnelle semble passer par un rapprochement géographique, pour sortir d’une ségrégation spatiale, d’Anfa, à Sidi Moumen, de Californie à Bourgogne [7]. Sortir d’une incommunication multiscalaire pour accéder à une communication réelle et une redéfinition des frontières sociales.

Tel semble être le défi du Maroc pour le 21ème siècle, le défi d’une population revendicative et libre de son devenir commun.

 

Pour aller plus loin :

Assia Boutaleb, Baudouin Dupret, Zakaria Rhani et Jean-Noël Ferrié (dir.), Le Maroc au présent : d’une époque à l’autre, une société en mutation, Centre Jacques Berque et Fondation du Roi Abdul-Aziz, 2015, Dialogue des deux rives, 1017 p., disponible en ligne.

 

Matthieu Bontour est étudiant en Master 1 Sociétés contemporaines : Sociologie, politique, culture, à l’université Paris-Cité Sorbonne. Son mémoire est intitulé Figures féminines et féminismes plurielles en Iran contemporain : Le regard d’une diaspora en mouvement sous la direction de Razmig Keucheyan.

 


[1] Marrakchi L. (Réalisatrice) (2005), Marock [film], Lazennec & Associés, France 3 Cinéma, Canal+.

[2] Terme arabe pour désigner les personnes de confession juive.

[3] Les années de plomb correspondent à une période du règne du roi Hassan II allant de 1970 à 1999. Il s’agit d’une période de forte répression du pouvoir en place à l’encontre des opposants politiques.

[4] Binebine M. (2009), Les étoiles de Sidi Moumen, édition Flammarion.

Ce livre a été adapté au cinéma par Nabil Ayouch sous le nom Les chevaux de Dieu en 2012. Ces deux artistes ont créé dans ce cadre la fondation Ali Zaoua et des centres culturels et artistiques pour l’intégration des jeunes issus des quartiers défavorisés.

[5] Ayouch N. (Réalisateur) (2017), Razzia [Film], Unité de production, Artemis production, Ali n’ Productions.

[6] Ayouch N. (Réalisateur) (2015), Much Loved [Film], New District, Les Films du Nouveau Monde, Barney Production, Ali’n Productions.

[7] Ces quatre noms désignent différents quartiers de Casablanca.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search