Brésil : communication publique et démocratie représentative

Manifestation “Fora Bolsonaro” (“Bolsonaro dehors”) le 3 juillet 2021 à São Paulo. – Photo : Alexandre C. Fukugava

 

Marcelo Damasceno

Marcelo Damasceno


Journaliste politique et maitre de conférences en communication sociale

Début février 2022, le Parti libéral (PL) a publié le résultat d’un sondage sur la perception des Brésiliens à l’égard du gouvernement fédéral, dirigé par le président Jair Bolsonaro. Le parti conclut que les personnes interrogées déclarent « ne pas savoir ce que le gouvernement a fait » ces dernières années, un fait inquiétant.

Au vu de ce résultat, les alliés du parti mettent en lumière d’éventuels points de méconnaissance de la population sur les actions du gouvernement. Parmi eux, le positionnement de ses principaux noms sur des sujets controversés qui recoupent les réalisations, l’aversion de ses membres aux médias traditionnels et le discours idéologique du président qui est piégé dans les bulles des réseaux sociaux.

Le sondage du parti vise les fins électorales, car Bolsonaro a l’intention de se présenter à nouveau aux élections en octobre de cette année pour le PL. Or, lorsqu’on s’intéresse à la communication publique, les informations obtenues par les libéraux font sonner l’alerte, car elles démontrent un éventuel recul dans le processus de communication d’intérêt public mené par l’institution.

La méconnaissance des personnes interrogées sur les réalisations du gouvernement fédéral brésilien va à contre-courant de ce que l’on attend de l’institution en matière de communication publique, c’est-à-dire ses moyens d’expression, d’interprétation et de dialogue entre différents acteurs sociaux sur ce qu’elle fait, pourquoi elle le fait, comment elle le fait et ce qu’elle va faire pour organiser la vie en société.

La chercheuse Heloiza Matos [1] souligne que la communication publique est un canal d’échanges communicatifs entre les organismes publics et la société, non seulement limité à ce que fait l’institution, mais aussi à son ouverture à recevoir des réponses sur les services publics en cours. Dans le même sens, Stefano Ronaldo [2] souligne que la communication publique peut « établir des ponts relationnels, générer un service basé sur l’écoute et le transfert de connaissances » – action de médiation capable de résoudre les doutes sur les services, d’obtenir un retour direct de l’utilisateur, d’examiner les actions, entre autres possibilités susceptibles d’améliorer les services publics.

Les observations des chercheurs démontrent que cette pratique de communication est un moyen important pour la participation de la société et de ses segments, non seulement en tant que récepteurs de la communication gouvernementale, mais en tant que producteurs actifs dans le processus de communication.

Une méthode de participation s’est améliorée dans le pays depuis la redémocratisation, et avec les gouvernements Sarney (1985-1990), Fernando Collor (1990-1992), Itamar Franco (1992-1995), Fernando Henrique Cardoso (1995-2002) , Lula (2003-2011), Dilma Rousseff (2012-2016), Michel Temer (2016-2019), lorsqu’ils ont abordé des sujets tels que les droits de citoyenneté, le développement de l’État, les domaines sociaux, l’amélioration de l’estime de soi des citoyens et de leur qualité de vie, le développement économique et social grâce à des auditions participatives et des conseils pour favoriser le débat public.

Du fait du manque de connaissances des personnes interrogées sur les actions du gouvernement actuel, il est possible de supposer qu’il y a un manque de communication au sein du gouvernement fédéral actuel. Un échec qui peut compromettre un processus de communication initié au sein de l’institution il y a plus de trois décennies, en plus de mettre en péril la démocratie participative, qui a la communication publique comme pilier important.

Lorsqu’un gouvernement ne parvient pas à communiquer avec la société, il s’éloigne de la conception rousseauiste du peuple, du peuple icône, du peuple du contrat social, dans lequel la démocratie est comprise comme le régime qui permet la participation. Et, dans une démocratie participative, la communication publique est un mécanisme qui permet aux citoyens d’avoir accès à l’information, d’agir avec leurs représentants dans la recherche de l’amélioration des services publics et du renforcement de la démocratie. Ainsi, l’échec de la communication du gouvernement doit être reconnu et réparé pour éviter un revers à la jeune démocratie brésilienne.

 


[1] MATOS Heloiza, « A comunicação pública na perspectiva da teoria do reconhecimento » in KUNSCH Margarida (dir.), Comunicação pública, sociedade e cidadania, São Caetano do Sul, 2011, p. 39-59.

[2] RONALDO Stefano, « A dinâmica evolutiva da comunicação pública », ibid., p. 23- 37.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search