Censuré et mis à la porte

À la radio Guaida, toutes les voix n’ont pas droit au chapitre. Juremir Machado reçoit Jair Bolsonaro lors de son émission “Espace public”, en 2018. / Capture d’écran vidéo

Je suis journaliste, avec 35 ans de carrière, et professeur d’université à Porto Alegre, au Brésil. On m’a mis à la porte, le 3 janvier 2022, du journal où je travaillais. Un cadeau anticipé, 26 jours avant mon anniversaire de 60 ans. Depuis 14 ans je signais une chronique tous les jours au Correio do Povo (« Le Courrier du Peuple »), journal créé en 1895. J’étais considéré comme le principal commentateur local de l’actualité de ce quotidien. En 2007, ce groupe (rassemblant le Correio do Povo, la radio et la chaine de télévision Guaíba) a été racheté par le Grupo Record, appartenant à l’Église universelle du Royaume de Dieu, qui se dispute avec le Grupo Folha la deuxième place des plus grands puissances médiatiques nationales après le mastodonte Grupo Globo.

Jusqu’à l’arrivée de Jair Bolsonaro au pouvoir, nous avions la liberté de faire du journalisme selon les règles du métier, pouvant donner la parole à tous, gauche et droite, selon les sujets en dispute. Entre 2010 et 2020, j’ai présenté « Espace Public » sur la radio Guaíba, une émission politique de grande reconnaissance régionale, où l’on recevait du gouverneur de l’État jusqu’au président de la République. La preuve en est qu’en 2018, deux jours avant son incarcération, mon équipe et moi avons interviewé, pendant une heure, en direct et en exclusivité, l’ancien président Lula.

À la suite à l’ascension de Bolsonaro à la présidence du Brésil, cependant, le Groupe Record s’est radicalisé politiquement. L’Église universelle du Royaume de Dieu, son bras médiatique, Record, et son parti politique, Republicanos, se sont bolsonarisés à fond. Il faut rappeler qu’ils étaient, auparavant, alliés aux gouvernements du Parti des travailleurs (PT). L’un de ses évêques, Marcelo Crivella, puis maire de Rio de Janeiro, a été ministre de la Pêche de Dilma Rousseff. Avec Bolsonaro, ils ont libéré leurs passions conservatrices qui restaient jusque-là plus ou moins contrôlées. Et la censure est descendue chez nous comme une malédiction qui toujours revient.

Ma chute a commencé en 2020 sur la radio Guaíba. Après une semaine d’hospitalisation à cause du Covid-19 et un mois de convalescence à la maison, j’ai eu l’intention de revenir à l’antenne avec Lula, sorti de prison quelques mois avant. Cela aurait été pour nous un scoop. Dix minutes avant de commencer, alors que l’ancien président était déjà installé en duplex depuis son institut, à São Paulo, devant un ordinateur pour parler avec nous, j’ai reçu ordre de la direction supérieure d’annuler l’interview. Un mois après, j’ai essuyé un nouveau refus. J’ai reçu de la part de ma direction une réponse nette : « Lula, ici, ne parle plus. »

Ma situation est devenue insoutenable. Notre chef immédiat, qui nous appuyait et se comportait comme un journaliste qui se respecte, a été par la suite licencié. Puis, cela été mon tour.

Je suis quand même resté au au Correio do Povo, moins bolsonarisé que Radio Guaíba à époque (les entreprises ont leurs contradictions). Mais, petit à petit, j’ai été obligé de me taire sur plusieurs sujets. Mon idée était de rester pour essayer d’élargir à nouveau l’espace de liberté en attendant la corrosion du gouvernement Bolsonaro. Mais les choses ne se sont pas passées comme ça. J’avais une rubrique personnelle sous le format podcast sur le site du journal. Quand Bolsonaro a affirmé qu’étaient idiots ceux qui trouvaient plus important acheter des haricots plutôt que des fusils, j’ai enregistré un dur et ironique commentaire à ce propos. Tout de suite, la haute direction du journal a arrêté, pour toujours, mon podcast, avec un « ici, non. C’est fini. »

Message de soutien de Lula à Juremir Machado, le 4 janvier 2022 / Capture d’écran Twitter

Comme j’avais des sponsors et énormément des lecteurs, ils ont d’abord hésité à me renvoyer. Finalement, décidés à partir en croisade pour la réélection de Jair Bolsonaro, ils ont voulu se débarrasser de toute parole encombrante. J’ai donc été remercié froidement. Le patron s’est contenté de dire : « Il faut fermer un cycle. » Les réactions, au contraire, ont été fortes au niveau national. Même Lula, après toutes mes révélations sur notre entretien raté, m’a assuré de sa solidarité.

Quoi qu’il en soit, je me réveillais le 4 janvier sans aucune chronique à livrer. La démocratie en Amérique Latine est toujours fragile. La censure est toujours là.

Les journalistes n’aiment pas avouer qu’ils peuvent être censurés. Je suis en train d’affronter un tabou. On me demande : pourquoi étais-je resté là-bas ? Ma réponse est toujours là même : j’étais là depuis le 1er septembre 2000, je pensais pouvoir encore divulguer des opinions contradictoires, je croyais, peut-être naïvement, à des changements. Ayant mon salaire d’universitaire, je ne faisais pas cela pour l’argent, mais pour la poursuite du combat dans un moment triste du Brésil : je croyais à l’importance de conserver la parole. À la fin, cependant, j’en disais de moins en moins.

Vieux journaliste que je suis, il me faut pourtant continuer à regarder de l’avant.

Juremir Machado da Silva est écrivain, traducteur, journaliste, radiodiffuseur et professeur d’université brésilien.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Iberê dit :

    Muito bom. O Juremir é genial.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search