Axel Kahn, récit d’un homme au pluriel

Delphine Moreau-Plachy [1]

Axel Kahn, médecin, généticien et président de la Ligue contre le cancer, décède, ironiquement, des suites d’un cancer le 6 juillet 2021. Icône émérite du monde scientifique, il laisse derrière lui un témoignage numérique de son vivant au travers d’un blog. Après la révélation de son cancer au grand public, il décline ce dernier en un récit de sa fin de vie dans une page dédiée nommée La chronique apaisée de la fin d’un itinéraire de vie tandis qu’il continue d’alimenter ses réseaux sociaux, luttant ainsi contre le cancer de façon générale mais aussi en livrant un combat singulier contre sa propre maladie.

Un discours double

Dans le récit qu’il expose au travers de son blog et de ses réseaux sociaux numériques, Axel Kahn prend une posture double : celle du spécialiste et celle du malade. Ce double statut fait émaner un schéma discursif intéressant entre expertise et ressenti.

Le blog commence en 2013, le médecin y raconte surtout les pensées et les aventures qui traversent son long chemin entre Givet à Saint-Jean-de-Luz et  la Pointe-du-Raz à Menton. Il décide, après que la nouvelle de son cancer soit rendue publique, d’ajouter à son blog la page La chronique apaisée de la fin d’un itinéraire de vie, où il raconte son expérience de mourant. Il poétise ses derniers moments, justifiant plutôt sa mémoire d’homme, aimant la Nature, ses proches et les choses simples de la vie. En parallèle, il continue à agrémenter son blog et ses réseaux sociaux numériques en tant que président de la Ligue contre le cancer et scientifique, il y décrit aussi l’avancée de sa maladie et les traitements qu’il reçoit. Ces deux aspects présentés sur des plateformes numériques similaires, traduisent ses deux combats : celui du cancer dans sa généralité et celui de son cancer, ce mal dont il « ne veut subir la tyrannie ».

C’est donc un double enjeu au travers des lignes du généalogiste, si son récit permet de réunir autour de lui-même les personnes atteintes d’un cancer, la communauté scientifique et les membres de la Ligue contre le cancer, son blog en revanche, tient à présenter l’homme derrière le médecin, celui qui souffre et non pas celui qui sait. Plus intime et poétique, Axel Kahn se raconte en loup, animal totem, cherchant la sérénité dans ses dernières heures et la trouvant. Encore une fois, si ce blog traduit un désir de singularité, il réunit aussi une communauté constituée autour d’un pathos, celui de la fin de vie. Le message d’Axel Kahn y est pourtant positif. Loin de chercher à inspirer de la peine, il prône plutôt la vie et sa beauté, mais le sujet étant intrinsèquement lié au tragique, il ne peut se déroger à une réaction emplie de tristesse.

Des identités numériques plurielles au désir d’extime

Ces multiples publications sur ces plateformes numériques relatent des mises en scène de soi différentes : si sur certaines il se raconte en médecin, expert sur les questions de vaccination et de traitement en oncologie ; il est sur d’autres un malade confronté au mal qu’il traite depuis des années ; ou encore dépeint comme père de famille et amoureux de la nature dans ses chroniques. On peut alors s’interroger sur la considération nuancée des différentes plateformes, on se rend compte qu’Axel Kahn utilise différemment ses supports numériques, et y construit une identité et un récit de soi différent sur chacun d’entre eux. Par essence, les plateformes numériques se caractérisent par des utilisations particulières à chacune d’entre elles. Il est donc intéressant d’observer que la fonction d’expert est assurée sur Twitter et Facebook par Axel Khan tandis que son récit d’homme malade est raconté sur son blog personnel.  Il faut ajouter à cela une mise en perspective chronologique, apparente surtout sur son blog : Axel Khan ne se présente pas de la même façon aux origines de son blog et dans sa Chronique apaisée de la fin d’un itinéraire de vie. S’il garde cette volonté d’exposer sa passion pour la randonnée, la campagne et les siens, son discours change vers une finalité d’apaisement et de quiétude.  Ce sont alors des identités numériques plurielles qui se dégagent des discours d’un même individu.

Il se pose également la question de l’extimité dans le discours du spécialiste. En effet, il se peut que le malade, même en étant expert, ai le besoin de rendre son expérience publique afin de replacer dans son intimité. Cette dynamique, expliquée par S. Tisseron comme « le processus par lequel des fragments du soi intime sont proposés au regard d’autrui avant d’être validés »[2], démontre un besoin de faire part de sa propre expérience en dehors du soi, dans des fins pourtant purement personnelles. Car, si son discours en tant que médecin peut suffire à la communauté de malades, son récit en tant que mourant rend surtout compte d’une volonté de singularité, s’il y a certainement un désir de partager son expérience, il y a surtout un besoin de l’exprimer. En cela nous trouvons encore une fois la frontière poreuse entre réseaux numériques publics et profil de l’intime. Le blog est-il une façon d’exprimer pour soi en recevant une validité extérieure ? La dichotomie entre journal intime en ligne et visibilisation d’un soi exarcerbé retentit de plus belle dans ce cas particulier.

Quoi qu’il en soit, ces traces numériques plurielles sont désormais, et pour toujours, les vestiges de la vie d’Axel Kahn, il demeurera ainsi, scientifique émérite dans le domaine génétique, président de la Ligue contre le cancer, individu malade en fin de vie mais aussi un homme ordinaire profitant de chaque instant. Lorsque Léa Salamé demande à Axel Kahn, lors d’une interview sur France Inter : « Après la vie, il n’y a rien ? » , il répond : « Non, après la mort il n’y a rien, mais il y a peut-être le souvenir que vous pourrez garder de moi ! Et ça, c’est une forme d’immortalité. » L’immortalité et le souvenir, s’il sera peut-être fugace dans les esprits, perdurera par ses identités numériques, rendant le combat d’Axel Kahn contre le cancer, éternel.


[1] Étudiante en master 2 Sciences Sociales parcours Sociétés contemporaines : sociologie, politique et cultures à l’université de Paris. L’incommunication aux morts au travers des réseaux sociaux numériques, dirigé par Éric Letonturier.

[2] Serge Tisseron, « Intimité et extimité », in Communications, 88, 2011. Cultures du numérique, sous la direction de Antonio A. Casilli. pp. 83-91.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search