Journalisme et société : une symbiose inévitable

Wagner RIBEIRO[1]

Les études académiques et l’activité professionnelle quotidienne ne laissent pas de doute : le journalisme traverse une phase de transition, peut-être la plus radicale de l’histoire de la presse. L’ensemble de la chaîne de production de l’information est en mutation depuis le début de la croissance exponentielle des environnements numériques. On doit soupçonner que l’État mutatis mutandis est le nouveau caractère du journalisme à l’ère numérique.

Mauro Wolf, dans Teorias da Comunicação de Massa (2012), indique que le processus de production des nouvelles, le newsmaking, peut être compris à partir du triptyque : 1) la culture professionnelle des journalistes ; 2) l’organisation du travail des journalistes ; 3) les processus de production des nouvelles.

Bien que trois axes distincts, ils sont indissociables, complémentaires et exercent une influence mutuelle. Il serait impossible d’analyser la culture professionnelle du journaliste sans tenir compte des effets de l’organisation du travail et des processus de production des informations. Le mélange de ces éléments est tellement imbriqué qu’il importe peu de savoir lequel des deux commence l’analyse. Tous les chemins mènent à Rome.

Le modèle de Wolf est utile, mais il convient de souligner que le journalisme fonctionne en symbiose avec la culture de la société. Les raisons sont variées, mais deux d’entre elles ressortent. Premièrement : l’actualité, matière première du métier, est le fruit des mouvements de la société. Deuxièmement : outre sa fonction sociale, le journalisme est un modèle économique et, par conséquent, le produit doit être utile à la société et lié à la culture dominante.

Les théories de la postmodernité, si bien discutées par des auteurs comme Zygmunt Bauman (1998), Anthony Giddes (1991) et Jean-François Lyotard (2009), indiquent l’accélération vertigineuse des cultures dans la société, surtout du point de vue de la production linguistique. Or, si le journalisme fonctionne en symbiose avec la société, il est naturel qu’il soit obligé d’évoluer rapidement.

C’est la raison pour laquelle on estime que l’état constant de changement est le nouveau paradigme du journalisme. Il s’agit d’adapter le produit au profil du consommateur de nouvelles. Du point de vue du modèle économique, c’est une question de survie. Mais, après tout, comment procéder pour étudier les effets de la mutation du journalisme ? 

Un chemin d’analyse a été esquissé par Thaïs de Mendonça Jorge (2013). Le contact direct entre ces deux acteurs est l’information elle-même, c’est donc le point de départ pour chercher à comprendre les changements dans le journalisme, ainsi que la préservation des composantes de base de la pratique journalistique : l’investigation, la vérification et l’éthique. Cette triade doit être maintenue intacte pour préserver la fonction sociale de la presse.  

 

Références :

GIDDENS, Anthony. As consequências da modernidade. São Paulo: Editora Unesp, 1991.

BAUMAN, Zigmunt. O mal-estar da pós-modernida. Rio de Janeiro: Zahar, 1998.

LYOTARD, Jean-François. A condição pós-moderna. 12ª. edição. Rio de Janeiro: José Olympio, 2009.

JORGE, Thaïs de Mendonça. Mutação do jornalismo – como a notícia chega á internet. Brasília.

[1] Wagner RIBEIRO est journaliste, photojournaliste et professeur universitaire.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search