Et si notre longévité ne tenait qu’à nos amis ?

Photo : ArtTower

Pierre-Marie Lledo
Directeur de Recherche au CNRS et à l’Institut Pasteur de Paris

Pierre-Marie Lledo

Depuis la célèbre chanson de Maxime Le Forestier « Né quelque part », que les moins de 30 ans ne peuvent pas connaitre, nous savons que l’« on ne choisit pas ses parents », mais je rajouterais que l’on peut choisir ses amis !

Or, des recherches récentes indiquent que l’espérance de vie d’un sujet dépend étroitement de la qualité de ses échanges sociaux. Dit autrement, nous serions capables d’accroitre notre longévité en multipliant le nombre de nos « followers ». À l’heure des réseaux sociaux (parfois aussi asociaux, il faut bien le reconnaitre), cette découverte sonne comme une excellente nouvelle pour qui aspire à vivre longtemps !

Rappelons que cette quête vers une vie prolongée n’est pas nouvelle. L’histoire de l’humanité témoigne, de façon récurrente, de cette insatiable quête à l’immortalité. Depuis l’Épopée de Gilgamesh, en passant par Frankenstein (Prométhée des temps modernes), jusqu’au docteur Faust, nombreux sont les récits à témoigner notre désir de vivre éternellement.

On ne sera donc pas surpris de constater que dans le champ des sciences du vivant, les recherches les plus actives sont encore celles qui visent à prolonger nos vies. En vingt ans, des milliards de dollars ont été déversés pour lutter contre le vieillissement, et cette tendance se renforce depuis que les GAFAM se sont joints à ces efforts [1]. Toute cette agitation scientifique, technique et financière permet aujourd’hui d’entrevoir de nouveaux moyens d’intervenir sur les processus de vieillissement, qu’ils soient étudiés en condition de laboratoire ou bien plus naturellement.

Ainsi, les recherches visant à préciser le rôle de l’alimentation des rats montrent que ceux qui mangent moins vivent beaucoup plus longtemps que leurs pairs autorisés à manger ad libitum, et cela en restant en pleine forme et souffrant moins de maladies. Idem chez l’humain, lorsque l’on constate que les personnes en surcharge pondérale ne forment jamais de super-centenaires.

Ainsi, vivre plus longtemps sans vendre son âme à Méphistophélès devient possible dès lors que les sciences du vivant deviennent transdisciplinaires, alliant la biologie aux sciences humaines et sciences sociales. La preuve du succès de cette nouvelle médecine anti-âge est apportée par le constat que notre espérance de vie n’en finit plus de croitre, au rythme de deux années par décennie. En deux siècles, la longévité humaine a ainsi été spectaculairement démultipliée faisant passer une moyenne mondiale de 25 ans à 71 ans. Et cela n’est pas près de ralentir puisque près de mille articles scientifiques dédiés à la biologie du vieillissement, ou de la longévité (c’est-à-dire l’âge maximal au moment du décès), sont publiés chaque mois.

Obsolescence programmée

Pour gagner le combat contre Thanatos, la science a changé de paradigme en détournant une bonne partie de ses efforts dédiés jadis aux traitements des maladies liées à l’âge, au profit d’une recherche de l’identification des mécanismes biologiques qui en sont responsables. En cherchant à connaitre la nature des causes principales qui concourent à laisser au temps sa marque indélébile sur notre organisme, les chercheurs ont analysé des échantillons de sang prélevés sur les participants ayant plus ou moins de liens sociaux. Et, surprise, deux mécanismes associés à la biologie du vieillissement sont fortement liés au statut social du sujet. L’un concerne la taille de nos télomères protecteurs. Plus nous vivons seuls et plus nos télomères situés aux extrémités des chromosomes raccourcissent. Le second processus est lié à la présence de cellules particulières, dites sénescentes [2]. Les personnes isolées socialement sont celles qui accumulent la plus haute densité de cellules sénescentes, densité qui devient toxique pour l’organisme car les cellules sénescentes sécrètent des facteurs pro-inflammatoires.

En conclusion, la science moderne nous apprend ce que nous savions déjà intuitivement. Pour vivre longtemps, vivons bien entourés ! Notre vie sociale est le facteur de protection le plus déterminant pour notre longévité, bien plus que l’est la pratique du sport ou l’alimentation soignée. La relation avec autrui reste le seul déterminant capable de lutter efficacement contre l’obsolescence programmée d’un sujet.

Il est navrant de constater que les dirigeants impliqués dans l’activité de service à la personne, en particulier ceux versés vers l’« économie des têtes grises », ne tiennent pas compte de ces connaissances. Nous pourrions ainsi faire des économies si les personnes âgées profitaient plus de liens sociaux pour consommer moins de médicaments !

 


[1] En 2013, Google lançait une filiale appelée Calico, dont le but avoué était de décrypter les processus de vieillissement. Un peu plus tard, c’est au tour du fondateur d’Amazon, Jeff Bezos, d’investir une partie de sa fortune dans une société qui développe une technologie d’inversion des processus de vieillissement appelée « reprogrammation cellulaire ». Force est de constater qu’après des décennies de recherche scientifique sporadique, la biologie du vieillissement intéresse aujourd’hui bien plus de monde, y compris les grands investisseurs et autres bailleurs de fonds.

[2] La sénescence est le processus de vieillissement biologique se traduisant par un arrêt irréversible du cycle cellulaire aboutissant à la mort. Au bout d’un certain nombre de divisions, les cellules finissent par ne plus se reproduire et meurent.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search