Retour critique sur la critique de la communication (épisode 5) : Palo Alto

L’université de Stanford à Palo Alto, États-Unis

Lionel Lavarec

Dans les esprits, la communication reste attachée à l’information depuis Shannon et aux systèmes depuis Wiener. La réduction mécaniste et la volonté de résoudre les problèmes techniques ont amené le premier à évacuer les problèmes sémantiques. Les déductions et les analogies succinctes ont permis au second de transformer la relation communicationnelle en une somme d’interactions guidées par les chiffrements et les déchiffrements des messages. Un groupe va prolonger les idées initiales liant information et système tout en corrigeant en partie les défauts évoqués : l’École de Palo Alto.

 

Palo Alto, entre redondance et types logiques

Connue mondialement pour ses traitements audacieux des maladies mentales et notamment de la schizophrénie, l’École de Palo Alto va se baser sur la Théorie de la communication et de la Cybernétique dans le but de mieux comprendre le comportement humain, les interactions entre individus ainsi que les conséquences, positives et négatives, de la communication. Gregory Bateson, initiateur du mouvement et fondateur de l’École, ne cache pas son objectif principal : « je dois l’avouer, moi-même je rêve d’une classification, d’une typologie des processus d’interaction tels qu’ils apparaissent entre personnes ou entre groupes » (Bateson, 1977, p. 199). La normalisation dont il est question procède de la même logique cartésienne que la botanique : déterminer les différentes entités à ranger, identifier un mode de classement pour in fine donner à voir un tout clarifié et maitrisé. Ce sont d’ailleurs ses multiples études anthropologiques – à Bali et en Nouvelle-Guinée – qui lui ont donné l’envie de procéder de la sorte face à des données de terrain multiples et complexes. Pour la communication, il se basera sur deux notions, peu connues lorsqu’on aborde Bateson mais pour autant indispensables si l’on s’y intéresse dans le contexte de la communication, de la redondance et des types logiques.

Shannon s’était déjà confronté à la redondance en l’envisageant comme la possibilité de réduire l’entropie et de prévoir l’information à venir. Elle est convoquée par Bateson pour retrouver la signification, initialement mise de côté dans la mathématique shannonienne. Le lien entre la redondance — terme qualifiant la réplication d’une donnée lors de sa transmission — et la signification est évoqué à travers la capacité de prédiction à travers la répétition et le rapprochement avec un modèle de répétition. Le sens n’y a pas sa place ; seuls les caractères de reconnaissance et prédiction d’une unité symbolique, quelle qu’elle soit d’ailleurs, comptent. « L’essence et la raison d’être de la communication, c’est la création de la redondance, de la signification, du modèle, du prévisible, de l’information et/ou de la réduction du hasard par la “restriction” » témoigne de cette orientation de la communication (Ibid, p. 170). C’est une approche étonnante, pour qui suit la communication, car elle donne aux problèmes sémantiques une solution au cœur même de la transmission de la donnée. L’effort de normalisation de la communication par Bateson va aussi se faire sur le terrain de la logique.

L’exercice de la cybernétique peut se résumer à l’identification d’une série de mécanismes autorégulateurs et capables de former un ensemble complexe d’interactions automatisées. Il préexiste, derrière cette vision de la machine et des organismes vivants, l’idée d’une logique modélisable pour décrire et faire jouer de concert actions et réactions. Bateson va regrouper tous ces éléments sous la bannière de la communication pour leur donner une explication commune. Ce que Wiener avait maladroitement tenté de coller à la cybernétique, Bateson l’extrait et lui donne une réalité systémique globalisante :

« Toute perception et toute réponse, tout comportement et toute classe de comportements, tout apprentissage et toute génétique, toute neurophysiologie et endocrinologie, toute organisation et toute évolution (qui en fait constituent un seul et même objet) sont communicationnels de par leur nature et, par conséquent, soumis aux grandes généralisations ou “lois” des phénomènes de la communication » (ibid, p. 302).

Les généralisations dont il est question sont guidées par la Théorie de l’information, dénommée initialement Théorie de la communication par Shannon, et la Théorie des types logiques de Bertrand Russell. Russell a, en effet, développé cette dernière afin de donner une certaine robustesse à la description et à la constitution de systèmes pour éviter certains paradoxes. Elle est réinvestie par Bateson pour qualifier plusieurs niveaux de communication sur le modèle de la hiérarchisation des types, permettant de mieux comprendre les comportements humains et aussi d’identifier certains problèmes psychologiques (ibid, article Une théorie du jeu et du fantasme, p. 247). L’explication dépasse non seulement les simples chiffrements/déchiffrements, mais aussi l’entité message pour replacer la communication en explication totalisante de la relation humaine.

Même si le travail de l’École de Palo Alto, et plus spécifiquement celui de Gregory Bateson, a ouvert une possibilité inédite de compréhension et de traitement des maladies psychologiques, si la relecture de la redondance et des types logiques a permis d’identifier la double contrainte – double bind – pour soigner la schizophrénie, l’approche communicationnelle s’y révèle trompeuse. La communication reste sans réelle considération du sens et de l’altérité. L’évocation de l’Autre est inutile chez Bateson ; elle n’est ni pertinente pour la signification de ce qui est communiqué ni dans la qualification de l’échange. La communication s’en trouve aseptisée et retrouve les aspirations informationnelles et cybernétiques initiales.

 

Référence bibliographique

Bateson G., Vers une écologie de l’esprit 1, traduit de l’anglais par Férial Drosso, Laurencine Lot et Christian Cler, Paris, Éditions du Seuil, 1977, 299 p.

 

La série « Retour critique sur la critique de la communication »

L’histoire moderne de la communication regroupe un certain nombre de problèmes pour qui se place dans l’optique d’une réflexion visant à pour mieux comprendre l’interaction humaine. Cette série Retour critique sur la critique de la communication vise à lever certains de ces biais qui ont durablement influencé la réalité même des échanges qui font la société et le vivre ensemble.

Épisode 1 | Shannon et la communication-transmission

Épisode 2 | Shannon et l’abandon de l’expression et du sens

Épisode 3 | Wiener : entre commande et communication

Épisode 4 | Wiener, la commande de la société

Épisode 5 | Palo Alto, entre redondance et types logiques

Épisode 6 | Palo Alto, quand le pragmatisme se systématise

 

Lionel Lavarec

 

 

 

 

Lionel Lavarec travaille à la stratégie de communication de Dassault Systèmes et enseigne au sein du master Les idées politiques à l’ère numérique de l’Université de Cergy (CY Paris).


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Guy MARUANI dit :

    Intéressante réduction à Bateson.
    J’attends le prochain chapitre avant de commenter avec une certaine distance critique puisque je suis un de ceux qui ont introduit en France les idées de Palo Alto à la suite de Paul Watzlawick.
    Une précision de détail : Palo Alto c’est le Mental Research Institute, appellation pompeuse pour une sorte de pavillon situé 555 Middlefield Rd SANS AUCUN LIEN AVEC L’UNIVERSITÉ DE STANFORD…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search