Retour critique sur la critique de la communication (épisode 6) : Palo Alto

Paul Watzlawick, Janet Helmick Beavin et Don D. Jackson

Lionel Lavarec


L’École de Palo Alto n’est pas l’œuvre d’un seul homme, même si Gregory Bateson l’a fondée et lui a donné ses fondamentaux. Plusieurs de ses disciples ont prolongé son effort pour se singulariser et donner leur propre vision, notamment de la communication. Ainsi, Paul Watzlawick, Janet Helmick Beavin et Don D. Jackson ont apporté une distinction à la réflexion de Bateson, sans toutefois s’en éloigner profondément.

 

Palo Alto, quand le pragmatisme se systématise

L’approche que proposent Watzlawick, Helmick Beavin et Jackson traite des aspects syntaxique (lié à la transmission de l’information, de son codage, de son canal), sémantique (lié à la signification partagée entre celui qui émet et celui qui reçoit) et enfin pragmatique (lié au comportement) de la communication (Watzlawick et al., 1972, p. 15‑16). Ce dernier élément sera le plus discuté. La syntaxe, héritée de Shannon sous la Théorie mathématique de la communication, est jugée trop limitée et la sémantique trop éloignée des considérations et des financements rattachés à la psychiatrie. Seule en lice, la pragmatique place la communication au centre des comportements entre individus tout en évitant soigneusement d’interroger ces mêmes comportements.


Ce paradoxe est possible en privilégiant, en première étape, l’observation des entrées, input, et des sorties, output, d’information (Watzlawick et al., 1972, p. 39) en lieu et place de l’étude de ce qui conditionne cette transformation d’information et qui définit réellement selon nous le comportement. La boite noire de la communication renaît ainsi au sein de Palo Alto sous l’égide des comportements alors qu’elle servait jadis à masquer la signification des messages (Shannon).

La deuxième étape de l’explication pragmatique reprend une notion évoquée par Wiener : le message. Il réintègre son rôle d’unité de communication pour relier le comportement à une typologie plus informationnelle, l’interaction. Simplifié comme le différentiel entre entrée et sortie d’information, le comportement s’incarne dans l’interaction à travers plusieurs messages échangés entre individus. Nous passons ainsi d’un ensemble de réactions, de manières d’être et d’agir – définition psychologique et physiologique du comportement – à une série d’échanges informationnels calibrés et mesurables nouvellement qualifiée d’interaction.
La dernière étape est clairement évoquée dans cette phrase : « On peut considérer l’interaction comme un système, et la théorie générale des systèmes permet de comprendre la nature des systèmes en interaction » (ibid, p. 118). Ainsi, le système reprend sa place dans la compréhension et l’explication de la communication. Après Wiener et Bateson, il redevient l’élément clé pour appréhender la communication et les relations entre individus : « On peut décrire l’interaction humaine comme un système de communication, régi par les propriétés des systèmes généraux », mais aussi pour en définir les effets : « On peut voir dans les systèmes en interaction continue le centre même d’une étude des répercussions pragmatiques à long terme des phénomènes de communication » (ibid, p. 147). Comprendre la communication et les relations interindividuelles revient à considérer que :

1) seul le fonctionnement présent compte, les conditions passées ou originelles n’étant pas pertinentes dans un cadre de système ouvert ;
2) il existe une hiérarchie logique entre système et sous-systèmes telle que dictée par les types logiques de Bertrand Russel dans le but d’éviter les paradoxes ;
3) le système n’est envisageable qu’en tant que totalité et non-sommativité de ses éléments,
4) les éléments du système trouvent leur unité dans la rétroaction et la circularité des causalités ;
5) le système ouvert se suffit à lui-même et supporte sa propre explication – équifinalité de fait.

Mais peut-on tout expliquer, dans un cadre communicationnel, à partir de ces cinq principes ?

L’exercice systémique de Palo Alto, dans le cadre des maladies mentales, a été d’apparenter la famille à un système. Avec ce point de vue particulier, le malade n’est plus isolé et la maladie perd son opposition à la normalité. La réflexion pragmatique a démontré son utilité autant dans l’intellect qu’autour du soin, du penser au panser. Toutefois, et malgré les efforts pour l’appliquer dans d’autres contextes – les organisations professionnelles et les consultants dits systémiques par exemple pour résoudre les problèmes interactionnels ou les troubles de la communication (Picard et al., 2020, p. 101) –, force est de constater que le résultat est moins probant. L’abandon de la signification et de l’explication profonde des comportements au profit du système des interactions l’explique très certainement. Quand une boite noire est convoquée, bien souvent l’essentiel réside au centre : ce que l’on cache et évite. La communication n’y fait pas exception.

Références bibliographiques
Picard D. et Marx E., L’École de Palo Alto, Paris, PUF/Humensis, coll. « Que sais-je ? », 2020, 126 p.
Watzlawick P., Helmick Beavin J. et Jackson Don D., Une logique de la communication, Paris, Éditions du Seuil, 1972, 280 p.

La série « Retour critique sur la critique de la communication »

L’histoire moderne de la communication regroupe un certain nombre de problèmes pour qui se place dans l’optique d’une réflexion visant à mieux comprendre l’interaction humaine. Cette série Retour critique sur la critique de la communication vise à lever certains de ces biais qui ont durablement influencé la réalité même des échanges qui font la société et le vivre ensemble.

Épisode 1 | Shannon et la communication-transmission

Épisode 2 | Shannon et l’abandon de l’expression et du sens

Épisode 3 | Wiener : entre commande et communication

Épisode 4 | Wiener, la commande de la société

Épisode 5 | Palo Alto, entre redondance et types logiques

Épisode 6 | Palo Alto, quand le pragmatisme se systématise

 

Lionel Lavarec

 

 

 

 

Lionel Lavarec travaille à la stratégie de communication de Dassault Systèmes et enseigne au sein du master Les idées politiques à l’ère numérique de l’Université de Cergy (CY Paris).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search