Plus c’est court plus c’est bon

Détail de l’affiche du Festival 2022. – ISFF / Brecht Evens

 

Éric Dacheux

Éric Dacheux
Professeur en sciences de l’information et de la communication
Université Clermont-Auvergne

Du 28 janvier au 5 février s’est tenu le plus grand festival du film court au monde. Les organisateurs visionnent, en effet, chaque année près de 10 000 films pour en retenir 200 qui sont visionnés, les années fastes, par près de 100 000 spectateurs. Les cinéphiles et certains médias partenaires (Télérama, Canal +) connaissent et reconnaissent cet évènement, mais pour le grand public celui-ci est injustement méconnu.

Où se tient le festival du court métrage le plus important du monde ? Vous séchez ? Un indice : c’est une ville qui veut devenir, en 2028, Capitale européenne de la culture ! Un autre indice ? C’est la capitale de l’Auvergne ! Oui, gagné ! C’est à Clermont-Ferrand, aux pieds des volcans que se tient cet évènement cinéphile trop souvent éclipsé par le très médiatique festival de BD d’Angoulême qui se tient à la même période. Ce festival est peu prisé des médias et du monde intellectuel, pourtant il présente bien des intérêts.

Le Festival international du court métrage de Clermont-Ferrand est le premier marché du film court réunissant des professionnels de plus de 35 pays. Ainsi, ce festival permet des rencontres entre producteurs et diffuseurs, pour faire du business, mais aussi pour préparer de nouveaux projets. C’est, aussi et surtout, l’occasion pour les spectateurs de discuter avec des acteurs, réalisateurs et producteurs, car les organisateurs invitent les équipes réalisatrices des films sélectionnés à se présenter sur scène. C’est ainsi que, au bar, au restaurant, ou après une des nombreuses conférences, il est possible d’échanger sur la signification de l’image de fin, le choix de la voix off, etc. Passionnant.

Le festival se tient dans différents lieux clermontois : des lieux culturels publics (Maison de la culture, le centre d’art contemporain dédié aux enfant Mille formes, etc.) et privés (la libraire Les Volcans, le cinéma Le Capitole), mais aussi des lieux plus insolites comme le stade nautique Pierre de Coubertin où sont organisées des séances de projection pour des spectateurs paresseusement installés au milieu de la piscine dans des bouées gonflables. Parmi ces lieux mobilisés par le festival, on retrouve l’université, puisque, pour l’occasion, les amphis de la fac de lettre, de la fac de droit et du Crous sont ouverts à tous. Ainsi, le festival, à l’image de l’enfant le plus célèbre de la ville, Blaise Pascal, réunit ce qui ne devrait pas être séparé : culture académique et culture artistique. Réconfortant.

De plus ce festival milite avec succès auprès des journalistes pour que la filmographie des professionnels ne débute pas uniquement avec leur premier long métrage. Le festival présente parfois les films courts réalisés dans les écoles de cinéma de futurs grands réalisateurs (Scorcese, Spielberg) pour montrer à quel point ce lieu d’expérimentation qu’est le court métrage est vital pour le cinéma. C’est par le court métrage que beaucoup de ceux qui vont devenir professionnels de cette industrie culturelle apprennent concrètement leur métier et peuvent tourner des œuvres qui leur ouvriront parfois, les portes des grands studios. Indispensable.

Séance de projection en 2017. – Photo : Alice Huguet

Avec 10 000 films reçus par an, le festival du court métrage de Clermont prend la mesure du pouls du monde. Moins cher à produire, plus rapide à tourner, les courts métrages sont souvent des films en prise avec l’urgence du moment, un tremblement de terre ici, une répression policière là, une innovation démocratique ailleurs. D’année en année, la sélection internationale ouvre nos regards sur les évolutions du monde que l’on a oublié, pris dans le flux de l’actualité ou, le plus souvent, que l’on n’a même pas perçues, prisonnier d’un cadrage médiatique occidentalo-centré qui invisibilise les dynamiques sociales des pays du Sud. Éclairant.

Passionnant, réconfortant, indispensable, éclairant, on pourrait multiplier à l’infini les qualificatifs sans pour autant rendre compte totalement de la magie de ce festival. L’essentiel est sans doute ailleurs, dans ce creux à l’estomac quand la lumière s’éteint et que l’on se demande ce que l’on va vraiment voir et dans ces applaudissements qui, souvent, éclatent quand la lumière se rallume. À chaque film, un sujet, un ton, des sons, des images différentes. Pas le temps de souffler : de la tristesse, il faut passer au rire, du rire à la réflexion, de la réflexion à la peur, etc. C’est court, dense, intense. Une décharge. Un coup de cœur, un coup de gueule, un coup de poing peu importe, puisque c’est fort, puisque c’est bon. Le court métrage, plus c’est court, plus c’est bon !


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search